Rechercher

Netanyahu promet de « restaurer la fierté nationale qui nous a été enlevée »

Le leader du Likud, Benjamin Netanyahu, aux côtés de sa femme Sara s'adressant à ses partisans au siège de campagne du parti à Jérusalem, dans la nuit du 1er au 2 novembre 2022. (Crédit : AP Photo/Tsafrir Abayov)
Le leader du Likud, Benjamin Netanyahu, aux côtés de sa femme Sara s'adressant à ses partisans au siège de campagne du parti à Jérusalem, dans la nuit du 1er au 2 novembre 2022. (Crédit : AP Photo/Tsafrir Abayov)

Netanyahu a qualifié la performance électorale du Likud « d’énorme expression de foi ».

« Je ne suis pas le roi », a-t-il dit alors que les chants de « Bibi, roi d’Israël » retentissaient à nouveau. « J’ai besoin d’être élu, et je serai élu, grâce à vous ».

Il a salué le Likud comme étant « de loin le plus grand parti en Israël », et a félicité « nos partenaires du camp nationaliste » pour leur performance électorale.

Il a affirmé que le vote démontre que le peuple israélien « veut la sécurité, un coût de la vie réduit – il veut la force, il ne veut pas la faiblesse… ».

Il a promis de « restaurer la fierté nationale qui nous a été enlevée ».

Netanyahu a insisté sur le fait qu’Israël est un État juif, mais n’a pas précisé qu’Israël était une démocratie : Le peuple, dit-il, « veut un État juif – un État qui honore ses citoyens, mais c’est un État juif », répète-t-il. « Notre État national, dont nous avons rêvé et pour lequel nous nous sommes battus, et pour lequel nous avons versé des mers de larmes et de sang ».

Le peuple, a-t-il poursuivi, « veut un gouvernement stable, un gouvernement expérimenté… un Premier ministre qui s’occupe de nos soldats, de notre police ».

Il a promis d’être « très agressif dans la défense de notre sécurité et dans la recherche de la paix avec nos voisins – dans le souci de tous les citoyens. »

Il a dit insister sur « l’intégrité électorale totale » – le Likud ayant précédemment déposé une plainte à la police pour des irrégularités de vote présumées dans le secteur arabe, que la commission centrale électorale a balayé d’un revers de main.

Quant à la nature de la coalition qu’il mettra en place, Netanyahu a promis que « si les résultats réels reflètent les sondages de sortie des urnes, je mettrai en place un gouvernement nationaliste qui s’occupera de tous les citoyens d’Israël, sans exception, car l’État est à nous tous. »

Il n’a pas précisé quels partis feront partie de cette coalition, mais cette formulation, et l’arithmétique des élections, indiquent qu’elle sera composée des partenaires naturels du Likud – le parti d’extrême droite HaTzionout HaDatit et les ultra-orthodoxes Shas et Yahadout HaTorah.

« Nous rétablirons la sécurité, nous réduirons le coût de la vie, nous élargirons encore plus le cercle de la paix, nous rétablirons Israël comme une puissance montante parmi les nations », a-t-il dit.

« Nous avons un seul État, un seul destin, un seul avenir. »

Dans le passage le plus conciliant de son discours, il a également promis d' »agir pour calmer les ardeurs du débat public, pour apaiser les dissensions – non seulement pour élargir la paix avec nos voisins, mais aussi pour restaurer la paix intérieure ».

C’est vous qui le dites...