Israël en guerre - Jour 197

Rechercher

Suite aux 3 otages tués « par erreur », Halevi s’adresse aux soldats

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le chef d'état-major de l’armée israélienne, le lieutenant-général Herzi Halevi, s'adressant aux troupes de la 99e division, dans la bande de Gaza, le 17 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Le chef d'état-major de l’armée israélienne, le lieutenant-général Herzi Halevi, s'adressant aux troupes de la 99e division, dans la bande de Gaza, le 17 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Le chef d’état-major de l’armée israélienne, le lieutenant-général Herzi Halevi s’adresse aux troupes de la 99e division dans la bande de Gaza, quelques jours après que des soldats ont abattu par erreur trois otages dans le quartier de Shejaiya, à Gaza City.

« J’espère que nous aurons une autre occasion d’accueillir des otages et que nous ferons ce qu’il faut », déclare Halevi aux soldats.

« Je vous le dis très simplement, l’incident [drame] est très difficile et douloureux, et personne ne viendra dire le contraire. »

« Je vous dis que c’est un incident qui aurait très bien pu ne pas se produire », ajoute-t-il.

« Et réfléchissez, pourquoi avons-nous manœuvré [dans la bande de Gaza] ? Nous nous sommes fixé trois objectifs : démanteler le Hamas, rétablir la sécurité pour les habitants des [communautés frontalières]… et la troisième mission consiste à récupérer les otages », explique Halevi.

« Vous voyez deux personnes, les mains en l’air et sans tee-shirt, prenez deux secondes », dit-il aux soldats, en référence à l’incident tragique de vendredi, où les trois otages étaient torse nu et où l’un d’entre eux brandissait un drapeau blanc.

« Et je veux vous préciser quelque chose de tout aussi important : si ce sont deux Gazaouis avec un drapeau blanc qui viennent se rendre, est-ce qu’on leur tire dessus ? Absolument pas. Absolument pas ! »

« Même ceux qui ont combattu et qui, maintenant, déposent leurs armes et lèvent les mains, nous les arrêtons, nous ne leur tirons pas dessus. Nous tirons beaucoup de renseignements des prisonniers que nous avons, nous en avons déjà plus d’un millier », explique-t-il aux soldats.

« Nous ne leur tirons pas dessus parce que Tsahal ne tire pas sur une personne qui lève les mains. C’est une force, pas une faiblesse », ajoute le chef d’état-major.

S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.