Un feu causé par un cerf-volant lancé par Gaza se déclare du côté israélien
Rechercher

Le Hamas a promis « 100 dollars par famille » ; 55 morts à la frontière avec Gaza

Près de 10 000 Palestiniens affrontent les soldats israéliens dans de violentes émeutes ; Trump a "écrit l'Histoire", a déclaré Netanyahu ; Abbas refuse toute médiation américaine

  • Le Premier ministre Benjamin Netanyahu durant l'inauguration de l'ambassade américaine à Jérusalem, le 14 mai 2018. (Crédit : AFP/ Menahem KAHANA)
    Le Premier ministre Benjamin Netanyahu durant l'inauguration de l'ambassade américaine à Jérusalem, le 14 mai 2018. (Crédit : AFP/ Menahem KAHANA)
  • Le personnel de l'ambassade prépare l'inauguration de l'ambassade américaine à Jérusalem, le 14 mai 2018. (Crédit : AFP/ Menahem KAHANA)
    Le personnel de l'ambassade prépare l'inauguration de l'ambassade américaine à Jérusalem, le 14 mai 2018. (Crédit : AFP/ Menahem KAHANA)
  • L'ambassadeur des Etats-Unis en Israël David Friedman durant  l'inauguration de l'ambassade américaine à Jérusalem, le 14 mai 2018. (Crédit : AFP/ Menahem KAHANA)
    L'ambassadeur des Etats-Unis en Israël David Friedman durant l'inauguration de l'ambassade américaine à Jérusalem, le 14 mai 2018. (Crédit : AFP/ Menahem KAHANA)
  • Le secrétaire d'Etat Steve Mnuchin et Ivanka Trump dévoilent la plaque durant l'inauguration de l'ambassade américaine à Jérusalem, le 14 mai 2018. (Crédit : AFP/ Menahem KAHANA)
    Le secrétaire d'Etat Steve Mnuchin et Ivanka Trump dévoilent la plaque durant l'inauguration de l'ambassade américaine à Jérusalem, le 14 mai 2018. (Crédit : AFP/ Menahem KAHANA)

L’équipe du Times of Israel suit pour vous les évènements du jour.

12 Palestiniens tués à Gaza par des tirs israéliens, selon le Hamas

Douze Palestiniens ont été tués lundi dans la bande de Gaza par des tirs de soldats israéliens le long de la frontière, où des milliers de personnes manifestent contre le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem, a indiqué le ministère de la Santé local, dirigé par le groupe terroriste palestinien du Hamas qui contrôle l’enclave.

La bande de Gaza est le théâtre de heurts depuis la fin de la matinée contre l’inauguration de l’ambassade prévue lundi après-midi.

Plus de 500 Palestiniens ont été blessés lundi, a rapporté le ministère gazaoui du Hamas.

L’armée israélienne a prévenu dimanche et lundi les Gazaouis par tracts distribués par les airs qu’ils exposaient leur vie en prenant part aux manifestations et qu’elle ne permettrait pas qu’on s’en prenne à la barrière frontalière, aux soldats ou aux civils israéliens riverains du territoire palestinien.

Ces morts portent à 66 le nombre de Palestiniens tués dans la bande de Gaza par des tirs israéliens depuis le début d’une protestation massive le 30 mars – toujours selon le Hamas.

– avec AFP

Shin Bet : L’Iran finance les efforts du Hamas pour alimenter la violence

L’Iran finance les efforts mis en œuvre par le Hamas pour promouvoir la violence et les attaques contre Israël, qui prennent la forme d’émeutes à la frontière, ont indiqué les services de sécurité du Shin Bet dans un communiqué.

Le Hamas a d’un côté prévenu ses membres de se tenir éloignés de la barrière de sécurité durant les émeutes de masse à Gaza, de peur qu’ils ne se fassent tuer. D’un autre côté, le groupe terroriste a activement encouragé les civils, notamment les enfants et les adolescents, à s’approcher de la frontière, a ajouté le Shin Bet, en citant des résultats de plusieurs interrogatoires.

« Les cadres du Hamas sont soumis à une interdiction de s’approcher de la frontière, de peur qu’ils ne se fassent tuer ou capturer par les soldats israéliens, à moins que la clôture ne tombe, auquel cas ils doivent entrer, armés, en Israël, dissimulés par les foules, et commettre des attentats », poursuit le communiqué.

Un feu causé par un cerf-volant lancé par Gaza se déclare du côté israélien

Un incendie de faible ampleur s’est déclaré dans un champ à l’extérieur de Mefalsim, à proximité de la bande de Gaza, apparemment provoqué par un cerf-volant incendiaire qui a été lancé en Israël depuis l’enclave côtière.

Les pompiers israéliens et le personnel d’urgence sont sur place.

L’envoyé spécial américain pour les négociations au Moyen Orient JAson Greenblat, avait publiquement critiqué dimanche les Palestiniens pour l’envoi de cerfs-volants inflammables en Israël.

« Des cerfs-volants [équipés] de bombes et [cocktails] Molotov ne sont pas des « manifestations pacifiques » – C’est du terrorisme pur et dur », avait tweeté Greenblatt.

« Le Hamas est responsable et il empire la situation des Palestiniens à Gaza », avait-il conclu.

Plus tôt dans la journée de dimanche, Greenblatt avait fustigé les « émeutiers du Hamas » qui ont endommagé les infrastructures sur le côté palestinien du point de passage de Kerem Shalom, deux jours auparavant.

« Alors que le monde tente d’apaiser les souffrance humanitaires des Palestiniens à Gaza, les émeutiers du Hamas vandalisent et brûlent le point de passage humanitaire principal », avait-il tweeté.

« Quand le monde verra-t-il que le Hamas détruit ce qui pourrait être une métropole prospère ? La paix est le seul espoir pour l’avenir », avait-il conclu.

Jason Greenblatt, représentant spécial pour les négociations internationales du président américain Donald Trump, s’adresse au déjeuner de printemps de l’American Jewish Committee’s Women’s Leadership Board à New York le 24 avril 2018. (Autorisation / Ellen Dubin Photographie)

Le ministère, dirigé par le Hamas, a également affirmé que Musaab Abu Leila, 29 ans, était l’une des deux personnes qui auraient été abattues par les troupes israéliennes lors des affrontements.

Abu Leila aurait été tué à l’est de Jabalia, dans le nord de la bande de Gaza, peu après la mort d’un jeune homme de 21 ans dans le sud de la bande de Gaza.

L’armée israélienne affirme que 10 000 personnes participent actuellement à des manifestations à cinq endroits le long de la frontière.

Erdogan : « Les Etats-Unis ont perdu leur rôle de médiateur » au Proche-Orient

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a estimé lundi à Londres que les Etats-Unis avaient perdu « leur rôle de médiateur » au Proche-Orient après leur décision de déménager leur ambassade en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem.

« Nous rejetons cette décision qui viole le droit international et les résolutions des Nations unies », a déclaré le président turc lors d’une conférence au centre de réflexion de Chatham House.

« Avec cette décision, les Etats-Unis ont choisi d’être une partie du problème, et perdent leur rôle de médiateur dans le processus de paix » au Proche Orient, a-t-il ajouté.

Il a exhorté la communauté internationale à « jouer son rôle le plus rapidement possible » et à prendre des mesures pour mettre fin à « l’agression croissante d’Israël ».

Il a exprimé son soutien à l’établissement d’un « Etat palestinien indépendant, avec Jérusalem pour capitale ». C’est « la seule solution pour une paix durable », a-t-il estimé.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan en avril 2015 (Crédit : AFP PHOTO / DANIEL MIHAILESCU)

– AFP

La Ligue arabe se réunit mercredi

La Ligue arabe tiendra une réunion d’urgence mercredi au niveau de ses représentants permanents pour discuter du transfert par les Etats-Unis de leur ambassade à Jérusalem, a indiqué un responsable de l’organisation panarabe.

La réunion se tiendra « à la demande de l’Etat de Palestine » pour discuter « des moyens de faire face à la décision illégale des Etats-Unis », a annoncé lundi à la presse Saïd Abou Ali, secrétaire général adjoint pour les Affaires palestinienne de la Ligue arabe.

– AFP

Trump salue sur Twitter « un grand jour » pour Israël

Le président américain Donald Trump a salué lundi le transfert à Jérusalem de l’ambassade des Etats-Unis, y voyant « un grand jour pour Israël ».

« La montée en puissance vers la cérémonie qui aura lieu à 9H00 a déjà commencé », s’enthousiasme le locataire de la Maison Blanche sur Twitter, soulignant que la chaine de télévision Fox, qu’il regarde assidument tous les matins, retransmettra la cérémonie en direct.

Le maire de Jérusalem remercie Trump d’avoir rendu la ville « grande à nouveau »

Le maire de Jérusalem, Nir Barkat, a accueilli les membres de la délégation américaine pour le petit-déjeuner et a remercié le président Donald Trump pour avoir « rendu la ville de Jérusalem grande à nouveau » en déplaçant l’ambassade américaine dans la ville.

« Aujourd’hui est un jour historique pour la capitale éternelle du peuple juif. Quand j’ai commencé mon action pour Jérusalem, notre but était de redonner à Jérusalem sa gloire d’antan – pour rendre Jérusalem grande à nouveau », a déclaré Barkat.

« En prenant la décision audacieuse de déplacer l’ambassade des États-Unis à la place qui lui revient à Jérusalem, le président Trump nous aide à rendre Jérusalem grande à nouveau en reconnaissant 3 000 ans d’histoire. »

Le secrétaire d’État adjoint John J. Sullivan, le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin, l’ambassadeur des États-Unis en Israël David Friedman et l’envoyé spécial pour la paix Jason Greenblatt ont participé au petit-déjeuner, selon une déclaration du bureau de Barkat.

Le maire de Jérusalem Nir Barkat accroche le premier panneau signalant l’ambassade américaine à Jérusalem, le 7 mai 2018 (Crédit : Municipalité de Jérusalem)

16 Palestiniens tués à Gaza par des tirs israéliens, selon le Hamas

Seize Palestiniens ont été tués lundi dans la bande de Gaza par des tirs de soldats israéliens à la frontière, où des milliers de personnes manifestent contre le transfert à Jérusalem de l’ambassade américaine en Israël, selon le ministère de la Santé local.

Un dernier bilan du ministère faisait état de 12 morts et de plus de 500 blessés.

– Avec AFP

Tsahal : l’armée prévoit de « violentes attaques terroristes » contre les soldats

L’armée israélienne a annoncé que le groupe terroriste du Hamas prévoit de violentes attaques contre les troupes israéliennes à la frontière avec Gaza.

L’armée a décrit la violence frontalière de ce lundi « différente de ce que nous avons vu ».

« Nous avons des informations quant aux intentions du Hamas de mener des attaques terroristes violentent contre nos troupes et à travers la frontière », a déclaré le porte-parole de l’armée Ronen Manelis.

« Nous sommes déterminés à empêcher cela. »

Au moins 5 incendies violents déclarés dans des champs du sud d’Israël

Au moins cinq incendies font rage dans plusieurs champs israéliens du sud après avoir été allumés par des cerfs-volants flanqués de petites charges incendiaires lancés depuis la bande de Gaza.

Des pompiers israéliens travaillent à éteindre les flammes, alors que les fermiers locaux participent à l’effort.

incendies violents déclarés dans des champs du sud d’Israël (Crédit : Judah Ari Gross/Times of Israel)

– Avec Judah Ari Gross

3 Palestiniens armés tués après avoir tenté de poser une bombe – armée

L’arme israélienne a indiqué avoir tué trois Palestiniens armés qui tentaient de poser une bombe sur la clôture frontalière entre Gaza et Israël.

« Il y a quelques instants, une patrouille de l’armée israélienne a déjoué une attaque à la bombe menée par une cellule de trois terroristes armés près de Rafah, non-loin de la frontière. C’est un lieu d’émeute particulièrement violent. Les soldats ont réagi et ouvert le feu sur les terroristes, qui ont été tués. »

L’armée a également indiqué qu’un avion israélien avait ciblé un poste du Hamas à Jabaliya après que des coups de feu ont été tirés en direction des soldats israéliens stationnés dans la région. Aucune victime n’est à déplorer, selon le Hamas.

Israël estime que 35 000 Palestiniens manifestent sur une dizaines d’emplacements de la frontière avec Gaza.

« Des émeutiers lancent des bombes artisanales et des bombes incendiaires, jettent des pierres et des objets enflammés, avec l’intention de créer des feux en Israël et de blesser les forces de l’ordre », a expliqué l’armée

« On se fiche que la moitié des gens se fasse tuer » – un père palestinien de Gaza

Mouataz al-Najjar, 18 ans, blessé quatre fois depuis le 30 mars, clame son intention de forcer la barrière frontalière.

« Nous retournerons chez nous et le transfert de l’ambassade (américaine) (…) n’aura pas lieu », dit-il à l’AFP.

Les milliers de manifestants se sont rassemblés en différents points et de petits groupes ont tenté de s’approcher de la frontière lourdement gardée par l’armée israélienne, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Ces petits groupes ont tenté de s’attaquer à la barrière, lancé des pierres en direction des soldats et essuyé des tirs en retour.

Bilal Fasayfes, 31 ans, a pris avec sa femme et ses deux enfants l’un des bus affrétés par le Hamas à Khan Younès, dans le sud de l’enclave, pour emmener les Gazaouis à la frontière.

« On se fiche que la moitié des gens se fasse tuer, on continuera à y aller pour que l’autre moitié vive dignement », s’exclame-t-il.

A l’hôpital Shifa de Gaza, les médecins, confrontés à une pénurie de médicaments aggravée par des semaines de mobilisation, sont contraints d’accélérer la sortie de malades afin de libérer des lits.

A Khan Younès, un groupe d’hommes masqués et pour certains armés de bâtons ont circulé parmi les magasins pour forcer leurs propriétaire à les fermer et respecter un appel à la grève générale dans toute l’enclave.

Dans les mosquées, de puissants haut-parleurs ont été installés pour relayer les messages d’encouragement à aller manifester.

A Ramallah, 2 000 Palestiniens se sont rassemblés en scandant « Jérusalem est notre capitale », a constaté un journaliste de l’AFP. L’Autorité palestinienne a appelé les salariés à quitter leur travail en fin de matinée pour participer aux manifestations.

A la frontière, Faris Abou Hajaras, ouvrier du bâtiment de 50 ans, dit ne pas avoir de travail à cause du profond marasme dû, selon lui, au blocus.

Il assure qu’il continuera à manifester pacifiquement. « C’est Dieu qui décide ou non de notre mort. Vous et moi, nous pouvons marcher l’un à côté de l’autre et vous, vous prenez une balle dans la tête et moi, il ne m’arrive rien », déclare-t-il.

– avec AFP

28 Palestiniens tués à Gaza par des tirs israéliens, selon le Hamas

Vingt-huit Palestiniens ont été tués lundi dans la bande de Gaza par des soldats israéliens à la frontière, où des dizaines de milliers de personnes manifestent violemment contre le transfert à Jérusalem de l’ambassade américaine en Israël, selon un nouveau bilan du ministère de la Santé local du Hamas, le groupe terroriste au pouvoir dans la bande de Gaza.

– avec AFP

Turquie : les Etats-Unis partagent la responsabilité du « massacre » à Gaza

La Turquie a estimé lundi que les Etats-Unis partageaient la responsabilité du « massacre » à Gaza où 28 Palestiniens ont été tués par l’armée israélienne en manifestant violemment contre le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem.

« L’administration américaine est autant responsable qu’Israël de ce massacre », a déclaré le porte-parole du gouvernement turc, Bekir Bozdag, sur Twitter.

– avec AFP

37 Palestiniens tués à Gaza, selon le Hamas

Des violents affrontements entre émeutiers palestiniens et soldats israéliens ont fait lundi 37 morts et des centaines de blessés dans la bande de Gaza, dirigée par le groupe terroriste palestinien du Hamas, où les Palestiniens protestent très violemment contre l’inauguration prévue dans l’après-midi à Jérusalem de l’ambassade américaine en Israël.

– avec AFP

Les Palestiniens accusent Israël de commettre un « horrible massacre »

Le gouvernement palestinien basé en Cisjordanie occupée a accusé lundi Israël de commettre un « horrible massacre » dans la bande de Gaza où au moins 37 émeutiers palestiniens ont été tués par des tirs israéliens lors de manifestations contre l’inauguration de l’ambassade américaine à Jérusalem.

Le porte-parole du gouvernement palestinien, Youssouf al-Mahmoud, a exigé dans un communiqué une « intervention internationale immédiate pour stopper l’horrible massacre commis à Gaza par les forces occupantes israéliennes contre notre peuple héroïque ».

– avec AFP

Arrivée de Netanyahu à la cérémonie de l’ambassade à Jérusalem

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu est arrivé lundi à la cérémonie de relocalisation de l’ambassade américaine sous de forts applaudissements.

Il a posé devant les photographes aux côtés d’Ivanka Trump et de Jared Kushner.

Le président Reuven Rivlin est également présent à la cérémonie. Il a serré la main de l’envoyé spécial américain Jason Dov Greenblatt.

L’ambassade va ouvrir ses portes dans un court instant.

La cérémonie d’ouverture de l’ambassade américaine commence à Jérusalem

La cérémonie marquant le transfert de l’ambassade américain de Tel Aviv à Jérusalem commence dans le quartier Arnona de la capitale, en présence d’officiels américains et israéliens de haut rang.

Lors de la cérémonie, on pourra entendre des discours de l’ambassadeur américain en Israël David Friedman, du Premier ministre Benjamin Netanyahu, du président Reuven Rivlin, du Secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin, de l’assistant du Secrétaire d’Etat John Sullivan et d’un message vidéo spécial de la part du président américain Donald Trump.

TV : Des coups de feu importants ont été entendus autour de Gaza

La chaîne de télévision Hadashot affirme qu’une tentative massive semble être en cours pour franchir la frontière de Gaza.

Un grand nombre de coups de feu sont tirés autour de l’enclave, indique le rapport.

Le reportage télévisé nous parvient alors que les médias arabes affirment qu’un avion israélien effectue un autre raid aérien dans la bande de Gaza.

Tsahal ne fait aucun commentaire sur ces informations.

‘Trump, Trump,’ scandé au début de la cérémonie

https://twitter.com/jacobkornbluh/status/996014812361576449

Le Conseil de sécurité de l’ONU va se réunir à propos de la violence à Gaza

Le Conseil de sécurité des Nations unies se prépare à organiser une réunion d’urgence pour débattre de la violence à la frontière entre Gaza et Israël, où des dizaines d’émeutiers palestiniens ont été tués lundi pendant des émeutes de protestations contre le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem.

Le Conseil de sécurité devrait se réunir ce soir ou demain matin.

L’ambassadeur israélien aux Nations unies Danny Danon a déclaré qu’il s’attendait à une réunion « particulièrement difficile », selon Hadashot TV.

L’ambassadeur d’Israël auprès des Nations unies, Danny Danon s’adressant à l’Assemblée générale. (Crédit : Photo de l’ONU / Manuel Elias)

Un nouveau missile tiré par les rebelles yéménites sur l’Arabie

Un nouveau missile balistique, tiré lundi par les rebelles yéménites Houthis vers l’Arabie saoudite, est tombé dans une zone désertique inhabitée, a déclaré la coalition menée par Ryad et qui intervient militairement au Yémen contre les insurgés.

Le missile a été tiré depuis la province de Saada, dans le nord du Yémen, en direction de la ville méridionale de Jazane, avec l’intention d’atteindre des « zones habitées », a accusé le porte-parole de la coalition, le colonel saoudien Turki al-Maliki.

Selon lui, ces tirs de missiles en direction de son pays « prouvent la poursuite du soutien de l’Iran aux milices armées des Houthis ».

La télévision Al-Massirah des Houthis avait annoncé auparavant le tir d’un missile en direction de réservoirs de carburants du géant pétrolier saoudien Aramco dans la ville de Jazane.

Les deux derniers tirs ont visé le 9 mai la capitale saoudienne Ryad. L’un a été « intercepté » et l’autre est tombé dans une zone désertique au sud de la ville.

Ces tirs sont intervenus au lendemain de l’annonce du retrait américain de l’accord nucléaire avec l’Iran. Ryad a déclaré soutenir la décision du président Donald Trump.

La guerre au Yémen a fait près de 10 000 morts, plus de 55 000 blessés et provoqué « la pire crise humanitaire au monde », selon l’ONU.

Un garçon yéménite, blessé lors d’un raid aérien sur une fête de mariage au Yémen, reçoit un traitement dans un hôpital de la province du Hajj au Yémen le 23 avril 2018. (Crédit : AFP/ESSA AHMED)

– avec AFP

45 émeutiers palestiniens tués, selon le Hamas

Des violents affrontements entre émeutiers palestiniens et soldats israéliens ont fait lundi 45 morts et des centaines de blessés dans la bande de Gaza, dirigée par le groupe terroriste palestinien du Hamas, où les Palestiniens protestent très violemment contre l’inauguration prévue dans l’après-midi à Jérusalem de l’ambassade américaine en Israël.

– avec AFP

Londres désapprouve le transfert de l’ambassade américaine

« Nous désapprouvons la décision des Etats-Unis de déplacer son ambassade à Jérusalem et de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël avant un accord final sur le statut », a déclaré le porte-parole de la Première ministre Theresa May.

« L’ambassade britannique en Israël est basée à Tel Aviv et nous n’avons pas le projet de la déplacer ».

Le Premier ministre britannique Theresa May et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker à une conférence de presse à la Commission européenne à Bruxelles, le 8 décembre 2018. (Crédit : AFP/ EMMANUEL DUNAND)

– Avec AFP

Moscou craint une aggravation de la situation avec le transfert de l’ambassade

Interrogé lundi lors d’un briefing pour savoir si le transfert de l’ambassade américaine faisait craindre à la Russie une aggravation de la situation dans la région, le porte-parole du président russe Vladimir Poutine, Dmitri Peskov a répondu : « Oui, nous avons de telles craintes, nous l’avons déjà dit ».

Le président russe Vladimir Poutine (G) et le Premier ministre Benjamin Netanyahou assistent à une manifestation marquant la Journée internationale de commémoration des victimes de l’Holocauste et l’anniversaire de la levée complète du siège nazi de Leningrad, au Musée juif et Centre de tolérance à Moscou le 29 janvier 2018. (AFP PHOTO / Vasily MAXIMOV)

– avec AFP

Le roi du Maroc dit à Abbas « suivre avec préoccupation » la situation

Le roi Mohammed VI a dénoncé une « décision unilatérale », qui « s’oppose au droit international et aux décisions du Conseil du sécurité », lit-on dans une lettre adressée lundi au président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, relayée par l’agence officielle MAP.

Le roi y dit « suivre avec préoccupation » la situation.

Mohammed VI, roi du Maroc, à l’ambassade marocaine aux Etats-Unis, à Washington, D.C., le 20 novembre 2013. (Crédit : département d’Etat des Etats-Unis)

Le grand mufti égyptien Shawki Allam a dénoncé « un affront direct et clair aux sentiments de plus d’un milliard et demi de musulmans sur terre », qui « ouvre la porte à davantage de conflits et de guerres dans la région ».

– avec AFP

Friedman salue la « vision, la clarté morale de Trump »

L’ambassadeur américain en Israël, David Friedman, a déclaré : “Aujourd’hui nous honorons notre promesse.”

Aujourd’hui, “nous accordons à Israël un droit dont tous les autres pays disposent : le droit de désigner sa ville capitale », a déclaré l’ambassadeur américain à Jérusalem.

L’ambassadeur américain en Israël, David Friedman, est monté à la tribune pour ouvrir la cérémonie sous les applaudissements et les acclamations. Son discours d’ouverture, saluant les invités venus à Jérusalem, lui a valu une standing ovation.

Notant le 70ème anniversaire de la fondation de l’Etat juif, Friedman a noté que Washington — devenu le premier pays à reconnaître l’Etat d’Israël – a effectué une « démarche qui était attendue, qui avait été votée, plaidée et espérée pendant toutes ces années ».

« Une fois encore, les Etats-Unis ont ouvert la route » en relocalisant leur ambassade, a-t-il dit.

Cette initiative a été le résultat de « la vision, du courage et de la clarté morale » du président américain Donald Trump, auquel nous devons « une dette énorme et éternelle de reconnaissance », a ajouté Friedman.

L’ambassadeur des États-Unis en Israël, David Friedman, s’exprime lors de la 6e conférence du Forum mondial sur la lutte contre l’antisémitisme au Centre des congrès de Jérusalem, le 19 mars 2017. (Yonatan Sindel / Flash90)

Le pasteur Jeffress et le rabbin Wolowick offrent des bénédictions

Le pasteur Robert Jeffress a prononcé une bénédiction et a loué Netanyahu pour son « leadership courageux ».

Il a aussi remercié Trump pour son « leadership incroyable » et pour son soutien à « notre allié le plus fiable au Moyen-Orient ».

Trump « se tient avec audace du bon côté de l’histoire » et « du bon côté de vous, Dieu », a remarqué Jeffress.

Il a été suivi par le rabbin Zalman Wolowick qui a aussi prononcé une bénédiction et a exprimé son espoir pour la paix.

« Cet attachement du peuple juif à cette ville n’a jamais décliné ni fait défaut », a dit Wolowick en référence à Jérusalem.

« Nous applaudissons et remercions les Etats-Unis d’Amérique et le président Donald Trump pour sa défense de la vérité » et pour soutenir Israël « sur la scène mondiale », a-t-il déclaré.

Sullivan : l’ouverture de l’ambassade est un « pas vers l’avancée de la paix »

L’assistant américain du Secrétaire d’Etat américain John Sullivan monte sur scène.

Sullivan a remercié Friedman pour ses efforts « afin d’assurer des liens les plus forts possibles entre Israël et les Etats-Unis ».

Il a dit qu’il était honoré de s’exprimer à cette « occasion capitale » qui est « si imprégnée d’histoire ».

« Jérusalem est incontestablement la capitale d’Israël, a-t-il dit. Le transfert de l’ambassade est « un pas vers l’avancée de la paix dans cette ville, dans cette région et à travers le monde ».

Le transfert de l’ambassade est un « hommage magnifique à la paix », a déclaré Sullivan, citant Trump.

Trump : il « était temps » que le transfert de l’ambassade américaine se fasse

Dans une vidéo pré-enregistrée, Trump a déclaré qu’il « était temps » que le transfert de l’ambassade américaine se fasse.

« Israël est une nation souveraine, avec le droit, comme tout autre nation souveraine, de désigner sa capitale », a déclaré le président américain.

Il a souligné Washington cherche à conclure un accord de paix avec Israël et les Palestiniens.

L’ouverture de l’ambassade « a de nombreuses années d’avance », a ajouté Trump.

« Les États-Unis restent engagés envers un accord de paix durable », dit-il soulignant le soutien américain au statu quo sur le mont du Temple.

« Notre plus grand espoir est celui de la paix. Les Etats-Unis restent pleinement engagés à faciliter un accord de paix durable », a-t-il dit dans un message vidéo.

« Cette ville et cette nation sont le témoin de l’esprit inébranlable du peuple juif », a dit Trump.

« Puisse-t-il y avoir la paix. Puisse Dieu bénir l’ambassade. Puisse Dieu bénir ceux qui y travaillent. Et puisse Dieu bénir les États-Unis d’Amérique. »

Amnesty International qualifie les violences à Gaza de ‘violation abjecte’

Amnesty International a dénoncé lundi une « violation abjecte » des droits de l’Homme à Gaza, où 37 émeutiers palestiniens ont été tués par l’armée israélienne durant les manifestations contre le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem.

« Nous assistons à une violation abjecte du droit international et des droits de l’Homme à Gaza », a dénoncé l’organisation sur Twitter.

« Ceci doit cesser immédiatement », a-t-elle ajouté.

– avec AFP

Ivanka Trump et Mnuchin dévoilent le sceau sur l’ambassade américaine

Ivanka Trump et le Secrétaire américain au Trésor Mnuchin ont dévoilé le sceau sur l’ambassade américain à Jérusalem.

Mnuchin a tiré le rideau bleu pour dévoiler le grand sceau bleu : Ambassade des Etats-Unis, Jérusalem, ISRAEL.

Ivanka, au nom du président, a exprimé la bienvenue « pour la première fois » à l’ambassade de Jérusalem.

Ivanka a déclaré, ravie, : « Au nom du 45ème président des Etats-Unis d’Amérique, nous vous accueillons officiellement, et pour la première fois, à l’ambassade des Etats-Unis, ici à Jérusalem, la capitale d’Israël. Merci ».

Rivlin a remercié Trump pour avoir tenu sa promesse de campagne

Le président Reuven Rivlin a ensuite pris la parole.

Il a expliqué « que jamais nous n’avons oublié [Jérusalem] et que nous n’oublierons jamais » – est la capitale du peuple d’Israël depuis 3 000 ans.

« Il faut pouvoir dire l’évidence de temps en temps, il faut même pouvoir l’écrire de temps en temps », a-t-il noté.

Le président a ajouté qu’Israël s’attachait à tous les habitants de Jérusalem, Juifs et Arabes.

Jérusalem est « un microcosme de notre capacité à nous, Juifs et Arabes, à vivre ensemble », a-t-il dit.

Il a rappelé que tous les candidats à la Maison Blanche avaient promis, dans le passé, le transfert de l’ambassade, mais que cette relocalisation n’avait jamais été menée à bien.

« Enfin, nous avons un leader qui a promis cela et qui a également tenu sa promesse », a-t-il déclaré sous les applaudissements.

« Président Trump, le peuple israélien vous remercie pour avoir tenu votre parole, pour votre courage, pour votre détermination et pour votre positionnement ferme et sans failles aux côtés de l’Etat d’Israël. Nous espérons et nous attendons que d’autres nations suivent le chemin que vous avez emprunté et qu’elles suivent votre leadership », a ajouté le président.

« Nous continuerons à conserver Jérusalem comme une ville de paix, le foyer des hommes de toutes les confessions », a-t-il poursuivi, évoquant tous ses résidents et ses religions.

Le Président Reuven Rivlin s’exprime lors d’une réception pour les diplomates en Israël à l’occasion du 69e anniversaire de l’indépendance du pays, à la Résidence du Président à Jérusalem, le 2 mai 2017. (Yonatan Sindel/Flash90/File)

Mogherini : l’UE exhorte à « la plus grande retenue »

L’Union européenne a exhorté lundi toutes les parties à « la plus grande retenue » après les affrontements qui ont fait au moins 50 morts et des dizaines de blessés lors d’émeutes dans la bande de Gaza contre l’inauguration de l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem.

« Des dizaines de Palestiniens, dont des enfants, ont été tués et des centaines blessés par des tirs israéliens durant les manifestations massives en cours près de la barrière de Gaza. Nous demandons à toutes les parties d’agir avec la plus grande retenue afin d’éviter des pertes de vie humaine supplémentaires », a affirmé la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini dans un communiqué.

La cheffe de la politique étrangère de l’UE Federica Mogherini arrive à la Commission européenne à Bruxelles pour une réunion du conseil des affaires étrangères, le 22 janvier 2018 (Crédit : AFP PHOTO / EMMANUEL DUNAND)

Gaza : le chef de l’ONU « particulièrement inquiet »

« Nous voyons une multiplication des conflits, les vieux conflits semblent ne jamais mourir – je suis particulièrement inquiet aujourd’hui au vu des nouvelles de ce qui se passe à Gaza, avec un nombre élevé de personnes tuées », a déclaré le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, à la presse à Vienne.

Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU, prononce un discours lors de la 54e Conférence de Munich sur la sécurité, le 16 février 2018, à Munich, en Allemagne (Photo AFP / Thomas Kienzle)

Le secrétaire général de l’ONU, qui s’exprimait aux côtés du chancelier autrichien Sebastian Kurz, a par ailleurs une nouvelle fois défendu la préservation de l’accord sur le nucléaire iranien, abandonné par les Etats-Unis mais « très important pour éviter la prolifération » des armes nucléaires.

« Parfois il y a quelques bonnes nouvelles », a-t-il observé, mentionnant la récente annonce de la Corée du Nord qui dit vouloir démanteler fin mai son site d’essais atomiques de Punggye-ri.

« La fermeture irréversible du site est une mesure importante de renforcement de la confiance qui contribuera aux efforts à venir en faveur d’une paix durable et d’une dénucléarisation vérifiable de la péninsule ».

« J’ai hâte que cette dynamique positive soit consolidée par le sommet entre les dirigeants des États-Unis et de la Corée du Nord » prévu le 12 juin à Singapour, a ajouté M. Guterres.

L’armée israélienne confirme une frappe aérienne contre le Hamas à Gaza

L’armée a confirmé avoir mené une série de frappes aériennes à Gaza « en réponse aux actes violents commis ces dernières heures par le Hamas aux abords de la frontière ».

« Il y a peu, un avion de l’armée de l’air israélienne a ciblé cinq postes d’entraînement militaire affiliés au groupe terroriste du Hamas au nord de la bande de Gaza », a indiqué l’armée dans un communiqué.

« De plus, plus tôt dans la journée, un avion de l’armée et un tank de l’armée ont ciblé deux postes militaires appartenant au groupe terroriste du Hamas, au nord de la bande de Gaza. Ces frappes surviennent en réponse à l’incident au cours duquel les forces de l’armée israélienne ont été la cible du Hamas au nord de la bande de Gaza », poursuit le communiqué, indiquant que 40 000 Palestiniens se sont mobilisés pour participer à de violentes émeutes sur 13 points différents le long de la barrière de sécurité.

Le ministère de la Santé à Gaza a fait état de 45 morts et plus de 5 000 blessés.

« L’armée opère avec détermination afin d’empêcher des activités terroristes constamment mis en œuvre par l’organisation terroriste Hamas. Chaque acte terroriste aura une réponse appropriée », a indiqué l’armée

Un comité de l’ONU dénonce l' »usage disproportionnée de la force » par Israël

Un comité de l’ONU chargé de lutter contre le racisme a appelé lundi Israël à cesser « immédiatement » de faire un usage « disproportionné » de la force contre les manifestants palestiniens à Gaza.

Dans une déclaration écrite, le Comité de l’ONU pour l’élimination de la discrimination raciale « exhorte l’Etat partie (Israël) à mettre immédiatement fin à l’usage disproportionné de la force contre les manifestants palestiniens, à s’abstenir de tout acte qui pourrait faire de nouvelles victimes et à garantir que les blessés palestiniens aient un accès rapide et sans entrave aux soins médicaux ».

Les 18 experts indépendants de ce comité, qui dépend du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’Homme, se disent « gravement préoccupés par le fait que de nombreuses personnes décédées ou blessées ne semblaient représenter aucune menace imminente au moment où elles ont été abattues ».

Le Comité de l’ONU se dit « préoccupé » par le fait que bien qu’Israël ait annoncé publiquement la conduite d’une enquête sur ces événements à Gaza, « une enquête indépendante et impartiale n’a pas encore eu lieu ».

– avec AFP

Kushner : la paix avec les Palestiniens est toujours possible

Jared Kushner a pris la parole lors de la cérémonie à l’ambassade des États-Unis.

« Je suis si fier d’être ici aujourd’hui à Jérusalem, le cœur éternel du peuple juif », a déclaré Kushner sous les applaudissements, la qualifiant d' »occasion historique ».

Il a remercié les participants.

En décembre, Trump et les États-Unis ont choisi de « enfin reconnaître la vérité : Jérusalem est la capitale d’Israël. Il a également déclaré que nous déménagerions bientôt notre ambassade de Tel Aviv à Jérusalem et, cinq mois plus tard, nous nous trouvons sur place ».

D’autres présidents américains « ont renoncé à leur promesse », a fait remarquer M. Kushner. Mais pas Trump. « Quand le Président Trump fait une promesse, il la tient. »

« Aujourd’hui est aussi la preuve du leadership américain », a ajouté M. Kushner, affirmant que Washington a « montré au monde, une fois de plus, qu’on peut faire confiance aux États-Unis ».

Le déménagement de l’ambassade des États-Unis démontre que « le gouvernement fera ce qui est juste, et c’est ce que nous avons fait ».

« Notre lien spécial que nous envient les nations du monde entier », a-t-il dit au sujet des liens entre les États-Unis et Israël, soulignant les valeurs communes que sont la liberté, les droits et la démocratie.

Il a ajouté que Trump « a tenu une autre promesse » en sortant de l’accord « dangereux, imparfait et unilatéral avec l’Iran ». Cette déclaration a été accueillie par de longs applaudissements.

Il déplore « l’agression » de l’Iran et affirme que « des alliances jusque-là inimaginables émergent » dans la région du fait du régime de Téhéran.

M. Kushner, qui est envoyé pour la paix, a souligné que l’administration américaine est toujours attachée à un accord de paix.

La reconnaissance de Jérusalem par l’administration et le déménagement de l’ambassade « ne signifient pas un abandon de notre engagement en faveur d’une paix durable », a expliqué M. Kushner. Les défis pour la paix sont « nombreux » mais la « détermination » des dirigeants de la région « reste inébranlable ».

Il a également condamné les violences palestiniennes dans le cadre des émeutes en cours à la frontière de Gaza.

« Ceux qui déclenchent les violences font partie du problème et non de la solution. »

« Les États-Unis sont conscients de la nature sensible de la question de Jérusalem », poursuit-il. « Jérusalem doit rester une ville qui rassemble les gens de toutes les religions », a dit Kushner. Israël est un « gardien responsable » de Jérusalem depuis 1967, a-t-il ajouté.

« Je crois que la paix est à portée de main si nous osons croire que l’avenir sera différent du passé. »

« Ce ne sera pas un chemin facile », mais la paix peut être atteinte si nous « rêvons en grand », a-t-il dit.

« Les États-Unis sont prêts à soutenir un accord de paix de toutes les façons possibles. Nous croyons qu’il est possible pour les deux parties de gagner plus qu’elles ne donnent – pour parvenir à un accord où tous peuvent vivre en paix, à l’abri de la violence, à l’abri de la peur et capables de poursuivre leurs rêves ».

Le Drian : Paris appelle à prévenir un « nouvel embrasement »

La France a appelé lundi « l’ensemble des acteurs » à prévenir « un nouvel embrasement » au Proche-Orient après la mort d’au moins 41 émeutiers palestiniens par des tirs israéliens lors de manifestations dans la bande de Gaza contre l’inauguration de l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem.

« Alors que les tensions sur le terrain sont vives (..) la France appelle l’ensemble des acteurs à faire preuve de responsabilité afin de prévenir un nouvel embrasement », a déclaré le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian.

Jean-Yves Le Drian, ministre français des Affaires étrangères, pendant une conférence de presse au complexe présidentiel d’Ankara, en Turquie, le 14 septembre 2017. (Crédit : Adem Altan/AFP)

Netanyahu déclare que « c’est un grand jour pour la paix »

Netanyahu a commencé son discours en remerciant les personnes présentes.

“Nous n’avons pas de meilleurs amis », a-t-il déclaré.

Il a salué Jared Kushner et Ivanka Trump séparément.

“Quel jour glorieux ! Rappellez-vous de ce moment !” a clamé Netanyahu, face à un tonnerre d’applaudissement. “C’est un moment historique. Président Trump, en reconnaissant l’Histoire, vous entrez dans l’Histoire. Nous sommes tous très émus, nous sommes tous très reconnaissants. »

Il est ensuite passé à l’hébreu, et a évoqué des souvenirs de son enfance à Jérusalem.

« C’est un jour qui sera gravé dans la mémoire nationale pour des générations », a-t-il dit en hébreu.

Netanyahu a déclaré l’ouverture de l’ambassade américaine à Jérusalem et a reçu une standing ovation.

« Quelle différence, quelle différence », a-t-il déclaré, avant d’évoquer le passé tumultueux de Jérusalem. « Nous sommes à Jérusalem, et nous sommes ici pour de bon », a-t-il ajouté.

« Nous sommes réunis ici pour un autre jour historique pour cette ville, qui, je le sais, prendra sa place aux côtés des autres décisions capitales pour notre peuple », a affirmé Netanyahu.

« Merci président Trump, d’avoir eu le courage de tenir votre promesse », a déclaré le Premier ministre, sous un tonnerre d’applaudissements.

C’est un « grand jour pour Israël, c’est un grand jour pour l’Amérique », a ajouté Netanyahu, « mais je pense que c’est un grand jour pour la paix ».

« On ne peut bâtir la paix que sur la vérité. Et la vérité est que Jérusalem était, et sera toujours la capitale du peuple juif, la capitale de l’État juif. »

Il a également mentionné les soldats qui se trouvent à la frontière avec la bande de Gaza.

« Nos courageux soldats protègent les frontières d’Israël à l’instant où je vous parle aujourd’hui’, a déclaré Netanyahu, rendant hommage aux forces de l’ordre et au Mossad.

Pompeo réaffirme l’engagement américain pour la paix, n’évoque pas Gaza

Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a réaffirmé lundi l’engagement des Etats-Unis pour une « paix globale et durable entre Israël et les Palestiniens » à l’occasion de l’inauguration de l’ambassade américaine à Jérusalem.

Son court communiqué ne mentionne pas les dizaines d’émeutiers palestiniens tués lundi dans la bande de Gaza par des soldats israéliens lors de violentes manifestations contre le transfert de l’ambassade.

– avec AFP

Le Koweït envisage de demander une réunion d’urgence du Conseil de sécurité

Le Koweït, membre non permanent du Conseil de sécurité, a indiqué lundi envisager de demander prochainement une réunion d’urgence de cette instance sur les évènements à Gaza où au moins une quarantaine d’émeutiers palestiniens ont été tués dans la journée par l’armée israélienne.

« Nous condamnons ce qui s’est passé. Il y aura une réaction de notre part et nous verrons ce que le Conseil fera. Aujourd’hui ou demain, nous pourrions demander une réunion d’urgence » du Conseil, a déclaré à des journalistes l’ambassadeur du Koweït à l’ONU, Mansour al-Otaibi.

« Nous sommes toujours en consultations à ce sujet avec le groupe arabe (aux Nations unies) et l’ambassadeur palestinien », a-t-il ajouté.

Durant l’inauguration de l’ambassade américaine, Trump tweete ses félicitations

Pendant la cérémonie en l’honneur de l’ambassade américaine, Donald Trumpa écrit sur Twitter : « C’est un grand jour pour Israël. Félicitations ! »

Quelques secondes après la cérémonie, Netanyahu s’est également tourné vers les réseaux sociaus et a tweeté la bénédiction de « she’hé’hiyanou », qu’il a récitée à la fin de son discours : « Beni soit celui qui nous a fait vivre jusqu’à ce moment »

L’Iran critique le « mépris » américain pour le droit international

Le ministre iranien des Affaires étrangères a publié lundi une lettre au secrétaire général de l’ONU accusant les Etats-Unis de « mépriser totalement le droit international » après le retrait de Washington de l’accord sur le nucléaire.

La décision du président américain Donald Trump d’abandonner cet accord historique conclu en 2015 entre l’Iran et le groupe 5+1 (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne) constitue un « mépris total pour le droit international et la charte des Nations unies », écrit Mohammad Zarif dans cette lettre.

Les actions américaines « violent le principe du règlement pacifique des différends, mettent en péril le multilatéralisme et ses institutions (…) et encouragent l’intransigeance et l’illégalité », a-t-il ajouté.

Contrairement à l’Iran, « qui a scrupuleusement respecté ses engagements (…), les Etats-Unis ont toujours échoué à tenir leurs promesses (…) et en particulier depuis la prise de fonctions du président Trump », déplore-t-il.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif lors d’une conférence de presse après avoir rencontré son homologue français à Téhéran, le 31 janvier 2017. (Crédit : Atta Kenare/AFP)

Adressée au secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, la lettre est datée du 10 mai, soit deux jours après la décision de M. Trump de quitter l’accord et rétablir les sanctions économiques contre Téhéran. Elle n’a été publiée que lundi sur le site du ministère des Affaires étrangères.

M. Zarif effectue actuellement une tournée diplomatique en Chine, en Russie et en Europe, qui critiquent fermement la décision du président américain et espèrent sauver l’accord.

La République islamique exige désormais des « garanties » aux Européens pour lui permettre de rester dans l’accord de Vienne.

L’AIPAC applaudit, J Street critique le transfert de l’ambassade des États-Unis

Le lobby pro-israélien AIPAC a applaudit le déménagement de l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem.

« Aujourd’hui est un jour mémorable pour les relations américano-israéliennes. L’ouverture de l’ambassade des États-Unis dans la capitale israélienne, Jérusalem, marque l’accomplissement d’un engagement bipartisan de longue date exprimé à travers des décennies de législation américaine », a déclaré l’AIPAC, exhortant les autres pays à faire de même.

Cet enthousiasme n’ést pas partagé par J Street.

« Cette décision n’a fait que miner les perspectives de paix, exacerber les tensions et miner la position des États-Unis en tant que médiateur efficace », a déclaré Jeremy Ben-Ami, président de J Street, dans un communiqué.

« Ce n’est pas une politique, c’est céder à une base politique étroite. »

Londres appelle au « calme » et à la « retenue »

Le gouvernement britannique a appelé au « calme » et à la « retenue » lundi après la mort d’une quarantaine d’émeutiers palestiniens par des tirs israéliens lors de très violentes manifestations dans la bande de Gaza contre l’inauguration de l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem.

« Nous nous inquiétons des informations faisant état de violences et de pertes humaines à Gaza. Nous appelons au calme et à la retenue pour éviter des actions destructrices pour les efforts de paix » dans la région, a déclaré un porte-parole de la Première ministre Theresa May lors d’un point presse.

Affrontements entre députés arabes israéliens et la police

Le député Jamal Zahalka (Liste arabe unie) a affronté des policiers lors d’une manifestation contre le déménagement de l’ambassade américaine à Jérusalem.

Des images de la Dixième chaîne montrent le député arabe en train de se bagarrer avec la police avant d’être immobilisé au sol.

Selon la police, 14 manifestants de gauche qui manifestaient contre le déménagement de l’ambassade américaine à Jérusalem ont été arrêtés.

Les détenus « n’ont pas respecté les conditions convenues entre les manifestants et la police », a déclaré un porte-parole.

La police a déclaré que certains ont scandé « Allahu Akbar » pendant la manifestation de Jérusalem.

https://twitter.com/news10/status/996042143000080384

Ambassade US : Des républicains critiquent des Démocrates pour leur absence

Quelques heures avant l’inauguration officielle de l’ambassade américaine à Jérusalem, la polémique s’est développée autour de l’absence de tous les élus démocrates à l’événement festif.

Deux sénateurs américains du parti républicain ont exprimé leur profond regret qu’aucun de leurs collègues de l’autre côté de l’aile politique a choisi de participer à la cérémonie.

L’un d’eux a accusé l’ancien président Barack Obama pour le fossé évident dans la nature traditionnellement bipartite du soutien américain à Israël.

Pour lire l’article en entier, cliquez ici.

Réactions d’Israéliens et de Palestiniens suite au transfert de l’ambassade US

La Vieille ville de Jérusalem était plutôt calme et la plupart des magasins étaient ouverts.

Assis devant l’échoppe d’antiquités où il travaille, café à la main, Ali Jaber, 53 ans, regarde passer les touristes insouciants. « Je me sens insulté en tant qu’Arabe, humilié par tout ce qui ce passe. Jusqu’où vont-ils pousser l’occupation ? Mais que pouvons-nous faire ? », confie le commerçant qui a toujours vécu à Jérusalem.

Nihad Abou Snaineh, 32 ans, assise au milieu des vêtements colorés de sa boutique, en plein coeur du souk, ne croit pas aux manifestations.

« Si jamais il y avait une grande mobilisation, la police israélienne ne nous fera pas de cadeaux, ils vont frapper les manifestants, les mettre en prison. Ils mettent même les enfants en prison ! », s’insurge-t-elle.

Loai Khalil, 40 ans, est lui aussi au travail. Dans sa boutique de souvenirs, il justifie sa présence comme « une forme de résistance ». « Ma présence, c’est mon lien avec Jérusalem », ajoute-t-il.

En face, Hamed, 25 ans, accroche des tissus colorés à la devanture de sa boutique. Pour lui, les célébrations traduisent en fait une certaine inquiétude des Israéliens.

« Quand une maison ne t’appartient pas, tu te sens obligé de dire à tout le monde que c’est bien à toi », s’exclame-t-il.

Le quartier palestinien de Jabal Mukaber, limitrophe de celui où se situent les locaux de l’ambassade, et théâtre par le passé de violents affrontements entre ses habitants et les forces de l’ordre israéliennes, était paisible dans la matinée.

Hussein Iwesiat, qui participe à la gestion du quartier, confie à l’AFP que « ce transfert ne va pas influencer la vie des habitants, mais aura un impact politique, car cela renforcera Israël et incitera à l’intolérance ».

« L’occupation (israélienne) sera encouragée à devenir plus violente », prédit-il.

De l’autre côté des remparts de la Vieille ville, dans la principale artère du centre à Jérusalem-Ouest, des drapeaux américains et israéliens flottent au vent.

Pour Elisa Rak, 31 ans, une mère de deux enfants qui vit à Jérusalem depuis 12 ans, « c’est un jour particulier mais j’aurais préféré que le transfert de l’ambassade soit réalisé par un type qui ne soit pas un raciste homophobe », en référence au président américain Donald Trump.

Elle affirme ne pas être inquiète et explique confiante que « la présence de cette ambassade à Jérusalem ne peut que renforcer la sécurité ».

Quelques mètres plus loin, des gens sont attablés aux terrasses des cafés ou font leurs emplettes.

« Je suis sceptique pour l’avenir, mais le soutien américain à Israël est important », estime Yaakov Cohen, qui a immigré des Etats-Unis il y a 25 ans et vit dans la région de Jérusalem. « Si les mots ont un sens, les actes encore plus, donc il s’agira peut-être d’une journée historique », ajoute-t-il.

Avraham Binyamin, 57 ans, vend des kippas depuis 37 ans dans le quartier et déclare que c’est « une excellente nouvelle ».

Parmi sa marchandise, des kippas sur lesquelles sont inscrites « Trump, Make America Great Again » ou d’autres agrémentées d’une photo de Donald Trump ou d’une étoile de David.

« Trump, certains l’adorent et d’autres le haïssent, personne n’est indifférent, c’est pareil pour sa décision (de transfert de l’ambassade) », résume M. Binyamin.

Le vendeur de boissons fraîches voisin, qui lit des psaumes, ne s’interrompt que pour dire en levant le doigt vers le ciel : « Ce n’est pas Trump qui décide, c’est uniquement Dieu ».

Gaza : réactions de Hollande, Mélenchon, Hamon, Laurent…

– François Hollande, ancien président de la République : « J’avais déjà désapprouvé et condamné la décision unilatérale de Donald Trump (…). Chacun peut en mesurer aujourd’hui les conséquences. Elles étaient prévisibles. Le déchaînement de violence, la mort de nombreux Palestiniens. Israël doit prendre conscience que son intérêt est de trouver l’apaisement, éviter l’escalade répressive et mettre un terme à la colonisation. Quant à Donald Trump, toutes ses décisions, le retrait de l’accord sur le climat, celui sur le nucléaire et encore le transfert de l’ambassade, mettent en cause l’équilibre mondial. » (entretien au Parisien)

– Jean-Luc Mélenchon, chef de file de La France insoumise : « La France doit condamner les massacres à Gaza. L’ambassadeur d’Israël à Paris doit être convoqué à l’Élysée pour s’expliquer. La paix agonise sous les coups de Netanyaou » (Twitter). L’envoyé en Israël est une femme, Aliza Bin Noun.

– Benoît Hamon, fondateur de Générations : « Des dizaines de morts directement provoquées par sa décision et l’homme tweete sa joie. Pas de mots pour dire ma consternation qu’un grand pays comme les États Unis soit dirigé par un aussi sordide individu », Donald Trump (Twitter)

– Pierre Laurent, secrétaire national du PCF : « C’est l’ensemble de la communauté internationale qui, en laissant agir le gouvernement israélien en toute impunité par son silence et son inaction, est complice de ce terrible massacre. En prenant la décision provocatrice et contraire au droit international de déplacer leur ambassade à Jérusalem, les États-Unis portent une responsabilité particulière (…) Au vu de ces nouveaux évènements pourtant prévisibles, le PCF réitère sa demande au gouvernement de sortir de son coupable silence et d’agir pour protéger le peuple palestinien » (communiqué)

– David Cormand, secrétaire national d’EELV : « L’unilatéralisme cynique des Etats-Unis, l’inertie coupable de l’Europe et la duplicité intéressée de la Russie encouragent les pires dirigeants à commettre les pires exactions. Pas à pas vers le chaos géopolitique qui, toujours, menace et tue d’abord les plus fragiles… #Gaza » (Twitter)

– Stéphane Le Foll, député PS : « Contrairement à ce que dit Donald Trump, cette journée est une journée dramatique pour ceux qui se battent pour la paix. On s’est une nouvelle fois éloigné des chemins du dialogue. On a basculé dans le chemin de la violence après une décision contre le droit international » (Twitter)

– avec AFP

Nasrallah à Israël: 55 roquettes ont été tirées sur le Golan la semaine dernière

Le chef du groupe terroriste du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a déclaré que 55 roquettes ont été titées depuis la Syrie sur les Plateaux du Golan la semaine dernière.

Israël a dit que 20 roquettes ont été tirées tard mercredi dernier, dont quatre ont été interceptées par le système de défense de missile du Dôme de Fer, alors que le reste a manqué sa cible et est tombé en Syrie. Jérusalem a accusé les forces iraniennes en Syrie pour ces tirs de missiles.

Tout en prenant soin de ne pas revendiquer l’attaque, Hassan Nasrallah a déclaré « cinquante-cinq roquettes, certaines de grand calibre, ont été tirées sur ces postes militaires d’occupation dans le Golan occupé, forçant les résidents du Golan occupé et certains au nord d’Israël à se précipiter vers les abri anti-bombes en panique », selon l’organe de presse libanais Naharnet.

« Le message derrière les roquettes qui ont été tirées sur le Golan est qu’Israël ne peut plus bombarder la Syrie sans faire face à une riposte », a déclaré Nasrallah.

Le dirigeant du Hezbollah Hassan Nasrallah donne un discours depuis Beyrouth au Liban, le 12 mai 2016 (Crédit : capture d’écran Press TV)

52 émeutiers palestiniens tués ; plus de 1 200 blessés

Les responsables de la santé de Gaza, contrôlé par le groupe terroriste palestinien du Hamas, affirment qu’un total de 52 Palestiniens ont été tués et plus de 1 200 ont été blessés par les tirs israéliens lors d’affrontements violents à la frontière de Gaza.

Ayman Odeh : Israël doit être tenu responsable du « massacre » à Gaza

Le député et chef de la Liste arabe unie, Ayman Odeh, a condamné la riposte israélienne aux violents affrontements palestiniens à la frontière de Gaza, accusant l’armée israélienne d’avoir perpétré un « massacre ».

« Ceux d’entre nous qui croient en la justice doivent demander des comptes au gouvernement pour avoir tué des manifestants non armés. Quiconque se préoccupe de l’avenir des deux peuples doit élever la voix contre ce massacre et exiger la fin du siège de Gaza et de l’occupation », a déclaré Odeh.

« L’ouverture de l’ambassade américaine à Jérusalem et sa grande cérémonie font partie de la même politique qui a coûté la vie à des dizaines de Gazaouis. Aujourd’hui, il n’y a rien à célébrer », a-t-il ajouté.

« L’ouverture de l’ambassade est une autre provocation qui signe la fin de l’idée de paix. L’alliance Netanyahu-Trump continue à aggraver le conflit. La politique de voyous des deux dirigeants utilise l’extrême droite comme des fantassins, attisant les flammes du racisme, de la haine et de la violence ».

Odeh faisait partie du groupe des députés arabes qui se sont heurtés à la police.

Abbas : le transfert de ambassade US est une « nouvelle occupation »

Après le déménagement de l’ambassade américaine, le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a promis que les Palestiniens ne s’engageraient pas dans des pourparlers de paix négociés par les Etats-Unis.

Il a souligné que les Palestiniens n’entreront pas dans des négociations menées par les Etats-Unis « de quelque manière que ce soit ».

Abbas a convoqué une réunion d’urgence à Ramallah après le transfert de l’ambassade qui marque « une nouvelle occupation » et « une attaque contre notre souveraineté, une attaque contre nos droits établis », selon une traduction d’Al-Jazeera.

Il condamne également la réponse israélienne à la violence à la frontière de Gaza, qui a vu 52 émeutiers palestiniens tués plus tôt lundi lors de très violents affrontements.

« Nous appelons la communauté internationale, et en particulier les Etats arabes et musulmans, à agir et à agir rapidement » contre les « massacres perpétrés contre notre peuple pacifique », a déclaré M. Abbas.

Le chef de l’Autorité palestinienne appelle à une grève générale de trois jours pour pleurer les Palestiniens tués à Gaza, selon la Dixième chaîne.

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas préside une réunion du Conseil national palestinien à Ramallah le 30 avril 2018. (AFP PHOTO / ABBAS MOMANI)

Les tirs israéliens lundi dans la bande de Gaza ont tué « huit enfants de moins de 16 ans » parmi les dizaines de civils palestiniens abattus, a affirmé Riyad Mansour, ambassadeur palestinien à l’ONU, lors d’une conférence de presse.

« Plus de 2 000 (Palestiniens) ont été blessés », a-t-il ajouté.

Ces chiffres ne sont pas vérifiables.

« Nous condamnons dans les termes les plus forts ces atrocités par les forces israéliennes d’occupation, qui ont utilisé une forte puissance de feu contre des civils qui ont le droit de manifester pacifiquement et qui l’ont fait », a aussi affirmé le diplomate.

« Nous demandons à ce que ces actions soient arrêtées immédiatement et que les responsables du côté israélien soient traduits en justice », a aussi déclaré M. Mansour.

Il a précisé que son collègue basé à l’ONU à Genève essayait d’obtenir de son côté une réunion d’urgence du Conseil des droits de l’homme des Nations unies pour déclencher une enquête indépendante sur les évènements survenus lundi à Gaza.

« Ce massacre s’est tenu au moment où les Etats-Unis ouvraient de manière illégale, unilatérale et provocatrice leur ambassade » à Jérusalem. « Il est vraiment tragique qu’ils célèbrent une action illégale au moment où Israël tue et blesse des milliers de civils palestiniens », a estimé le diplomate.

« Nous utiliserons tous nos droits au Conseil de sécurité pour le voir endosser ses responsabilités pour arrêter ce massacre, le condamner et traduire ses responsables en justice », a aussi souligné Riyad Mansour.

Riyad Mansour, représentant palestinien à l’ONU, le 6 avril 2015. (Crédit : ONU / Loey Felipe)

Tsahal considère les émeutes à Gaza comme « sans précédent »

Lundi soir, le porte-parole de l’armée a qualifié de « sans précédent » le niveau de violence des Palestiniens lors des manifestations le long de la frontière de Gaza, alors que des dizaines de Gazaouis auraient été tués et des centaines d’autres blessés lors des émeutes.

Cependant, malgré la violence des affrontements, le Général de brigade Ronen Manelis, porte-parole de Tsahal, a déclaré que le groupe terroriste du Hamas, qui dirige la bande de Gaza, ne semble pas avoir réussi à mobiliser le nombre de manifestants qui aurait représenté une victoire politique.

Pour lire l’article en entier, cliquez ici.

– Judah Ari Gross

Le Hamas a promis « 100 dollars par famille »

Le porte-parole de l’armée israélienne Ronen Manelis a déclaré que le Hamas a tenté de convaincre et de faire pression sur les Palestiniens pour qu’ils viennent aux manifestations frontalières, a essayé de les soudoyer en leur offrant « 100 dollars par famille qui se déplace », et a également menacé les gens en les accusant d’être des « collaborateurs » s’ils n’assistent pas aux manifestations.

– Judah Ari Gross

Le Hamas menace d’accroître la violence à l’encontre d’Israël

Le groupe terroriste palestinien du Hamas menace de se venger d’Israël en réponse à la mort de 52 émeutiers palestiniens lors d’affrontements violents à la frontière de Gaza ce lundi.

« Nous disons clairement aujourd’hui à tout le monde que la marche pacifique de notre peuple a amené l’ennemi à verser plus de sang », a déclaré Khalil al-Hayya, haut responsable du Hamas.

Il a ajouté que la branche armée du Hamas et d’autres groupes terroristes « ne resteront pas muets face aux crimes de l’occupation ».

Bashar el Assad dénonce un « massacre brutal » à Gaza

Les autorités de Damas ont accusé lundi Israël d’avoir perpétré un « massacre brutal » dans la bande de Gaza, après la mort d’une cinquantaine d’émeutiers palestiniens tués par des soldats israéliens en marge de très violentes manifestations.

« La Syrie condamne (…) le massacre brutal perpétré par l’occupation israélienne contre les civils palestiniens non armés », a indiqué une source au ministère des Affaires étrangères, citée par l’agence officielle Sana.

Le pouvoir de Damas a dénoncé « la décision criminelle et illégitime » prise par Washington de transférer son ambassade à Jérusalem, estimant que cette initiative « faisait porter à l’administration américaine actuelle la responsabilité du sang de ces martyrs palestiniens ».

Le président syrien Bashar el-Assad visitant ses troupes (Crédit : AFP)

– avec AFP

Netanyahu : « Chaque pays a le droit de protéger ses frontières »

« Chaque pays a le droit de protéger ses frontières. L’organisation terroriste du Hamas déclare son intention de détruire Israël et envoie des milliers de personnes pour forcer la barrière de la frontière à cette fin », a déclaré le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

« Nous continuerons à agir avec détermination pour défendre notre souveraineté et nos citoyens. »

Le Drian: « Le droit international est sans ambiguïté sur le statut de Jérusalem »

« Alors que les tensions sur le terrain sont vives, comme en témoignent les graves incidents survenus dans la bande de Gaza ces dernières semaines, la France appelle l’ensemble des acteurs à faire preuve de responsabilité afin de prévenir un nouvel embrasement. Après plusieurs semaines de violences, et face au nombre croissant de victimes palestiniennes dans la bande de Gaza aujourd’hui encore, la France appelle de nouveau les autorités israéliennes à faire preuve de discernement et de retenue dans l’usage de la force qui doit être strictement proportionné. Elle rappelle le devoir de protection des civils, en particulier des mineurs, et le droit des Palestiniens à manifester pacifiquement, » a déclaré le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, dans un communiqué relayé par le consulat français de Jérusalem.

« Il est urgent de recréer les conditions nécessaires à la recherche d’une solution politique, dans un contexte régional déjà marqué par de fortes tensions. »

« La France désapprouve la décision américaine de transférer l’ambassade des Etats-Unis en Israël de Tel Aviv à Jérusalem, comme l’a rappelé à plusieurs reprises le président de la République. Cette décision contrevient au droit international et en particulier aux résolutions du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale des Nations unies. »

« Le droit international est sans ambiguïté sur le statut de Jérusalem. Il devra être déterminé dans le cadre de négociations, comme l’ensemble des paramètres internationalement agréés, afin de parvenir à une solution juste et durable, à savoir deux Etats, vivant côte à côte en paix et en sécurité, ayant l’un et l’autre Jérusalem comme capitale. C’est ce que dit le droit et c’est le sens de nos efforts en faveur de la paix au Proche-Orient. »

Deri veut que « Jérusalem, Israël » soit inscrit sur les passeports américains

Le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri exhorte le Premier ministre Benjamin Netanyahu à travailler avec l’administration Trump pour reconnaître le lieu de naissance des Américains nés à Jérusalem en tant que « Jérusalem, Israël » sur des documents officiels.

Deri écrit une lettre à Netanyahu l’encourageant à demander un changement dans la politique américaine de longue date, quelques heures après l’ouverture de l’ambassade américaine à Jérusalem lundi.

« Il est important que les Etats-Unis reconnaissent Jérusalem comme la capitale d’Israël sur ses documents officiels », a tweeté le ministre.

La politique actuelle des États-Unis est que les citoyens américains nés à Jérusalem n’ont que la ville comme lieu de naissance de leurs passeports, à moins qu’ils ne soient nés avant la création d’Israël en 1948.

Dans ces cas, ils peuvent désigner la Palestine comme leur lieu de naissance. Certains groupes pro-israéliens avaient espéré que la reconnaissance de la capitale par Trump en décembre annoncerait un changement dans une politique américaine de longue date qui empêche les citoyens américains nés à Jérusalem d’enregistrer « Israël » comme leur lieu de naissance.

Le département d’Etat a déclaré en décembre qu’il ne réviserait pas la politique, qui avait été confirmée par la Cour suprême en 2015.

Le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri assiste à la conférence Muni Expo 2018 au Centre des congrès de Tel Aviv, le 14 février 2018 (Tomer Neuberg / Flash90)

Le Koweït demande une réunion en urgence mardi du Conseil de sécurité

Le Koweït a demandé la tenue mardi matin d’une réunion publique du Conseil de sécurité sur la situation au Proche-Orient après la mort de plusieurs dizaines d’émeutiers palestiniens tués par des militaires israéliens lors de violents affrontements suite au transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem, a annoncé lundi la mission diplomatique koweïtienne à l’ONU.

« Nous condamnons ce qu’il s’est passé. Il y aura une réaction de notre part », avait affirmé un peu plus tôt Mansour al-Otaibi, ambassadeur à l’ONU du Koweït qui occupe un siège de membre non-permanent au Conseil de sécurité.

TV : Au moins 10 terroristes du Hamas tués dans les affrontements frontaliers

La chaîne d’information Hadashot, citant des sources du groupe terroriste palestinien du Hamas, indique que 10 membres de la branche armée du groupe terroriste font partie des 52 morts lors des affrontements frontaliers.

Le fils d’Abdel Aziz al-Rantisi, cofondateur du Hamas, figure parmi les morts, selon le reportage télévisé.

« Tout pays a l’obligation de défendre son territoire », avait affirmé plus tôt le Premier ministre Benjamin Netanyahu sur Twitter.

« L’organisation terroriste du Hamas proclame son intention de détruire Israël, et envoie à cette fin des milliers de personnes pour forcer la frontière », a-t-il dit, assurant qu’Israël continuerait à agir « avec détermination » pour l’en empêcher.

Les Palestiniens incendient pour la 3e fois le passage de Kerem Shalom

Les Palestiniens ont incendié le passage frontalier de Kerem Shalom pour la troisième fois.

Le passage, qui voit ordinairement des centaines de camions transportant des cargaisons à Gaza chaque jour, a été fermé alors qu’Israël était censé réparer les dégâts considérables déjà causés par des incendies criminels palestiniens répétés.

Vendredi, les émeutiers palestiniens ont mis le feu aux canalisations de gaz desservant le territoire ainsi que l’infrastructure électrique et un convoyeur utilisé pour transférer des marchandises dans la bande, a indiqué l’armée israélienne.

L’armée israélienne a déclaré que des dizaines de manifestants avaient saboté l’infrastructure du côté palestinien du passage de marchandises de Kerem Shalom, à la suite d’un incident similaire la semaine précédente, vivement condamné par l’envoyé pour la paix américain, Jason Dov Greenblatt.

Des canalisations de gaz en feu au passage de marchandises de Kerem Shalom entre Israël et la bande de Gaza, 11 mai 2018 (Crédit : armée israélienne)

Macron « parlera à tous les acteurs de la région dans les prochains jours »

La France a condamné lundi « les violences » après la mort de 52 émeutiers palestiniens tués par l’armée israélienne lors de manifestations et de heurts contre le transfert à Jérusalem de l’ambassade des Etats-Unis en Israël, a indiqué l’Elysée.

Le président Emmanuel Macron « parlera à tous les acteurs de la région dans les prochains jours », a précisé la présidence de la République.

Le président français Emmanuel Macron lors d’une conférence de presse conjointe avec le président américain Donald Trump à la Maison Blanche, à Washington, le 24 avril 2018 (Crédit : / AFP PHOTO / LUDOVIC MARIN)

L’Iran condamne « l’acte brutal et vicieux » contre Gaza

Les Gardiens de la Révolution iraniens condamnent la mort des émeutiers palestiniens à la frontière de Gaza par les tirs israéliens lors d’affrontements violents.

Un communiqué de la Garde, publié par l’agence de presse semi-officielle Fars, indique que la Garde condamne fermement les Etats-Unis pour avoir déplacé son ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem.

La Garde dit que « l’acte brutal et vicieux … pourrait déclencher une nouvelle vague de lutte contre l’Amérique, la colère et la haine contre les partisans de ce mouvement vicieux au-delà de la région ».

Israël menace d’éliminer les dirigeants du Hamas si les émeutes persistent

Israël a fait savoir au groupe terroriste palestinien du Hamas qu’il pourrait éliminer les dirigeants de l’organisation terroriste si de violents affrontements – que le Hamas attise en promettant entre autres de l’argent aux participants – persistent à la frontière entre Gaza et Israël.

« Si les manifestations continuent – les éliminations ciblées reprendront », a dit Israël aux dirigeants de Gaza par le biais d’un intermédiaire égyptien, selon les informations de Hadashot.

« Si les manifestations violentes se poursuivent, même les chefs du Hamas ne seront pas à l’abri », indique le rapport israélien.

Ryad condamne les tirs israéliens à Gaza, sans évoquer Jérusalem

« L’Arabie saoudite condamne avec force les tirs des forces d’occupation israéliennes contre des civils palestiniens désarmés qui ont fait des dizaines de tués et de blessés », a déclaré un porte-parole du ministère saoudien des Affaires étrangères.

Le porte-parole, cité par l’agence officielle SPA, a appelé la communauté internationale à « assumer ses responsabilités et à faire cesser les violences contre les Palestiniens », rappelant la position de Ryad en faveur des « droits du peuple palestinien ».

Le porte-parole n’a pas évoqué l’ouverture de l’ambassade américaine à Jérusalem. Le transfert de cette ambassade, décidé par le président Donald Trump, avait été condamné par le sommet arabe organisé en Arabie saoudite le 17 avril.

Chuck Schumer « applaudit » Trump pour l’ouverture de l’ambassade à Jérusalem

WASHINGTON – Bien qu’aucun membre démocrate du Congrès n’ait assisté à l’inauguration de l’ambassade des États-Unis à Jérusalem lundi, et que la plupart se soient opposés à cette décision qui compromet les perspectives d’une solution à deux États, le leader du Sénat démocrate a félicité le président américain pour avoir tenu sa promesse électorale.

« Dans le cadre d’une initiative attendue depuis longtemps, nous avons déplacé notre ambassade à Jérusalem. Chaque nation devrait avoir le droit de choisir sa capitale », a déclaré Chuck Schumer, un démocrate de New York.

Pour lire l’article en entier, cliquez ici.

Le sénateur Chuck Schumer (démocrate, New York) au troisième jour de la convention démocrate nationale à Philadelphie, le 27 juillet 2016. (Crédit : Joe Raedle/Getty Images via JTA)

L’Afrique du Sud rappelle son envoyé en Israël à cause des violences à Gaza

L’Afrique du Sud dit rappeler son ambassadeur en Israël « jusqu’à nouvel ordre », pour protester contre la mort de 52 émeutiers palestiniens, rapportée par le ministère de la Santé de Gaza dirigé par le groupe terroriste palestinien du Hamas, au cours de violents affrontements avec les troupes israéliennes à la frontière de Gaza.

« Le gouvernement sud-africain condamne avec la plus grande fermeté le dernier acte d’agression violente perpétré par les forces armées israéliennes le long de la frontière avec Gaza, qui a entraîné la mort de plus de 40 civils », a déclaré le Département des relations internationales.

« Compte tenu de la manière aveugle et grave de la dernière attaque israélienne, le gouvernement sud-africain a pris la décision de rappeler l’ambassadeur Sisa Ngombane avec effet immédiat jusqu’à nouvel ordre », indique le communiqué.

Pretoria appelle également Israël à « se retirer de la bande de Gaza et à mettre fin aux incursions violentes et destructrices dans les territoires palestiniens ».

Israël s’est retiré de la bande de Gaza en 2005.

La Maison Blanche dénonce la « responsabilité » du Hamas

« La responsabilité de ces morts tragiques repose entièrement sur le Hamas », a fustigé Raj Shah, le porte-parole adjoint de l’exécutif américain.

« Le Hamas provoque intentionnellement et cyniquement cette réponse » israélienne, a développé Raj Shah lors de son point de presse, avant d’ajouter que le mouvement islamiste était « une organisation qui s’est engagée dans des activités cyniques qui ont conduit à ces morts ».

« Cela fait des semaines que le gouvernement israélien essaie de gérer cela sans violence », a-t-il également déclaré, en évoquant la « propagande » du groupe terroriste palestinien du Hamas, qui a promis « 100 dollars par famille ».

Gaza : le Canada juge « inexcusable » que des civils aient été tués

La ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, s’est déclarée sur Twitter « très préoccupée par la violence dans la bande de Gaza ».

« Nous sommes attristés par les morts » et les blessés « d’aujourd’hui et des dernières semaines », a-t-elle indiqué au nom du gouvernement de Justin Trudeau.

« C’est inexcusable que des civils, des journalistes et des enfants aient été des victimes », a déploré la chef de la diplomatie canadienne, rappelant que « toutes les parties du conflit ont la responsabilité de protéger les civils ».

Traditionnel allié de l’état hébreu, le Canada a marqué ses distances du gouvernement israélien à certaines reprises depuis l’accession au pouvoir des libéraux de Justin Trudeau fin 2015.

Le parti conservateur, qui forme l’opposition officielle à Ottawa, a pour sa part décidé en février dernier que le Canada reconnaîtrait Jérusalem comme capitale d’Israël en cas de victoire aux élections législatives canadiennes de 2019.

Le Premier ministre du Canada Justin Trudeau s’exprime durant une conférence de presse au dernier jour du sommet de coopération économique Asie-Pacifique à Lima, le 20 novembre 2016 (Crédit : AFP/RAFAEL ZARAUZ)

Gaza : nouvelles réactions politiques en France qui n’évoquent pas le Hamas

Voici de nouvelles réactions politiques en France à la situation à Gaza qui n’évoquent pas le rôle du groupe terroriste palestinien qui contrôle la bande :

– Le Parti socialiste « réitère son appel à tous les acteurs régionaux, européens et internationaux pour œuvrer à une désescalade, préalable indispensable pour construire une paix durable. A l’heure où les États-unis ont décidé d’agir seuls sur de nombreuses questions fondamentales, le Parti socialiste appelle en particulier la France et l’Europe à renouer avec notre tradition diplomatique pour faire entendre une voix indépendante et forte dans la région et dans le monde » (communiqué)

– Jean-Marie Le Pen, co-fondateur du Front national: « À Gaza, les médias parlent d’affrontements entre Palestiniens et Israéliens mais les dizaines de morts et les centaines de blessés sont tous Palestiniens. Il faut que cesse ce massacre ! » (tweet)

– Nouveau Parti Anticapitaliste: « Le NPA s’indigne de ce nouvel épisode de répression sanglante, qui fait grimper à plus de 100 le nombre de Palestiniens tués à Gaza depuis les manifestations du 30 mars, ainsi que du silence complice du gouvernement Macron-Philippe. Et nous n’oublions pas qu’alors que les Palestiniens subissent chaque jour les exactions de l’État d’Israël, Netanyahu a été reçu à deux reprises par Macron en moins d’un an » (communiqué)

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...

Un feu causé par un cerf-volant lancé par Gaza se déclare du côté israélien

Un incendie de faible ampleur s’est déclaré dans un champ à l’extérieur de Mefalsim, à proximité de la bande de Gaza, apparemment provoqué par un cerf-volant incendiaire qui a été lancé en Israël depuis l’enclave côtière.

Les pompiers israéliens et le personnel d’urgence sont sur place.

L’envoyé spécial américain pour les négociations au Moyen Orient JAson Greenblat, avait publiquement critiqué dimanche les Palestiniens pour l’envoi de cerfs-volants inflammables en Israël.

« Des cerfs-volants [équipés] de bombes et [cocktails] Molotov ne sont pas des « manifestations pacifiques » – C’est du terrorisme pur et dur », avait tweeté Greenblatt.

« Le Hamas est responsable et il empire la situation des Palestiniens à Gaza », avait-il conclu.

Plus tôt dans la journée de dimanche, Greenblatt avait fustigé les « émeutiers du Hamas » qui ont endommagé les infrastructures sur le côté palestinien du point de passage de Kerem Shalom, deux jours auparavant.

« Alors que le monde tente d’apaiser les souffrance humanitaires des Palestiniens à Gaza, les émeutiers du Hamas vandalisent et brûlent le point de passage humanitaire principal », avait-il tweeté.

« Quand le monde verra-t-il que le Hamas détruit ce qui pourrait être une métropole prospère ? La paix est le seul espoir pour l’avenir », avait-il conclu.

Jason Greenblatt, représentant spécial pour les négociations internationales du président américain Donald Trump, s’adresse au déjeuner de printemps de l’American Jewish Committee’s Women’s Leadership Board à New York le 24 avril 2018. (Autorisation / Ellen Dubin Photographie)

Le ministère, dirigé par le Hamas, a également affirmé que Musaab Abu Leila, 29 ans, était l’une des deux personnes qui auraient été abattues par les troupes israéliennes lors des affrontements.

Abu Leila aurait été tué à l’est de Jabalia, dans le nord de la bande de Gaza, peu après la mort d’un jeune homme de 21 ans dans le sud de la bande de Gaza.

L’armée israélienne affirme que 10 000 personnes participent actuellement à des manifestations à cinq endroits le long de la frontière.