Israël en guerre - Jour 149

Rechercher

Les critiques israéliennes modifient les termes du cessez-le-feu américain

Les responsables américains sont toujours furieux contre les médias israéliens. Ils leur repochent les critiques sévères sur les efforts du Secrétaire d’Etat américain John Kerry pour parvenir à un cessez-le feu la semaine dernière. Ces critiques ont eu, apparemment, un certain effet.

Lors d’un discours, Kerry affirme que « tout processus visant à résoudre la crise dans la bande de Gaza … doit conduire au désarmement du Hamas ». Dans la proposition de cessez-le-feu que Kerry avait présenté à Israël vendredi, le désarmement du Hamas n’était pas mentionné.

Les ministres israéliens ont rejeté à l’unanimité ce projet. Ils ont fait valoir que ce dernier minait la proposition de cessez-le-feu égyptienne qu’Israël avait accepté et que le Hamas avait rejeté. La proposition de Kerry reflète la contribution de la Turquie et du Qatar qui avantage de manière évidente le Hamas, selon des déclarations de certaines sources au TOI lundi.

La rédaction de la proposition se caractérise par une amélioration de la position du Hamas, qui monte au rang d’une entité à un niveau équivalent avec Israël, selon les mêmes sources. Cette proposition donnait des gains spécifiques au Hamas alors qu’il n’y avait qu’un langage amorphe sur tout ce qui concerne les besoins de sécurité d’Israël,ont-ils déclaré.

Cependant, un haut responsable américain a insisté dimanche soir sur le fait que la proposition de Kerry reflétait « la position que la démilitarisation et la reconstruction de Gaza sont les points importants des négociations pour un cessez-le-feu ».

– Raphaël Ahren

S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.