Israël en guerre - Jour 145

Rechercher

Les inquiétudes d’un officier au sujet de la rave Supernova avaient été rejetées

Les lieux du festival Supernova où des centaines d'Israéliens ont été tués et enlevés par des terroristes du Hamas lors de l'assaut du 7 octobre, à proximité du kibboutz Reim, le 12 octobre 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)
Les lieux du festival Supernova où des centaines d'Israéliens ont été tués et enlevés par des terroristes du Hamas lors de l'assaut du 7 octobre, à proximité du kibboutz Reim, le 12 octobre 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)

Un officier de l’armée israélienne de premier plan avait fait part de ses inquiétudes au sujet du festival de musique électronique Supernova et il avait fait savoir qu’il s’opposait à son organisation – mais il lui avait été demandé de l’autoriser, a indiqué le quotidien Haaretz.

Environ 360 personnes ont été massacrées lors de cette rave-party, dans la matinée du 7 octobre, et des centaines de plus ont été agressées et emmenées en captivité dans la bande de Gaza où plus de 120 sont encore retenues en otage, dont certaines sont mortes.

Selon Haaretz, l’officier chargé des opérations au sein de la division de Gaza, le lieutenant-colonel Sahar Fogel, s’inquiétait de la trop grande proximité entre le site de l’événement et la bande, des inquiétudes qui étaient partagées par d’autres militaires.

Le journal a précisé que les préoccupations des officiers étaient liées à des tirs de mortier et de roquette, et non à la menace d’une incursion terrestre des terroristes de Gaza.

De nombreuses informations ont laissé entendre que les mises en garde portant sur une attaque potentielle du groupe terroristes avaient été ignorées avant le 7 octobre – à cette date, des milliers de terroristes avaient franchi la frontière et semé la désolation dans tout le sud du territoire israélien, tuant environ 1 200 personnes et kidnappant 240 personnes, prises en otage au sein de l’enclave côtière.

Le journal a indiqué qu’il était difficile de dire si Fogel avait eu connaissance de ces avertissements préalables.

Malgré ses objections, Fogel a été sommé d’approuver la tenue du festival de musique électronique, a continué Haaretz – le journal a souligné que le refus d’autoriser la rave-party aurait pu entraîner des complications juridiques.

Le Conseil régional d’Eshkol s’était, lui aussi, opposé à la fête, craignant que cela ne soit une nuisance pour les riverains, a précisé l’article.

En réponse au journal, l’armée a noté que « Tsahal mènera une enquête détaillée et en profondeur sur le sujet une fois que la situation opérationnelle le permettra et l’armée israélienne mettra ses conclusions à la disposition du public ».

S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.