Israël en guerre - Jour 236

Rechercher

Tsahal récupère les corps de 2 soldats otages à Gaza: Nik Beizer et Ron Sherman, 19 ans

À gauche : le caporal Nick Baizer, pris en otage dans sa base militaire près du point de passage d'Erez par des terroristes du Hamas le 7 octobre 2023 ; À droite : le sergent Ron Sherman, pris en otage dans une base de Tsahal près de la frontière de Gaza (Autorisation)
À gauche : le caporal Nick Baizer, pris en otage dans sa base militaire près du point de passage d'Erez par des terroristes du Hamas le 7 octobre 2023 ; À droite : le sergent Ron Sherman, pris en otage dans une base de Tsahal près de la frontière de Gaza (Autorisation)

L’armée israélienne a déclaré que les soldats déployés à Gaza avaient récupéré les corps de deux otages israéliens du Hamas, à savoir le caporal Nik Beizer, 19 ans, et le sergent Ron Sherman, 19 ans.

L’armée dit avoir informé les familles des soldats et partager leur peine.

Beizer avait commencé son service militaire le 30 avril dernier : le 7 octobre, il a été pris en otage par des terroristes du Hamas qui ont lancé un assaut sur sa base près du point de passage d’Erez.

Il était affecté à la coordination et à la liaison du district de Gaza de Tsahal, qui coordonne les autorisations et le passage des marchandises par le point de passage d’Erez vers Gaza.

« C’est ironique », a déclaré la mère de Beizer, Katy Beizer. « Tous les gens de cette base prennent soin des Palestiniens et font en sorte que les Gazaouis puissent gagner leur vie. »

Beizer n’était pas supposé être à la base, ce week-end-là, mais il avait échangé sa garde avec un ami qui voulait le week-end de congé.

Sherman a parlé pour la dernière fois à sa mère le matin du 7 octobre, lorsque sa base militaire, située près de la frontière de Gaza, a été attaquée par des terroristes du Hamas.

« Ils ont été coupés du monde », explique Shalhev Kimchi, sa tante, dans une vidéo réalisée par Bring Them Home, l’organisation qui contribue à parler des personnes disparues suite aux impitoyables attaques terroristes du Hamas.

Lorsque l’appel téléphonique de Sherman et de sa mère a été interrompu, il a continué en lui envoyant des messages sur WhatsApp.

Il lui a dit qu’il l’aimait, ajoute sa tante.

« Ça y est, maman, ils sont là, c’est fini, je t’aime. »

Mais, quatre à cinq heures plus tard, précise Kimchi, ils ont trouvé des vidéos du Hamas montrant Sherman, « vivant et en bonne santé », ligoté à l’arrière d’une camionnette.

S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.