Israël en guerre - Jour 143

Rechercher

Ben Gvir en colère que son assistant n’ai pas pu participer à la Kirya – média

Le chef du parti Otzma Yehudit, Itamar Ben Gvir, à gauche, s'entretenant avec son chef de cabinet, Chanamel Dorfman, lors d'une réunion de la commission spéciale de la Knesset pour discuter des changements proposés à l'ordonnance sur la police, le 18 décembre 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le chef du parti Otzma Yehudit, Itamar Ben Gvir, à gauche, s'entretenant avec son chef de cabinet, Chanamel Dorfman, lors d'une réunion de la commission spéciale de la Knesset pour discuter des changements proposés à l'ordonnance sur la police, le 18 décembre 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre d’extrême-droite de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, serait furieux que son chef de cabinet, Chanamel Dorfman, ait été empêché d’assister à une réunion au centre de commandement souterrain de l’armée israélienne, situé sous le quartier général de Tsahal.

Des sources ont déclaré à la Douzième chaîne que Ben Gvir a remarqué que seuls les porte-parole et les assistants des membres du cabinet de guerre ont été autorisés à entrer avec les ministres dans la zone souterraine sécurisée de la Kirya, et que Dorfman avait attendu à l’extérieur.

Le reportage indique que Ben Gvir a confronté les gardes de sécurité.

La Douzième chaîne explique que la décision de ne pas autoriser les assistants et les porte-parole de tous les ministres à entrer dans la zone sécurisée a été prise après qu’un assistant de la ministre des Transports, Miri Regev, a été surpris avec un téléphone portable lors d’une réunion, ce qui est contraire au règlement.

Dorfman a un passé d’activiste d’extrême-droite qui lui a valu par le passé des injonctions de restriction et a conduit l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet à le décrire comme « un danger pour la société ».

En octobre, Dorfman a été filmé en train de remettre brièvement son pistolet d’État à un inconnu pour qu’il l’examine en public, ce qui est illégal. Cet incident s’est produit devant un stand de rue exploité par Dorfman pour vendre les « quatre espèces », une collection de plantes utilisées rituellement pendant la fête de Souccot.

Selon Haaretz, qui a été le premier à diffuser la vidéo, le stand lui-même posait problème, car les employés ne délivraient pas de tickets à moins qu’on ne leur demande expressément de le faire, et il pourrait y avoir eu des violations du conflit d’intérêts, étant donné que Dorfman est un employé de l’État. Sur les images, Dorfman accepte lui-même des paiements par carte de crédit, mais aussi des espèces qu’il glisse tout simplement dans sa poche.

S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.