Rechercher

Des services de soutien mis à disposition pour les personnes ne parlant pas l’hébreu

Judah Ari Gross est le correspondant du Times of Israël pour les sujets religieux et les affaires de la Diaspora.

Des missiles du système de défense aérienne israélien Dôme de fer interceptant et détruisant des roquettes tirées depuis la bande de Gaza, à la périphérie de la ville d'Ashkelon, dans le sud du pays, le 7 août 2022. (Crédit : Jack Guez/AFP)
Des missiles du système de défense aérienne israélien Dôme de fer interceptant et détruisant des roquettes tirées depuis la bande de Gaza, à la périphérie de la ville d'Ashkelon, dans le sud du pays, le 7 août 2022. (Crédit : Jack Guez/AFP)

Le gouvernement israélien et une organisation à but non lucratif ont mis en place des centres d’appel de soutien en matière de santé mentale pour les personnes ne parlant pas l’hébreu en réponse aux combats en cours entre Israël et les groupes terroristes palestiniens du Jihad islamique autour de la bande de Gaza, indique le ministre de l’Immigration et de l’Intégration.

Dans le cadre de cette initiative, des services d’aide à la santé mentale seront proposés en anglais (en appelant le 04-7702651), en amharique (04-8258081), en espagnol (04-7702649), en russe (04-7702648) et en français (04-7702650), précise le ministère.

Les autorités locales du sud d’Israël ont mis en place des « centres de résilience », destinés à aider les habitants à surmonter le traumatisme des fréquentes attaques à la roquette.

Cependant, ces services ne sont souvent proposés qu’en hébreu, ce qui peut s’avérer difficile pour les nouveaux immigrants qui ne parlent pas forcément la langue.

Pour remédier à ce problème, le ministère de l’Immigration et de l’Intégration a décidé d’ouvrir ces cinq centres téléphoniques supplémentaires, conjointement avec l’organisation à but non lucratif Community Stress Prevention Center, connue en hébreu sous le nom de Mashabim.

Le ministère indique qu’il travaille également avec l’armée pour s’assurer que les consignes de sécurité sont également proposées dans plusieurs langues.

« Le ministère de l’Immigration et de l’Intégration continuera à apporter son aide par le biais de tous les moyens dont il dispose pour que les nouveaux immigrants du sud et de tout le pays puissent recevoir toute l’aide dont ils ont besoin pour se protéger en cas d’urgence. »

Le ministère est également prêt à évacuer les nouveaux immigrants du sud vers d’autres régions du pays, pour qu’ils puissent se reposer et se détendre, si nécessaire », indique le ministère dans un communiqué.

C’est vous qui le dites...