Israël en guerre - Jour 143

Rechercher

Rassemblement spontané à Tel Aviv pour réclamer le retour des otages

L'armée annonce avoir tué 3 otages identifiés "par erreur" comme une "menace" ; Israël va ouvrir Kerem Shalom ; des roquettes interceptées au-dessus de Jérusalem ; L'armée récupère les corps de 3 otages - 2 soldats et un participant de Nova ; Le bilan des soldats morts s'élève à 119 ; Les Houthis revendiquent une autre attaque contre un cargo en mer Rouge

  • De gauche à droite : Elia Toledano, le caporal Nick Baizer, le sergent Ron Sherman, tous trois pris en otage par le Hamas le 7 octobre. Leurs corps ont été rapatriés en Israël le 15 décembre (Autorisation)
    De gauche à droite : Elia Toledano, le caporal Nick Baizer, le sergent Ron Sherman, tous trois pris en otage par le Hamas le 7 octobre. Leurs corps ont été rapatriés en Israël le 15 décembre (Autorisation)
  • Yotam Haim (Crédit : Autorisation)
    Yotam Haim (Crédit : Autorisation)
  • Samer Fouad Talalka, 22 ans, originaire de la ville bédouine de Hura, fait prisonnier par des terroristes du Hamas le 7 octobre 2023. (Autorisation)
    Samer Fouad Talalka, 22 ans, originaire de la ville bédouine de Hura, fait prisonnier par des terroristes du Hamas le 7 octobre 2023. (Autorisation)
  • Elya Toledano, 28 ans, participait à la rave Nova le 7 octobre. Son corps a été récupéré par les troupes israéliennes à Gaza et renvoyé en Israël, a annoncé l'armée le 15 décembre 2023. (Autorisation)
    Elya Toledano, 28 ans, participait à la rave Nova le 7 octobre. Son corps a été récupéré par les troupes israéliennes à Gaza et renvoyé en Israël, a annoncé l'armée le 15 décembre 2023. (Autorisation)
  • Le sergent de première classe (réserviste) Shay Uriel Pizem, tué au combat à Gaza, le 15 décembre 2023. (Autorisation)
    Le sergent de première classe (réserviste) Shay Uriel Pizem, tué au combat à Gaza, le 15 décembre 2023. (Autorisation)
  • Le sergent-chef réserviste Tomer Shlomo Myara (Crédit : Autorisation)
    Le sergent-chef réserviste Tomer Shlomo Myara (Crédit : Autorisation)
  • Le sergent Oz Shmuel Aradi, 19 ans, a été tué au combat à Gaza le 14 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
    Le sergent Oz Shmuel Aradi, 19 ans, a été tué au combat à Gaza le 14 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
  • Des soldats israéliens dans le camp de réfugiés de Jabalya, dans le nord de la bande de Gaza, le 12 décembre 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)
    Des soldats israéliens dans le camp de réfugiés de Jabalya, dans le nord de la bande de Gaza, le 12 décembre 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)
  • Des troupes de l’armée israélienne opérant dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 14 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
    Des troupes de l’armée israélienne opérant dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 14 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
  • Des étudiants participant à une manifestation de soutien à la Palestine et à la liberté d'expression devant le campus de l'Université Columbia, à New York, le 15 novembre 2023. (Crédit : Spencer Platt/GETTY IMAGES NORTH AMERICA/Getty Images via l'AFP)
    Des étudiants participant à une manifestation de soutien à la Palestine et à la liberté d'expression devant le campus de l'Université Columbia, à New York, le 15 novembre 2023. (Crédit : Spencer Platt/GETTY IMAGES NORTH AMERICA/Getty Images via l'AFP)
  • Yahya Sinwar, au centre, chef du Hamas dans la bande de Gaza, serrant la main d'un terroriste palestinien du Hamas lors d'un rassemblement marquant le 35e anniversaire de la fondation du du groupe terroriste palestinien, à Gaza City, le 14 décembre 2022. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)
    Yahya Sinwar, au centre, chef du Hamas dans la bande de Gaza, serrant la main d'un terroriste palestinien du Hamas lors d'un rassemblement marquant le 35e anniversaire de la fondation du du groupe terroriste palestinien, à Gaza City, le 14 décembre 2022. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)
  • Alon Lulu Shamriz qui a été tué par erreur par des soldats de Tsahal à Gaza le 15 décembre 2023. (Crédit : Autorisation)
    Alon Lulu Shamriz qui a été tué par erreur par des soldats de Tsahal à Gaza le 15 décembre 2023. (Crédit : Autorisation)
  • Des Israéliens manifestent pour la libération des otages à Tel Aviv, le 15 décembre 2023. (Crédit: @Sha_b_p)
    Des Israéliens manifestent pour la libération des otages à Tel Aviv, le 15 décembre 2023. (Crédit: @Sha_b_p)
  • Des Israéliens manifestent pour la libération des otages à Tel Aviv, le 15 décembre 2023. (Crédit : Chen Leopold)
    Des Israéliens manifestent pour la libération des otages à Tel Aviv, le 15 décembre 2023. (Crédit : Chen Leopold)
  • Le porte-parole militaire des rebelles houthis du Yemen, le général de brigade Yahya Saree, faisant une déclaration sur les récentes attaques contre deux navires commerciaux en mer Rouge lors d'une marche de solidarité avec la population de Gaza, dans la capitale Sanaa, le 15 décembre 2023. (Crédit : Mohammed Huwais/AFP)
    Le porte-parole militaire des rebelles houthis du Yemen, le général de brigade Yahya Saree, faisant une déclaration sur les récentes attaques contre deux navires commerciaux en mer Rouge lors d'une marche de solidarité avec la population de Gaza, dans la capitale Sanaa, le 15 décembre 2023. (Crédit : Mohammed Huwais/AFP)

L’alerte à l’infiltration de drones retentit dans la région de Galilée

Une alerte d’infiltration de drones a été déclenchée en Galilée, près de la frontière libanaise.

Les alertes sont activées dans les communautés de Kfar Blum, Kfar Szold, Neot Mordechaï, Lehavot HaBashan, Iftach, Ramot Naftali, Gonen, Malkia, Sdeh Nechemia, Dishon, Shamir, et Amir.

L’armée israélienne recherche la cause de ces alarmes.

Le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah a mené plusieurs attaques sur le nord d’Israël à l’aide de drones chargés d’explosifs, bien qu’il y ait également eu de nombreuses fausses alertes.

Troisième jour de coupure de l’internet et des téléphones à Gaza

De la fumée s’élevant après une frappe israélienne dans la bande de Gaza, vue depuis le sud d'Israël, le 16 décembre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP Photo)
De la fumée s’élevant après une frappe israélienne dans la bande de Gaza, vue depuis le sud d'Israël, le 16 décembre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP Photo)

Une panne des télécommunications prolongée qui a coupé les connexions téléphoniques et Internet dans la bande de Gaza entre dans son troisième jour.

Les lignes téléphoniques et Internet ont été coupées jeudi soir et étaient toujours inaccessibles ce matin, selon le groupe de défense de l’accès à Internet NetBlocks.org.

« La coupure d’Internet se poursuit et, d’après nos archives, il s’agit du plus long incident de ce type depuis plus de deux mois de guerre », a déclaré Alp Toker, directeur du groupe.

Le Département des affaires humanitaires des Nations unies a déclaré que les communications avec Gaza étaient « gravement perturbées » en raison des dégradations subies par les lignes de télécommunications dans le sud.

Tsahal mène un raid sur des écoles de Gaza utilisées comme bases par le Hamas

Les troupes de la 401e Brigade Blindée et de l’unité commando Shayetet 13 de la Marine ont fait une descente dans deux écoles du quartier chic de Rimal de Gaza City, où des terroristes étaient retranchés, selon l’armée.

Tsahal indique que les troupes ont combattu et tué plusieurs hommes armés du groupe terroriste palestinien du Hamas dans la zone, et que les terroristes à l’intérieur de l’école se sont rendus aux troupes.

Pendant ce temps, les troupes de la Brigade Kiryati ont perquisitionné un certain nombre d’appartements dans le sud de Khan Younès, utilisés par le Hamas. Tsahal affirme que les troupes ont trouvé « beaucoup » d’armes et de tunnels utilisés par les terroristes.

Par ailleurs, Tsahal indique que la 551e Brigade a identifié des mouvements suspects sur le toit d’un bâtiment dans la région de Jabaliya, d’où des tirs avaient été dirigés contre les troupes.

Les troupes ont mené une attaque aérienne sur le bâtiment, indique Tsahal, en joignant des images de l’attaque.

 

Les sirènes retentissent à Sderot, Ibim et Nir Am, dans le sud du pays

Des sirènes de roquettes retentissent dans les villes de Sderot, Ibim et Nir Am, dans le sud du pays.

Ces localités sont toutes situées à proximité de la frontière avec la bande de Gaza.

Sirènes de roquettes à Zarit, près de la frontière nord avec le Liban

Des sirènes de roquettes retentissent à Zarit, près de la frontière nord avec le Liban.

Les communautés bordant Gaza et le Liban ont été largement évacuées ces dernières semaines.

Sirènes d’alerte à la roquette à Netiv HaAsara, près de la frontière de Gaza

Des sirènes retentissent dans le kibboutz Netiv HaAsara, près de la frontière de Gaza, avertissant de l’arrivée de tirs de roquettes.

Cette alerte intervient après une accalmie d’environ 14 heures.

Manifestation spontanée à Tel Aviv réclamant le retour aux négociations pour libérer les otages

Des Israéliens manifestent pour la libération des otages à Tel Aviv, le 15 décembre 2023. (Crédit : Chen Leopold)
Des Israéliens manifestent pour la libération des otages à Tel Aviv, le 15 décembre 2023. (Crédit : Chen Leopold)

Une foule nombreuse s’est rassemblée au carrefour Kaplan à Tel Aviv et a bloqué la route en direction de la Kyria, le quartier général militaire de Tsahal, lors d’une manifestation spontanée appelant le gouvernement à obtenir la libération des otages après que trois d’entre eux ont été tués par erreur par des soldats de Tsahal plus tôt dans la journée à Gaza.

« Leur temps est compté ! Ramenez-les à la maison maintenant ! », peut-on entendre scander dans la foule. « Il n’y aura pas de victoire tant que tous les otages n’auront pas été libérés. »

La colère des familles d’otages est montée d’un cran ces derniers jours lorsqu’elles ont appris que le directeur du Mossad avait refusé de mener de nouvelles négociations pour les faire libérer, car il estimait que seule la poursuite des opérations de Tsahal à Gaza ferait plier le groupe terroriste et le ramènerait à la table des négociations avec une offre acceptable pour Israël. Les familles ont exigé des explications.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu aurait interdit au chef du Mossad, David Barnea, de se rendre au Qatar pour cette raison en début de semaine.

Selon Axios, Netanyahu aurait toutefois changé d’avis et accepté d’envoyer Barnea rencontrer le Premier ministre qatari Mohammed bin Abdulrahman Al Thani en Europe ce week-end pour discuter de la reprise des négociations en vue d’un nouvel accord sur les otages.

Des Israéliens manifestent pour la libération des otages à Tel Aviv, le 15 décembre 2023. (Crédit: @Sha_b_p)

Bientôt une autorisation des marchandises commerciales dans la bande de Gaza ?

Illustration: Un policier palestinien fait signe à un camion qui entre par le point de passage de Kerem Shalom dans la bande de Gaza le 1er septembre 2020, après un accord conclu avec Israël grâce à la médiation du Qatar. (SAID KHATIB / AFP)
Illustration: Un policier palestinien fait signe à un camion qui entre par le point de passage de Kerem Shalom dans la bande de Gaza le 1er septembre 2020, après un accord conclu avec Israël grâce à la médiation du Qatar. (SAID KHATIB / AFP)

Après le vote favorable du cabinet à la réouverture du passage de Kerem Shalom à l’aide humanitaire afin de pouvoir entrer directement à Gaza via Israël pour la première fois depuis le début de la guerre, deux responsables américains et israéliens ont déclaré au Times of Israel que l’administration Biden avait déjà pensé à ses prochaines requêtes : autoriser l’entrée de marchandises commerciales dans la bande de Gaza.

Depuis l’attaque du Hamas du 7 octobre, seuls les biens humanitaires de base – nourriture, eau, médicaments et carburant – sont entrés à Gaza.

Les responsables ont déclaré au Times of Israel que les États-Unis avaient pour objectif de remettre sur pied l’économie de Gaza, quoique limitée, après qu’elle a mis fin à toutes ses activités le 7 octobre.

Les responsables américain et israélien affirment que Jérusalem est actuellement réticente à cette idée, mais le responsable américain exprime son optimisme quant au fait que le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu changera d’avis, comme il l’a fait pour la réouverture de Kerem Shalom, pour l’autorisation de l’arrivée du carburant et des camions humanitaires en provenance d’Egypte.

« Les Israéliens comprennent que plus l’aide arrive, plus ils auront du temps pour poursuivre leurs opérations à Gaza », a déclaré le responsable américain.

Un responsable palestinien fustige Netanyahu qui s’est dit prêt à une guerre avec l’AP

Le gouverneur par intérim de Jénine, Kamal Abu al-Rub, au centre à gauche, et le gouverneur à la retraite Akram Rajoub, au centre, assistent à une cérémonie de décoration des agents de sécurité palestiniens, qui ont répondu à une attaque incendiaire par des manifestants en colère contre le poste de police de Djaba en juillet, au siège du gouvernorat de la ville de Jénine en Cisjordanie, le dimanche 13 août 2023. (Crédit : Nasser Nasser/AP)
Le gouverneur par intérim de Jénine, Kamal Abu al-Rub, au centre à gauche, et le gouverneur à la retraite Akram Rajoub, au centre, assistent à une cérémonie de décoration des agents de sécurité palestiniens, qui ont répondu à une attaque incendiaire par des manifestants en colère contre le poste de police de Djaba en juillet, au siège du gouvernorat de la ville de Jénine en Cisjordanie, le dimanche 13 août 2023. (Crédit : Nasser Nasser/AP)

Un responsable de l’Autorité palestinienne (AP) a confié au Times of Israel que les propos du Premier ministre Benjamin Netanyahu en début de semaine, qui affirmait qu’Israël se préparait à l’éventualité d’une guerre avec les forces de sécurité de l’AP, avait alarmé les autorités de Ramallah.

La chaîne publique Kan a divulgué des extraits du témoignage à huis clos de Netanyahu devant la commission des Affaires étrangères de la Knesset lundi, où il lui a été demandé si Israël était prêt à riposter dans le cas de figure où les forces de sécurité de l’AP décideraient de cesser de combattre le Hamas et d’autres éléments terroristes en Cisjordanie et de diriger leurs armes vers Israël.

Netanyahu a répondu en disant qu’Israël était pleinement conscient de cette possibilité et qu’il s’y était déjà préparé.

« Nous voulons arriver à une situation où, si un tel événement devait se produire, en quelques minutes, les hélicoptères de Tsahal seraient dans les airs, prêts à réagir », a rapporté Kan en citant les propos de Netanyahu aux législateurs.

Le responsable de l’AP a déclaré que les remarques avaient été rapidement relayées à Ramallah et qu’il était particulièrement mécontent et du message de Netanyahu et de la volonté de ce dernier, selon lui, de les divulguer à la presse.

Le responsable de l’AP, qui a parlé sous le couvert de l’anonymat, a averti que de tels messages émanant de Jérusalem risquaient de miner encore plus le moral des troupes de sécurité de l’AP et pourraient même devenir une prophétie qui se réaliserait d’elle-même.

John Kirby : « Nous pleurons les familles qui reçoivent les pires nouvelles »

Le porte-parole du Conseil de sécurité nationale américain John Kirby s'exprimant pendant le briefing quotidien, à la Maison Blanche, à Washington, le 30 novembre 2023. (Crédit : Andrew Caballero-Reynolds/AFP)
Le porte-parole du Conseil de sécurité nationale américain John Kirby s'exprimant pendant le briefing quotidien, à la Maison Blanche, à Washington, le 30 novembre 2023. (Crédit : Andrew Caballero-Reynolds/AFP)

Le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, John Kirby, réagit à la nouvelle du meurtre par erreur de trois otages israéliens par les troupes de Tsahal dans le nord de Gaza plus tôt dans la journée.

« C’est navrant. C’est tragique », a déclaré Kirby lors d’un point de presse.

« Je pense que les Israéliens vont certainement examiner cela, et je suis sûr qu’ils feront des analyses médico-légales et tenteront de comprendre comment cela s’est produit. C’est certainement ainsi que nous aborderions une situation comme celle-ci », dit-il.

Il décline une demande de jugement sur l’incident.

« Nous pleurons les familles qui reçoivent les pires nouvelles qu’une famille puisse recevoir, et je pense que nous devons les garder à l’esprit », a déclaré Kirby, ajoutant que le président américain Joe Biden a été informé par son équipe de sécurité nationale de l’incident.

Netanyahu : Nous panserons nos plaies, tirerons les leçons pour ramener tous les otages

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprime dans une déclaration vidéo publiée par son bureau le 29 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran X. Utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur les droits d'auteur)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprime dans une déclaration vidéo publiée par son bureau le 29 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran X. Utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur les droits d'auteur)

À la suite de la mort de trois otages israéliens tués par erreur par Tsahal dans le nord de Gaza plus tôt aujourd’hui, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré : « Avec l’ensemble du peuple d’Israël, je m’incline en signe de profonde tristesse et pleure la perte de trois de nos chers fils pris en otage, parmi lesquels Yotam Haim et Samar Talalka ».

Le troisième otage tué n’a été identifié que plus tard comme étant Alon Lulu Shamriz.

« C’est une tragédie insoutenable. L’État d’Israël tout entier est en deuil ce soir. Je suis de tout cœur avec les familles endeuillées dans cette période difficile. »

« J’envoie force et courage à nos guerriers qui poursuivent la mission sacrée de ramener les personnes enlevées, au prix de leur propre vie. »

« En cette soirée si douloureuse, nous allons panser nos plaies, tirer les leçons nécessaires et poursuivre notre effort suprême pour ramener tous nos otages sains et saufs à la maison », a ajouté Netanyahu.

Dans un communiqué séparé, le ministre de la Défense Yoav Gallant a déclaré : « En ce moment difficile, mes pensées et mon cœur sont avec les familles des trois otages qui ont été tués par erreur par des tirs de Tsahal à Gaza״.

״C’est un incident qui affecte tous les Israéliens. Nous devons rester résilients et poursuivre nos opérations – pour les otages, pour nos citoyens et pour nos soldats. »

« Ce soir, j’ai parlé avec le chef d’état-major de Tsahal pour connaître les détails de cet incident tragique afin d’en tirer des leçons dès à présent », a ajouté Gallant.

Le troisième otage tué par erreur par Tsahal identifié comme étant Alon Lulu Shamriz

Alon Lulu Shamriz qui a été tué par erreur par les troupes de Tsahal à Gaza le 15 décembre 2023. (Crédit : Autorisation)
Alon Lulu Shamriz qui a été tué par erreur par les troupes de Tsahal à Gaza le 15 décembre 2023. (Crédit : Autorisation)

Le Conseil régional de Shaar Hanegev a annoncé la mort d’Alon Lulu Shamriz, résident du kibboutz Kfar Aza, révélant ainsi l’identité du troisième otage israélien abattu par erreur par Tsahal lors des combats dans le nord de la bande de Gaza plus tôt aujourd’hui.

Shamriz, 26 ans, était étudiant en ingénierie informatique. Ses parents sont originaires d’Iran.

Les deux autres otages tués sont Yotam Haim et Samar Talalka.

Après la mort tragique de 3 otages, Gantz s’engage à ramener ceux qui restent

Le ministre Benny Gantz assistant à une conférence de presse au ministère de la Défense, à Tel Aviv, le 22 novembre 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)
Le ministre Benny Gantz assistant à une conférence de presse au ministère de la Défense, à Tel Aviv, le 22 novembre 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)

Le ministre du cabinet de guerre Benny Gantz écrit sur X que la nouvelle de la mort par erreur de trois otages tués par Tsahal au cours des combats dans le nord de Gaza plus tôt dans la journée lui avait « brisé le cœur ».

« Je suis de tout cœur avec les familles des otages et avec les soldats qui se trouvent en plein cœur de la bande de Gaza et qui accomplissent une mission complexe et importante, de celles que nous n’avons plus connues depuis la création de l’État », écrit-il.

« Notre responsabilité est de gagner cette guerre, et une partie de cette victoire consistera à ramener les otages chez eux. Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour les ramener vivants. Tout », a promis Gantz.

Ryad : l’AP a fait du bon travail en Cisjordanie malgré Israël ; peut faire de même à Gaza

Le ministre des Affaires étrangères saoudien, le prince Faisal bin Farhan, assiste à une conférence de presse sur la guerre entre Israël et le Hamas, vendredi 8 décembre 2023, à Washington. (Crédit : Jacquelyn Martin/AP)
Le ministre des Affaires étrangères saoudien, le prince Faisal bin Farhan, assiste à une conférence de presse sur la guerre entre Israël et le Hamas, vendredi 8 décembre 2023, à Washington. (Crédit : Jacquelyn Martin/AP)

Le ministre des Affaires étrangères saoudien Fayçal ben Farhan a déclaré que l’Autorité palestinienne (AP) était parfaitement capable de reprendre le pouvoir à Gaza après la guerre, mais que toute discussion à ce sujet ne pourrait commencer qu’après un cessez-le-feu.

Le prince a estimé lors d’une conférence de presse à Oslo que l’AP avait fait un très bon travail en Cisjordanie malgré des conditions difficiles et les tentatives israéliennes de la faire échouer.

Le problème se situe peut-être ailleurs lorsqu’on parle de la nécessité de relancer l’AP, a souligné le ministre des Affaires étrangères saoudien. « Elle a la capacité de prendre en charge les responsabilités d’un État palestinien, s’il était créé ».

Gaza : L’armée rapporte avoir ouvert le feu par erreur et tué trois otages

Des troupes de la Brigade Commando opèrent à Khan Younis, dans le sud de Gaza, sur une photo publiée le 15 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Des troupes de la Brigade Commando opèrent à Khan Younis, dans le sud de Gaza, sur une photo publiée le 15 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, a rapporté que, lors des combats à Shejaiya, dans le nord de la bande de Gaza, les troupes israéliennes avaient identifié par erreur trois otages israéliens comme représentant une menace, et avaient ouvert le feu sur eux, les tuant.

« Il s’agit d’un incident tragique et douloureux pour nous tous, et l’armée israélienne en porte la responsabilité », a déclaré Hagari.

« C’est une zone où les soldats ont rencontré de nombreux terroristes, notamment des kamikazes, ces derniers jours et aujourd’hui », a-t-il ajouté. « Peu de temps après cet incident tragique, une autre rencontre avec des terroristes a eu lieu à proximité », a déclaré Hagari.

Hagari a donné les noms de deux otages tués : Yotam Haïm, qui a été enlevé par le Hamas à Kfar Aza, et Samer Talalka, qui a été enlevé à Nir Am. Le troisième otage n’a pas été nommé à la demande de sa famille.

Le batteur de heavy metal Yotam Haïm, enlevé au kibboutz Kfar Aza le 7 octobre 2023. (Autorisation)

Yotam Haïm, batteur du groupe de heavy metal Persephore, était âgé de 28 ans.

Samer Fouad Talalka, 22 ans, travaillait dans le couvoir du kibboutz Nir Am, où il effectuait souvent des gardes le week-end, ce qui l’obligeait à être au poulailler dès les premières heures du matin, quand il a été enlevé le 7 octobre.

Samer Fouad Talalka, 22 ans, originaire de la ville bédouine de Hura, fait prisonnier par des terroristes du Hamas le 7 octobre 2023. (Autorisation)

Interrogé sur la manière dont les otages avaient pu échapper à la captivité du Hamas, Hagari a répondu que l’armée estimait que « les trois avaient fui ou avaient été abandonnés par les terroristes qui les retenaient captifs ».

Hagari a également indiqué qu’ « après la fusillade, lors d’un scanner et d’un examen, des soupçons immédiats sont apparus quant à l’identité des morts, et leurs corps ont été rapidement transférés pour examen en Israël, où les otages ont été identifiés ». Il a ajouté que l’armée enquêtait sur les circonstances de l’incident.

Il affirme que Tsahal travaille toujours à « rassembler les faits et clarifier les détails de l’incident », et qu’entre-temps, de nouveaux protocoles d’identification des otages ont déjà été transférés aux forces terrestres, « pour tout faire pour empêcher un autre événement tragique comme celui-ci ».

« L’armée israélienne exprime sa profonde tristesse face à cette catastrophe et partage le chagrin des familles. Que leur mémoire soit bénie », a ajouté Hagari.

Doutes sur l’authenticité des lettres contre le soutien de Biden à Israël – média

Des fonctionnaires du gouvernement américain manifestent en faveur d'un cessez-le-feu à Gaza devant la Maison Blanche le 13 décembre 2023. (Crédit : Screen capture/X)
Des fonctionnaires du gouvernement américain manifestent en faveur d'un cessez-le-feu à Gaza devant la Maison Blanche le 13 décembre 2023. (Crédit : Screen capture/X)

Un article du Washington Post a récemment jeté le doute sur plusieurs articles publiés dans d’autres médias concernant des lettres anonymes qui auraient été signées par des centaines de fonctionnaires de l’administration fédérale pour exprimer leur opposition au soutien de l’administration Biden à Israël dans sa guerre contre les terroristes du Hamas.

NBC News a publié une lettre qui aurait été signée par 40 stagiaires de la Maison Blanche ; le Huffington Post a publié une autre lettre qui aurait été signée par 140 membres du personnel du Capitole ; le New York Times a publié une lettre qui aurait été signée par 500 responsables politiques et membres du personnel de 40 agences gouvernementales ; et Foreign Policy a publié une autre lettre qui aurait été signée par 370 employés de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID).

Les signataires de toutes les lettre ont toutefois tous souhaité garder l’anonymat.

« Il a été impossible, dans chacun des cas, d’identifier ou d’énumérer les prétendus signataires de ces lettres. Les articles indiquaient que les signataires avaient refusé de rendre leurs noms publics. Ce qui laisse planer le doute sur le fait que des dizaines de personnes se sont ralliées aux sentiments exprimés dans les lettres », rapporte le Washington Post.

La lettre de l’USAID explique que les membres du personnel n’ont pas divulgué leurs noms en raison de « craintes pour notre sécurité personnelle et du risque de perdre notre emploi ».

Chaque organe de presse qui a publié les lettres a indiqué au Post qu’il se portait garant des informations publiées, mais a refusé d’en dire plus sur leur authenticité.

Une capture d’écran obtenue par le Post indique que la lettre des stagiaires a été rédigée par une personne vivant à San Francisco où elle exerce la profession de médecin.

Tsahal enquête sur des soldats filmés tirant sur un Palestinien déjà neutralisé

Images d'un soldat de l’armée israélienne tirant sur un suspect palestinien dans le camp de réfugiés d'al-Faraa dans la vallée du Jourdain en Cisjordanie, le 8 décembre 2023. (Crédit : Capture/ d’écran YouTube)
Images d'un soldat de l’armée israélienne tirant sur un suspect palestinien dans le camp de réfugiés d'al-Faraa dans la vallée du Jourdain en Cisjordanie, le 8 décembre 2023. (Crédit : Capture/ d’écran YouTube)

Le groupe de défense des droits de l’homme B’Tselem a publié des images provenant de caméras de sécurité obtenues dans le camp de réfugiés d’al-Faraa, dans la vallée du Jourdain en Cisjordanie, sur lesquelles on voit des soldats de Tsahal tirer sur deux Palestiniens à bout portant le 8 décembre.

L’armée était à la poursuite d’un groupe d’hommes palestiniens que l’on voit tenter de fuir les lieux à l’arrivée d’une jeep de Tsahal.

Les soldats ont alors fait feu depuis la jeep, et ont touché Rami Jundob, 25 ans, qui semble tenir un engin explosif. Alors qu’il tombe et que la jeep se rapproche de lui, on voit l’un des soldats lui tirer dessus à nouveau depuis l’intérieur du véhicule.

Jundob est alors aperçu levant la main et les soldats se remettent à lui tirer dessus à bout portant. Il a succombé à ses blessures le lendemain, selon B’Tselem.

Vient ensuite Thaar Shahin, un Palestinien de 36 ans, que l’on voit jeter un coup d’œil depuis une voiture où il s’était caché et sur lequel les soldats vont également faire feu.

Les deux hommes ont été transportés d’urgence dans un hôpital voisin où leur décès a été constaté, selon B’Tselem.

Interrogé sur l’incident, Tsahal a déclaré dans un communiqué que le département des enquêtes internes de la police avait ouvert une enquête sur l’affaire « parce qu’il soupçonnait des tirs illégaux au cours de l’incident. À la fin de l’enquête, les conclusions seront soumises au bureau du procureur militaire pour examen ».

Des soldats filmés frappant un photojournaliste palestinien à Jérusalem-Est

Des soldats israéliens frappant un journaliste palestinien à Jérusalem-Est, le 15 décembre 2023. (Crédit : Capture d'écran/X)
Des soldats israéliens frappant un journaliste palestinien à Jérusalem-Est, le 15 décembre 2023. (Crédit : Capture d'écran/X)

Plusieurs agents de la police des frontières ont été filmés plus tôt dans la journée frappant le photojournaliste palestinien Mustafa Haruf à Jérusalem-Est.

Haaretz décrit Haruf comme « un photographe bien connu dans la ville, qui a également documenté les conséquences du massacre du Hamas dans les communautés frontalières de Gaza ».

Haruf affirme avoir été attaqué sans raison, après avoir quitté une prière dispersée par les forces de sécurité israéliennes dans le quartier de Wadi Joz.

Les images montrent un policier des frontières s’approchant de Haruf et le frappant avec le canon de son arme. Il est ensuite jeté au sol par un officier et reçoit des coups de pied à la tête et au corps à plusieurs reprises alors qu’il se trouve au sol, sans défense, et hurle. Il a été transporté à l’hôpital pour des blessures à la tête.

La police des frontières a annoncé plus tard avoir suspendu les deux agents impliqués dans l’incident et que le Département des enquêtes internes de la police avait ouvert une enquête sur cette affaire.

Un communiqué antérieur de la police avait indiqué que des journalistes avaient cherché à interférer avec les opérations dans la zone et avaient refusé l’ordre de quitter les lieux.

Liban : le parlement prolonge le mandat du chef de l’armée pour éviter le vide

Joseph Aoun. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Joseph Aoun. (Crédit : capture d'écran YouTube)

Le parlement libanais a prolongé vendredi d’un an le mandat du commandant en chef de l’armée, qui devait expirer le 10 janvier 2024.

Le général Joseph Aoun devait partir à la retraite alors que le poste du chef d’état-major, le plus haut gradé après lui censé le remplacer, est également vacant.

Le pays est sans président de la République depuis plus de treize mois et dirigé par un gouvernement démissionnaire aux pouvoirs réduits, les dissensions politiques paralysant toutes les prises de décisions.

Le Hamas revendique les tirs de roquettes sur Jérusalem et près de l’hôpital de Ramallah

Une roquette en provenance de Gaza aurait atterri à Ramallah le 15 décembre 2023. (Crédit : capture d'écran/X)
Une roquette en provenance de Gaza aurait atterri à Ramallah le 15 décembre 2023. (Crédit : capture d'écran/X)

L’aile armée du Hamas a revendiqué le barrage de roquettes lancé sur la capitale israélienne en fin d’après-midi.

Les autorités israéliennes ont diffusé des images de ce qu’elles disent être une des roquettes tombées près d’un hôpital à Ramallah.

Aucun blessé n’a été signalé.

https://twitter.com/cogatonline/status/1735689037829054726?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1735689037829054726%7Ctwgr%5Ef239d1cb77ffb2dcf2b28c51f0da3fb9b6539e17%7Ctwcon%5Es1_&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.timesofisrael.com%2Fliveblog_entry%2Fhamas-claims-responsibility-for-rockets-at-jerusalem-one-said-to-fall-near-ramallah-hospital%2F

Tsahal dit s’entraîner de manière intensive à la frontière nord

Des soldats de l’armée israélienne s'entraînant dans le nord d'Israël, sur une photo publiée le 15 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Des soldats de l’armée israélienne s'entraînant dans le nord d'Israël, sur une photo publiée le 15 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Dans ce qui s’apparente à un avertissement au groupe terroriste du Hezbollah, l’armée israélienne a publié une déclaration disant procéder à un entraînement intensif dans le nord d’Israël.

L’armée a expliqué que cet entraînement, baptisé « Moments cruciaux », avait vocation à préparer les soldats à « d’autres scénarios possibles à la frontière nord », tout en menant leurs opérations de routine dans la région.

Elle a ajouté que les soldats s’entraînaient de jour comme de nuit, en zones ouvertes et urbaines, du niveau des pelotons aux bataillons. Les soldats apprennent également à utiliser des véhicules blindés et d’autres armes.

Berlin : Les attaques des Houthis « mettent en danger » Israël et la navigation internationale

La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, assiste à une réunion avec le Premier ministre de l’Autorité palestinienne, Mohammad Shtayyeh (non photographié) dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 11 novembre 2023. (Crédit : Ammar Awad / Photo de la piscine via AP)
La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, assiste à une réunion avec le Premier ministre de l’Autorité palestinienne, Mohammad Shtayyeh (non photographié) dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 11 novembre 2023. (Crédit : Ammar Awad / Photo de la piscine via AP)

Les rebelles Houthis du Yémen, qui ont revendiqué vendredi des attaques contre plusieurs navires en mer Rouge, menacent la sécurité d’Israël et le transport maritime international, a dénoncé la ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock.

« Les attaques des Houthis contre des navires marchands civils en Mer Rouge doivent s’arrêter immédiatement », a déclaré la ministre lors d’une conférence de presse à Berlin.

« Non seulement ces attaques mettent en danger la sécurité d’Israël, mais elles menacent également le transport maritime international », a-t-elle ajouté, alors qu’un porte-conteneur attaqué appartient à l’armateur allemand Hapag-Lloyd.

L’armée affirme opérer au plus profond de Khan Younès, y compris dans l’une des maisons de Sinwar

Des troupes de la Brigade Commando opèrent à Khan Younis, dans le sud de Gaza, sur une photo publiée le 15 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Des troupes de la Brigade Commando opèrent à Khan Younis, dans le sud de Gaza, sur une photo publiée le 15 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne a indiqué que des troupes de l’unité Maglan combattaient le Hamas au plus profond de Khan Younès, notamment dans l’une des maisons du chef du groupe terroriste à Gaza, Yahya Sinwar.

« Lors d’une des batailles, les troupes ont opéré dans les ruines d’une de ses maisons, où il vivait ces dernières années, qui a été attaquée depuis les airs au début de la guerre », a indiqué l’armée israélienne.

L’armée a diffusé des images montrant les troupes combattant dans la zone.

Elle a indiqué que les soldats avaient tué plusieurs membres du Hamas lors des opérations à Khan Younis.

Lors d’une opération, Tsahal affirme que les soldats ont identifié une cellule du Hamas sortant d’un tunnel et pointant sur eux des RPG. Les terroristes ont été tués avant d’ouvrir le feu, selon l’armée.

L’armée israélienne affirme que les soldats de Maglan ont localisé un site de tirs de roquettes à longue portée et plusieurs ouvertures de tunnels « importants ».

Les troupes ont également attaqué le domicile du responsable du Hamas à la tête des opérations de tirs de roquettes à Khan Younès, et saisi des armes et du matériel de renseignement.

Tsahal frappe un lance-roquettes du Hezbollah visant le nord d’Israël

Un hélicoptère d'attaque et un drone de Tsahal ont frappé plusieurs cibles du Hezbollah, dans le sud du Liban, le 15 décembre 2023. (Capture d'écran/X)
Un hélicoptère d'attaque et un drone de Tsahal ont frappé plusieurs cibles du Hezbollah, dans le sud du Liban, le 15 décembre 2023. (Capture d'écran/X)

L’armée israélienne a déclaré qu’un hélicoptère d’attaque et un drone avaient frappé plusieurs cibles du Hezbollah, dans le sud du Liban, dont un lance-roquettes utilisé pour tirer des projectiles sur le nord d’Israël.

Toujours selon Tsahal, certaines roquettes auraient été interceptées, d’autres se sont écrasées dans des zones non peuplées.

Le Dôme de fer a également intercepté une « cible aérienne suspecte », entrée dans l’espace aérien israélien depuis le Liban, sans oublier un drone lancé depuis le Liban, qui s’est écrasé non loin d’un poste de l’armée près de Manara, a déclaré l’armée israélienne.

Plusieurs roquettes interceptées au-dessus de Jérusalem

Plusieurs roquettes ont été interceptées au-dessus de Jérusalem, peu de temps après le déclenchement des sirènes d’alerte, ont constaté des journalistes de l’AFP.

L’armée israélienne a indiqué que les sirènes avaient retenti pour la dernière fois à Jérusalem le 30 octobre.

Des journalistes de l’AFP ont vu au moins deux roquettes interceptées par le système de défense aérien israélien du Dôme de fer.

Sirènes dans le nord ; Gantz : si le monde ne refoule pas le Hezbollah, nous le ferons

Vue de Kiryat Shmona en 2021. (Crédit : Bnaya Levi/Wikimedia Commons)
Vue de Kiryat Shmona en 2021. (Crédit : Bnaya Levi/Wikimedia Commons)

Des sirènes de roquettes ont retenti dans la ville de Kiryat Shmona, dans le nord d’Israël.

À peu près au même moment, le ministre du cabinet de la guerre, Benny Gantz, en visite à Maalot-Tarshiha, en Haute Galilée, indiquait qu’il avait invité les plus hauts diplomates occidentaux à venir visiter la région pour se rendre compte par eux-mêmes de la menace posée par le groupe terroriste du Hezbollah.

Il a prévenu que « si la communauté internationale ne va pas éloigner le Hezbollah de la frontière, c’est Israël qui s’en chargera ».

Israël a prévenu qu’il ne tolérerait plus la présence du groupe terroriste le long de la frontière, car ce dernier pourrait tenter de perpétrer une attaque similaire à l’assaut du Hamas le 7 octobre dernier.

Depuis ce jour, les forces dirigées par le Hezbollah ont lancé des attaques quasi-quotidiennes contre des communautés israéliennes et des postes militaires le long de la frontière ; dans un souci d’éviter une guerre totale, elles auraient toutefois tenté de limiter l’ampleur de ces attaques.

Des mannequins, des bruits de pleurs par haut-parleur : les méthodes du Hamas

L’armée a publié une vidéo filmée par les troupes dans le nord de Gaza, dans laquelle un commandant a détaillé les méthodes utilisées par le groupe terroriste palestinien du Hamas pour attirer les soldats dans des pièges.

Il a montré, près du camp de Jabaliya, ce qu’il a dit être des mannequins ressemblant à des enfants posés par des terroristes, à côté de cartables et d’un haut-parleur diffusant des propos en hébreu et parfois des cris.

Il a affirmé que l’installation avait été positionnée à un endroit où des terroristes avaient tenté de tendre une embuscade aux soldats, avec des combattants armés et des bombes placées à l’intérieur de sacs de l’agence des Nations unies pour les réfugiés, l’UNRWA. Il a affirmé que les soldats avaient combattu et vaincu les hommes armés.

« Leur objectif est de nous attirer pour que l’on examine ces choses… pour nous entraîner dans un endroit piégé », a-t-il dit.

Les législateurs républicains réduisent l’aide à l’Université de Pennsylvanie

L'université de Pennsylvanie à Philadelphie, le 15 mai 2019. (Crédit : Matt Rourke/AP)
L'université de Pennsylvanie à Philadelphie, le 15 mai 2019. (Crédit : Matt Rourke/AP)

Les législateurs républicains de Pennsylvanie ont rejeté un projet de loi visant à verser 33,5 millions de dollars à l’école vétérinaire de l’Université de Pennsylvanie.

Leur décision fait suite à la large polémique que connait l’université depuis ces dernières semaines et aux critiques selon lesquelles elle aurait toléré l’antisémitisme.

Le vote a eu lieu quatre jours après la démission de Liz Magill, présidente de UPenn, sous la pression de donateurs et leurs critiques suite à son témoignage lors d’une audience au Congrès américain concernant l’antisémitisme sur les campus américains.

L’aide annuelle de l’État à l’école vétérinaire de Penn bénéficie en temps normal d’un fort soutien bipartisan.

« Jusqu’à ce que l’université fasse davantage pour éradiquer, dénoncer et prendre une position officielle sur l’antisémitisme, idéologie qui va à l’encontre des valeurs de l’université, je ne peux pas, en toute bonne conscience, soutenir ce financement », a déclaré le chef de la minorité républicaine à la Chambre, Bryan Cutler.

Le texte n’a ainsi pas atteint la majorité des deux tiers requise par la Constitution de l’État.

Tsahal frappe une cible du Hezbollah et des terroristes le long de la frontière libanaise

Tsahal déclare que l’armée de l’air israélienne a frappé une cible du Hezbollah au Liban, dans le cadre des échanges de tirs avec le groupe terroriste chiite libanais le long de la frontière.

L’armée a également frappé deux hommes armés identifiés près de la frontière.

L’armée annonce la mort d’un nouveau soldat à Gaza, portant le bilan des opérations terrestres à 118 morts

Le sergent de première classe (réserviste) Shay Uriel Pizem, tué au combat à Gaza, le 15 décembre 2023. (Autorisation)
Le sergent de première classe (réserviste) Shay Uriel Pizem, tué au combat à Gaza, le 15 décembre 2023. (Autorisation)

L’armée israélienne a annoncé la mort d’un soldat lors de combats ce matin dans le sud de la bande de Gaza, portant à 118 le nombre de militaires tués dans l’offensive terrestre contre le Hamas.

Il s’agit du sergent de première classe (réserviste) Shay Uriel Pizem, 23 ans, commandant de char au sein du 9e bataillon de la 401e brigade blindée, originaire d’Ein HaNatziv.

Sullivan : La menace du Hezbollah au nord doit être éliminée, mais Washington veut une solution diplomatique

Des dégâts causés par une roquette tirée depuis le Liban dans le kibboutz Baram, le long de la frontière nord, le 12 décembre 2023. (Autorisation)
Des dégâts causés par une roquette tirée depuis le Liban dans le kibboutz Baram, le long de la frontière nord, le 12 décembre 2023. (Autorisation)

Au sujet des avertissements d’Israël quant à un éventuel conflit plus important avec le Hezbollah dans le nord si le groupe terroriste chiite libanais ne retire pas ses forces de la frontière, Sullivan souligne aux journalistes que « les citoyens d’Israël qui ont été évacués du nord doivent pouvoir retourner chez eux et doivent pouvoir le faire avec un véritable sentiment de sécurité ».

« Et cela signifie qu’il faut faire face à la menace qui vient de l’autre côté de la frontière. »

Cependant, Washington continue de croire que « cette menace peut être traitée par la diplomatie et ne nécessite pas le déclenchement d’une nouvelle guerre ».

Mais cela nécessite également « une capacité de dissuasion, car nous devons envoyer un message clair selon lequel nous ne tolérerons pas le type de menaces et d’activités terroristes que nous avons observées de la part du Hezbollah et du territoire libanais ».

Tsahal frappe des sites de sécurité interne du Hamas, affirmant qu’ils font partie de l’effort de guerre – de résistance – du groupe terroriste

Des soldats israéliens opérant dans la bande de Gaza au milieu de la guerre contre le Hamas, sur une photo publiée le 13 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Des soldats israéliens opérant dans la bande de Gaza au milieu de la guerre contre le Hamas, sur une photo publiée le 13 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne dit avoir achevé une série de frappes aériennes contre des sites utilisés par la sécurité interne du groupe terroriste palestinien du Hamas à la frontière entre Gaza et l’Égypte.

Dans un communiqué, Tsahal indique que les frappes, menées par des avions de chasse, des hélicoptères d’attaque et des drones, ont visé des complexes armés, des postes de garde, des postes d’observation, des dépôts d’armes et des centres de commandement appartenant aux services de sécurité interne du Hamas.

« Les sites qui ont été frappés dans la zone de Rafah, où les terroristes du Hamas opéraient, ont aidé les efforts de contrebande menés par le groupe terroriste du Hamas et comprenaient des armes qui mettent en danger les soldats de Tsahal opérant dans la bande de Gaza et les citoyens d’Israël », indique l’armée.

Ces frappes « portent un coup » à la capacité du Hamas à faire entrer plus d’armes en contrebande dans la bande de Gaza.

Selon Tsahal, l’appareil de sécurité interne du Hamas « vole les approvisionnements humanitaires entrant dans la bande de Gaza, aide à la contrebande d’armes supplémentaires et ses agents [terroristes] sont complices des opérations du Hamas contre les forces de Tsahal dans la bande de Gaza ».

Jake Sullivan : Les méthodes du Hamas ont alourdi le fardeau de Tsahal à Gaza

Des troupes de l'armée israélienne opérant dans la bande de Gaza au milieu de la guerre contre le Hamas, le 15 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Des troupes de l'armée israélienne opérant dans la bande de Gaza au milieu de la guerre contre le Hamas, le 15 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Jake Sullivan déclare aux journalistes que les méthodes du groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza ont imposé « un fardeau incroyable à Tsahal, un fardeau inhabituel pour une armée à notre époque », en se cachant derrière des civils pour mener sa guerre contre l’armée israélienne.

Israël « n’a pas le loisir de faire face au Hamas sur un champ de bataille avec les civils d’un côté et les terroristes de l’autre », souligne-t-il.

Le 7 octobre, le Hamas a « massacré 1 200 personnes de manière brutale et sauvage. Ils sont ensuite retournés à Gaza et se sont cachés derrière la population civile, utilisant des civils comme boucliers humains, utilisant des sites protégés comme les hôpitaux et les écoles à des fins terroristes, se fondant dans la population palestinienne innocente », tout en jurant de commettre d’autres attaques et de détruire Israël.

Selon lui, Israël a la responsabilité majeure de protéger les civils et de leur permettre de recevoir l’aide humanitaire, mais la responsabilité ultime du Hamas dans le conflit « a été un peu perdue de vue dans tout ce débat ».

L’AP peut « réactiver » 3 500 de ses 15 000 anciens membres des forces de sécurité à Gaza après la guerre – responsable palestinien

Illustration : Police palestinienne en Cisjordanie. (Crédit : Issam Rimawi/Flash90)
Illustration : Police palestinienne en Cisjordanie. (Crédit : Issam Rimawi/Flash90)

L’Autorité palestinienne (AP) sera initialement en mesure de « réactiver » au moins 3 500 des quelque 15 000 anciens membres de ses forces de sécurité à Gaza, déclare un responsable palestinien au Times of Israel.

Ce chiffre a été obtenu lors d’une évaluation menée par l’AP au cours des dernières semaines, dans le cadre d’un effort encouragé par les États-Unis pour qu’elle revienne finalement à la tête de Gaza après avoir perdu les élections face au groupe terroriste palestinien du Hamas en 2005 et avoir été expulsée de la bande deux ans plus tard.

Le fonctionnaire indique que d’autres anciens soldats de l’AP pourront éventuellement renforcer les premiers milliers de soldats, mais que ceux-ci et d’autres auront besoin d’une formation supplémentaire.

« Il existe à Gaza un certain nombre de membres du personnel de sécurité liés à l’Autorité palestinienne dont nous pensons qu’ils pourraient constituer une sorte de noyau au cours des nombreux mois qui suivront la campagne militaire globale », déclare un haut fonctionnaire de l’administration Biden aux journalistes.

Le fonctionnaire affirme que les forces de sécurité de l’AP ont « incroyablement bien fonctionné » en Cisjordanie, contrecarrant un effort du Hamas d’utiliser des cellules dans le territoire pour « instiguer la violence et le soulèvement dans les jours qui ont suivi le 7 octobre ».

Par l’intermédiaire de leur coordinateur de la sécurité à Jérusalem, le général Mike Fenzel, les États-Unis ont contribué à la formation des forces de sécurité de l’AP et leur travail avec elles s’est poursuivi jusqu’au 7 octobre, précise le haut fonctionnaire de l’administration.

Sullivan : La guerre durera des mois, nous ne sommes pas là pour dire à Israël ce qu’il doit faire

Le conseiller à la Sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, s'exprimant lors d'un point de presse à la Maison Blanche, à Washington, le 4 décembre 2023. (Crédit : Evan Vucci/AP Photo/Dossier)
Le conseiller à la Sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, s'exprimant lors d'un point de presse à la Maison Blanche, à Washington, le 4 décembre 2023. (Crédit : Evan Vucci/AP Photo/Dossier)

Lors d’une conférence de presse, le conseiller à la Sécurité nationale américain Jake Sullivan affirme qu’il n’y a pas de désaccord entre Jérusalem et Washington sur le fait que la lutte contre le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza prendra des mois, tout en ajoutant que les deux parties sont d’accord sur le fait qu’il y aura une transition de la phase actuelle de haute intensité à une phase d’opérations de précision.

« La Maison Blanche a eu de très bonnes discussions sur l’agenda et la transition vers les prochaines étapes du conflit, mais nous ne sommes pas là pour dire à qui que ce soit de faire ceci ou cela. »

Ces derniers jours, des médias ont affirmé que la Maison Blanche faisait pression sur Israël pour qu’il mette fin à l’opération en cours dans les semaines à venir, en raison des inquiétudes suscitées par le nombre croissant de victimes civiles dans la bande de Gaza.

Sullivan dit ne pas avoir entendus les dirigeants israéliens dire des choses qui l’amèneraient à penser qu’il doit répondre à la question hypothétique de savoir comment Washington réagira si la phase actuelle s’éternise, lors de leurs réunions.

Il ajoute que ses homologues israéliens ont « très clairement indiqué » leur objectif de distinguer les civils des combattants [terroristes] et d’empêcher que des innocents ne soient blessés ».

Quant à la question de savoir qui gouvernera Gaza après la guerre, alors que les Israéliens rejettent les dirigeants actuels de Ramallah, Sullivan ne commente pas directement ce refus. « Nous pensons que l’Autorité palestinienne a besoin d’être réorganisée et revitalisée, qu’elle doit être modernisée en termes de méthode de gouvernance et de représentation du peuple palestinien. »

« Cela nécessitera beaucoup de travail de la part de tous ceux qui sont engagés dans l’Autorité palestinienne, à commencer par le président, Mahmoud Abbas, que j’irai voir (…). Et en fin de compte, ce sera au peuple palestinien de travailler par l’intermédiaire de sa représentation. »

Amihaï Eliyahu : Israël devrait occuper entièrement Gaza après la guerre

Le ministre du Patrimoine Amichaï Eliyahu arrivant à une réunion au Bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 29 janvier 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre du Patrimoine Amichaï Eliyahu arrivant à une réunion au Bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 29 janvier 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre du Patrimoine Amihaï Eliyahu, du parti d’extrême-droite Otzma Yehudit, estime qu’Israël « devrait occuper entièrement la bande de Gaza » après la guerre, car il pense que les Palestiniens sont incapables de contrôler le territoire sans le transformer en un foyer de terrorisme.

« Quiconque vend aujourd’hui l’idée que [les Palestiniens] peuvent recommencer à contrôler les choses ne se souvient pas de ce qui s’est passé le [7 octobre] », déclare-t-il à la chaîne publique israélienne Kan.

Israël a retiré ses forces et ses résidents d’implantations de Gaza en 2005, et fait face depuis à des attaques répétées de groupes terroristes palestiniens depuis le territoire. Depuis le début de la guerre, Jérusalem a refusé de dire ce qu’elle envisage pour la bande une fois son objectif de chasser le groupe terroriste palestinien du Hamas du pouvoir atteint, bien que le Premier ministre Benjamin Netanyahu ait affirmé qu’on ne pouvait pas faire confiance à l’Autorité palestinienne (AP) pour la gouverner.

Eliyahu ne dit pas non plus comment il envisage le régime israélien. À la question de savoir si les autorités israéliennes devraient superviser les affaires civiles, avec tout ce que cela implique, il se dérobe, se contentant de dire que les Palestiniens ne peuvent pas le faire.

Il ajoute qu’il souhaite « rétablir les implantations » dans la bande de Gaza, mais reconnaît que « ce n’est pas nécessairement le moment ».

Eliyahu avait déjà fait les gros titres en novembre lorsqu’il avait déclaré qu’une des options d’Israël dans la guerre contre le Hamas pourrait être de larguer une bombe nucléaire sur Gaza – des propos rapidement désavoués par Netanyahu, qui avait également suspendu le ministre des réunions du cabinet.

Jake Sullivan : Les Houthis sont une « menace » pour la navigation

Le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan pendant un point-presse à la Maison-Blanche, le 4 février 2021, à Washington, le 4 février 2021 (Crédit : AP/Evan Vucci)
Le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan pendant un point-presse à la Maison-Blanche, le 4 février 2021, à Washington, le 4 février 2021 (Crédit : AP/Evan Vucci)

Les rebelles yéménites Houtis « représentent une menace concrète pour une libre navigation » en mer Rouge, a déclaré vendredi à Tel-Aviv le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan.

« Les Etats-Unis travaillent avec la communauté internationale et leurs partenaires dans la région pour faire face à cette menace », a-t-il ajouté devant des journalistes, après avoir rencontré des responsables israéliens.

Les rebelles Houthis du Yémen ont tiré vendredi contre un navire en mer Rouge, ont indiqué un responsable américain et l’agence de sécurité maritime britannique, au lendemain d’une attaque similaire dans cette zone maritime stratégique.

Yémen : nouvelle attaque des Houthis contre un navire en mer Rouge

Des partisans yéménites des rebelles Houthis soutenus par l'Iran brandissant leurs armes lors d'un rassemblement dans la capitale Sanaa, le 27 janvier 2022. (Crédit : Mohammed Huwais/AFP)
Des partisans yéménites des rebelles Houthis soutenus par l'Iran brandissant leurs armes lors d'un rassemblement dans la capitale Sanaa, le 27 janvier 2022. (Crédit : Mohammed Huwais/AFP)

Les Houthis du Yémen ont tiré vendredi contre un navire en mer Rouge, ont indiqué un responsable américain et l’agence de sécurité maritime britannique, au lendemain d’une attaque similaire dans cette zone maritime stratégique.

« Nous savons que quelque chose qui a été tiré d’une région contrôlée par les Houthis au Yémen a touché un navire qui a été endommagé, et qu’un incendie a été signalé », a affirmé à l’AFP un responsable militaire américain.

L’attaque a également été rapportée par l’agence de sécurité maritime britannique UKMTO, qui a précisé qu’elle n’avait pas fait de victimes.

Selon l’agence de société de renseignement Ambrey, le navire a été touché par un projectile alors qu’il traversait le détroit de Bab Al Mandab. Il s’agit d’un porte-conteneur battant pavillon du Liberia, détenu par la société Hapag-Lloyd AG, qui a des bureaux dans les ports israéliens d’Ashdod, de Haifa et Tel-Aviv, a indiqué Ambrey.

Un Démocrate juif compare Netanyahu à Poutine

Le député Steve Cohen (Démocrate du Tennessee) interrogeant l'administratrice de la Drug Enforcement Administration (DEA), Anne Milgram, lors d'une audition de la sous-commission du crime et de la surveillance du gouvernement fédéral de la Chambre des représentants sur le contrôle de la DEA, au Capitole à Washington, le 27 juillet 2023. (Crédit : Stephanie Scarbrough/AP Photo)
Le député Steve Cohen (Démocrate du Tennessee) interrogeant l'administratrice de la Drug Enforcement Administration (DEA), Anne Milgram, lors d'une audition de la sous-commission du crime et de la surveillance du gouvernement fédéral de la Chambre des représentants sur le contrôle de la DEA, au Capitole à Washington, le 27 juillet 2023. (Crédit : Stephanie Scarbrough/AP Photo)

Le représentant démocrate juif à la Chambre des représentants, Steve Cohen, compare le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Vladimir Poutine au sujet de la guerre en cours de l’armée israélienne contre le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza.

« Netanyahu est allé beaucoup trop loin et [le conseiller à la Sécurité nationale des États-Unis] Jake Sullivan l’informera que les bombardements doivent être grandement limités ou Israël sera privé de son dernier véritable ami – les États-Unis et [son président], Joe Biden », a tweeté Steve Cohen.

« Le président en a fini avec la guerre sans merci à la Poutine de Bibi. Les otages d’abord ! Les civils jamais », a-t-il ajouté.

Le député a depuis longtemps une dent contre Netanyahu, boycottant le discours du Premier ministre devant le Congrès contre l’accord sur le nucléaire iranien – connu sous le nom de JCPOA – négocié par le président américain, Barack Obama, en 2015.

La présidente du CICR à Netanyahu : Le Hamas ne cédera pas à la pression publique

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu saluant Mirjana Spoljaric Egger, présidente du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), en visite en Israël, le 14 décembre 2023. (Crédit : Amos Ben Gershon/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu saluant Mirjana Spoljaric Egger, présidente du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), en visite en Israël, le 14 décembre 2023. (Crédit : Amos Ben Gershon/GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a rencontré aujourd’hui la présidente du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Mirjana Spoljaric Egger, en visite en Israël.

Netanyahu a exigé que l’organisation « remplisse sa mission », qui est d’atteindre les otages pris par le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza le 7 octobre et de s’assurer de leur bien-être.

Lors de la rencontre, dans un passage retransmis à la télévision, le Premier ministre montre une boîte scellée étiquetée « médicaments et premiers soins pour les otages » et lui dit qu’elle a « tout à fait le droit et tout à fait vocation à exercer une pression publique sur le Hamas » pour avoir accès aux otages restants à Gaza après la libération, le mois dernier, de 105 civils – femmes et enfants israéliens, et ressortissants étrangers – dans le cadre d’une pause d’une semaine négociée par le Qatar.

« Cela ne marchera pas parce que plus nous exercerons de pression publique, plus ils fermeront la porte », a-t-elle répondu.

« Je n’en suis pas convaincu. Pourquoi n’essayez-vous pas ? », a rétorqué Netanyahu.

Il resterait 132 otages à Gaza – dont certains qui ne sont plus en vie – sur les 240 capturés le 7 octobre. Certains sont âgés et ont besoin de soins constants, d’autres sont malades ou présumés blessés, et la plupart sont détenus dans des conditions désastreuses.

Aharon Haliva : Nous devons continuer à faire pression sur l’ennemi, la guerre va encore durer des mois

Le chef du renseignement militaire de l'armée israélienne, le général Aharon Haliva, procédant à une évaluation opérationnelle, dans la bande de Gaza, le 15 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Le chef du renseignement militaire de l'armée israélienne, le général Aharon Haliva, procédant à une évaluation opérationnelle, dans la bande de Gaza, le 15 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

En visite auprès des troupes de l’armée israélienne à Gaza, le chef du renseignement militaire de Tsahal, Aharon Haliva, a déclaré qu’Israël « doit continuer à faire pression sur l’ennemi, continuer à tuer l’ennemi, continuer à détruire l’ennemi ».

« L’opération se déroule sur plusieurs fronts et a encore des mois devant elle. »

Haliva a procédé à une évaluation opérationnelle en compagnie de plusieurs officiers supérieurs sur le terrain, notamment des commandants de division et de brigade.

« La machine [militaire] de manœuvre, avec ses nombreux éléments – l’armée de l’air qui fait un travail incroyable, la marine, les agences de renseignement – est un mécanisme militaire redoutable. »

Tsahal a détruit le centre de commandement du bataillon Shejaiya du Hamas

Cette photo fournie par l'armée israélienne le 15 décembre 2023 montre des troupes opérant dans la bande de Gaza au milieu de la guerre contre le Hamas. (Crédit : armée israélienne)
Cette photo fournie par l'armée israélienne le 15 décembre 2023 montre des troupes opérant dans la bande de Gaza au milieu de la guerre contre le Hamas. (Crédit : armée israélienne)

L’armée israélienne affirme que ses forces à Gaza ont capturé et détruit le centre de commandement du bataillon Shejaiya du Hamas, dans le nord de Gaza.

Les soldats ont tué des hommes armés et détruit un puits de tunnel sur place, alors qu’un homme armé à l’intérieur tentait de lancer un engin explosif sur les forces. L’opération a été appuyée par des tirs de chars, des tirs d’artillerie et des frappes aériennes, selon l’armée.

Par ailleurs, les forces opérant à Khan Younès, dans le sud, se sont attaquées aux infrastructures terroristes, dont de nombreux entrées de tunnel, et y ont tué « de nombreux » hommes armés. Ils ont également localisé un tunnel dans lequel se trouvaient des motos utilisées par des terroristes lors de l’attaque du 7 octobre contre Israël.

Le chef du Mossad a rencontré Jake Sullivan

Le chef du Mossad, David Barnea (à gauche), rencontre le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, au siège du Mossad à Tel Aviv, le 14 décembre 2023 (Autorisation)
Le chef du Mossad, David Barnea (à gauche), rencontre le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, au siège du Mossad à Tel Aviv, le 14 décembre 2023 (Autorisation)

Le chef du Mossad, David Barnea, a rencontré hier le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, au siège du Mossad à Tel Aviv, annonce le bureau du Premier ministre.

Sullivan est en Israël pour rencontrer plusieurs hauts responsables israéliens.

Les deux hommes ont discuté des efforts visant à restituer les otages détenus à Gaza, de la coopération accrue et des défis régionaux posés par l’Iran à travers son programme nucléaire, son expansionnisme et son soutien au terrorisme, indique le communiqué.

Des familles d’otages rencontrent Antonio Guterres

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, s'exprimant lors d'une interview au siège de l'ONU avant la réunion de la COP28, à New York, le 29 novembre 2023. (Crédit : Andrea Renault/AFP)
Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, s'exprimant lors d'une interview au siège de l'ONU avant la réunion de la COP28, à New York, le 29 novembre 2023. (Crédit : Andrea Renault/AFP)

Les représentants des familles des Israéliens retenus en otages à Gaza ont rencontré dans la nuit le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, à New York.

Les médias israéliens décrivent la réunion comme tendue, des proches faisant pression sur le chef de l’ONU pour qu’il fasse bien plus pour assurer le retour des personnes enlevées, et le critiquant pour ses commentaires considérés comme justifiant les attaques du Hamas du 7 octobre et pour le fait qu’il ne se soit pas rendu en Israël depuis le début de la guerre.

Selon la Douzième chaîne, Ye’ela David, dont le frère Eviatar est détenu à Gaza, a déclaré à Guterres : « Si vous voulez la paix, c’est bien, mais vous ne pouvez pas dire quelque chose qui justifie le massacre… Regardez-moi dans les yeux. Vous devez venir dans les kibboutzim et sur le lieu de la fête [Supernova], visiter Israël et voir ce que nos proches ont enduré. C’est ce que fait un vrai leader. »

D’autres partageaient des sentiments similaires.

Lors de sa visite, Guterres a affirmé qu’il avait fait des démarches mais qu’il n’avait pas reçu de réponse du gouvernement israélien.

Guterres a déclaré aux familles qu’il exprimait sa « pleine solidarité » avec elles, qualifiant leur enlèvement de « crime terrible », mais a déclaré qu’il n’avait malheureusement pas le pouvoir de rendre leurs proches. Il a déclaré qu’il mettait néanmoins tout en œuvre, avec ses moyens, pour obtenir leur libération, et que cela devait se faire le plus rapidement possible.

Tsahal récupère les corps de 2 soldats otages à Gaza: Nik Beizer et Ron Sherman, 19 ans

À gauche : le caporal Nick Baizer, pris en otage dans sa base militaire près du point de passage d'Erez par des terroristes du Hamas le 7 octobre 2023 ; À droite : le sergent Ron Sherman, pris en otage dans une base de Tsahal près de la frontière de Gaza (Autorisation)
À gauche : le caporal Nick Baizer, pris en otage dans sa base militaire près du point de passage d'Erez par des terroristes du Hamas le 7 octobre 2023 ; À droite : le sergent Ron Sherman, pris en otage dans une base de Tsahal près de la frontière de Gaza (Autorisation)

L’armée israélienne a déclaré que les soldats déployés à Gaza avaient récupéré les corps de deux otages israéliens du Hamas, à savoir le caporal Nik Beizer, 19 ans, et le sergent Ron Sherman, 19 ans.

L’armée dit avoir informé les familles des soldats et partager leur peine.

Beizer avait commencé son service militaire le 30 avril dernier : le 7 octobre, il a été pris en otage par des terroristes du Hamas qui ont lancé un assaut sur sa base près du point de passage d’Erez.

Il était affecté à la coordination et à la liaison du district de Gaza de Tsahal, qui coordonne les autorisations et le passage des marchandises par le point de passage d’Erez vers Gaza.

« C’est ironique », a déclaré la mère de Beizer, Katy Beizer. « Tous les gens de cette base prennent soin des Palestiniens et font en sorte que les Gazaouis puissent gagner leur vie. »

Beizer n’était pas supposé être à la base, ce week-end-là, mais il avait échangé sa garde avec un ami qui voulait le week-end de congé.

Sherman a parlé pour la dernière fois à sa mère le matin du 7 octobre, lorsque sa base militaire, située près de la frontière de Gaza, a été attaquée par des terroristes du Hamas.

« Ils ont été coupés du monde », explique Shalhev Kimchi, sa tante, dans une vidéo réalisée par Bring Them Home, l’organisation qui contribue à parler des personnes disparues suite aux impitoyables attaques terroristes du Hamas.

Lorsque l’appel téléphonique de Sherman et de sa mère a été interrompu, il a continué en lui envoyant des messages sur WhatsApp.

Il lui a dit qu’il l’aimait, ajoute sa tante.

« Ça y est, maman, ils sont là, c’est fini, je t’aime. »

Mais, quatre à cinq heures plus tard, précise Kimchi, ils ont trouvé des vidéos du Hamas montrant Sherman, « vivant et en bonne santé », ligoté à l’arrière d’une camionnette.

Décès d’Oz Shmuel Aradi, 19 ans, du 603e bataillon du Corps du génie de combat

Le sergent. Oz Shmuel Aradi, 19 ans, a été tué au combat à Gaza le 14 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Le sergent. Oz Shmuel Aradi, 19 ans, a été tué au combat à Gaza le 14 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne annonce la mort d’un soldat décédé hier au combat à Gaza, portant à 117 le nombre de soldats tués lors de l’offensive terrestre contre le groupe terroriste du Hamas.

Le sergent. Oz Shmuel Aradi, un soldat de 19 ans du 603e bataillon du Corps du génie de combat, du kibboutz Hatzor près d’Ashdod, a été tué hier au combat dans le sud de Gaza.

Par ailleurs, quatre soldats réservistes ont été grièvement blessés lors de combats hier dans l’enclave palestinienne, selon l’armée.

L’armée récupère la dépouille de l’otage franco-israélien Elya Toledano à Gaza

Elya Toledano, 28 ans, participait à la rave Nova le 7 octobre. Son corps a été récupéré par les troupes israéliennes à Gaza et renvoyé en Israël, a annoncé l'armée le 15 décembre 2023. (Autorisation)
Elya Toledano, 28 ans, participait à la rave Nova le 7 octobre. Son corps a été récupéré par les troupes israéliennes à Gaza et renvoyé en Israël, a annoncé l'armée le 15 décembre 2023. (Autorisation)

L’armée israélienne a annoncé vendredi avoir récupéré dans la bande de Gaza et ramené en Israël la dépouille du Franco-Israélien Elya Toledano, qui avait été pris en otage par le Hamas lors de son attaque sanglante du 7 octobre.

Elya Toledano avait été enlevé le matin du 7 octobre sur les lieux du festival de musique Tribe of Nova auquel il participait avec son amie Mia Shem, Franco-Israélienne qui a été libérée dans le cadre d’un accord de trêve fin novembre.

Mia Shem aux côtés de sa famille après avoir été libérée des geôles du Hamas après 54 jours de captivité, à Ramat Gan, à l’hôpital Sheba, le 1er décembre 2023. (Autorisation)

« Au cours de l’opération à Gaza, le corps de l’otage Elya Toledano (28 ans) a été récupéré par les forces spéciales de l’armée et rapatrié en Israël », a indiqué l’armée israélienne dans un communiqué, précisant que les médecins-légistes avaient bien identifié la dépouille.

La ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, a fait part sur X de son « immense peine » à l’annonce de la mort d’Elya Toledano. « Nous partageons la douleur de sa famille et de ses proches. La libération de tous les otages est notre priorité », a-t-elle ajouté.

Des familles d’otages avaient indiqué au cours des dernières semaines ne pas avoir connaissance du sort d’Elya Toledano, à savoir s’il était ou non toujours vivant.

« L’armée israélienne présente à la famille ses sincères condoléances », a-t-elle ajouté dans un communiqué

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.