Tsahal révèle les détails de la fusillade à la frontière de Gaza avec le Hamas
Rechercher

Tsahal révèle les détails de la fusillade à la frontière de Gaza avec le Hamas

L’armée israélienne révèle les détails de l’affrontement entre les forces armées du Hamas et l’unité des forces spéciales Maglan de l’armée israélienne, lundi, lors des manifestations de masse à la clôture de la frontière de Gaza.

Les soldats de l’unité Maglan ont repoussé une tentative d’incursion en territoire israélien par une cellule de huit hommes armés du Hamas dans le nord de la bande de Gaza, selon l’armée.

En début d’après-midi lundi, Tsahal a « reçu des informations sur les préparatifs de membres du Hamas pour franchir la barrière de sécurité » dans le nord de la bande de Gaza, selon l’armée israélienne.

Peu après 13 heures, un détachement de Maglan, une unité des forces spéciales entraînée à opérer derrière les lignes ennemies, a été envoyé sur les lieux.

« Là-bas, huit terroristes armés ont commencé à lancer des bombes artisanales et des grenades sur les soldats et contre la clôture », a expliqué l’armée.

Les vidéos de surveillance de l’affrontement montrent les terroristes présumés cachés derrière une pile de pneus en feu. Au fur et à mesure que les jeeps de l’armée israélienne s’approchent, au moins six explosifs sont lancés vers la frontière.

« Pour les éloigner de la clôture, les soldats ont utilisé des moyens de dispersion anti-émeute. En réponse, les terroristes du Hamas ont ouvert le feu sur eux », a déclaré l’armée.

« L’unité Maglan a riposté aux terroristes, agissant de manière professionnelle et [tirant] avec précision, et a empêché une attaque grave contre nos soldats et contrecarré l’intention des agents [du Hamas] de franchir la clôture, sous le couvert des [manifestations] civiles », a déclaré Tsahal dans un communiqué.

Plus tard, lorsque les soldats israéliens ont inspecté les lieux, ils ont découvert que les huit hommes étaient en possession d’une arme de poing, de grenades, de coupe-fil et de barres de fer.

— Judah Ari Gross

C’est vous qui le dites...