Raam n’est pas sous le seuil électoral, donc pas de changements radicaux en vue
Rechercher

Raam n’est pas sous le seuil électoral, donc pas de changements radicaux en vue

Le président du parti Raam et député de la Liste arabe unie, Mansour Abbas, à la Knesset à Jérusalem, le 11 novembre 2020. (Crédit : Hadas Parush/ Flash90)
Le président du parti Raam et député de la Liste arabe unie, Mansour Abbas, à la Knesset à Jérusalem, le 11 novembre 2020. (Crédit : Hadas Parush/ Flash90)

Bien que les résultats des élections actuellement disponibles ne soient pas définitifs et qu’ils reposent sur quelque 88 % des votes, il est à noter qu’aucun parti ne peut mathématiquement passer sous le seuil électoral, ce qui signifie que tout nouveau changement se limiterait à déplacer un seul siège d’un parti à un autre.

Les chances qu’un bloc obtienne une majorité de 61 sièges à la Knesset sont très minces, puisque le plus grand bloc possible – les partisans de Netanyahu plus Yamina – compte actuellement 59 sièges et doit en obtenir deux de plus.

Même le plus petit parti, Raam – dont tous les sondages de sortie des urnes prévoyaient hier soir qu’il ne parviendrait pas à entrer à la Knesset – a reçu suffisamment de voix pour garantir qu’il ne tombera pas sous le seuil électoral de 3,25 % des votes.

Même si tous les votes restants sont pour des partis qui passent le seuil et qu’aucun n’est pour Raam, le parti aura au moins 13 000 voix au-dessus du seuil.

C’est vous qui le dites...