Israël en guerre - Jour 237

Rechercher

Uri Shoham critique le fait que Levin n’ait pas nommé de remplaçant

Jeremy Sharon est le correspondant du Times of Israel chargé des affaires juridiques et des implantations.

L'ancien juge à la Cour suprême Uri Shoham lors de la cérémonie marquant son départ de la Cour suprême de Jérusalem, le 2 août 2018. (Crédit : Marc Israel Sellem/POOL)
L'ancien juge à la Cour suprême Uri Shoham lors de la cérémonie marquant son départ de la Cour suprême de Jérusalem, le 2 août 2018. (Crédit : Marc Israel Sellem/POOL)

Le médiateur de l’État pour les juges sortant, Uri Shoham, critique vivement l’absence de nomination d’un remplaçant, dans une attaque à peine voilée contre le ministre de la Justice, Yariv Levin.

Levin a refusé de nommer un juge de la Cour suprême à la retraite pour remplacer Shoham, son allié et collègue architecte de la refonte du système judiciaire, le député Simcha Rothman, qualifiant une telle nomination de « conflit d’intérêts ».

Dans une lettre d’adieu adressée à son bureau, Shoham, lui-même ancien juge de la Cour suprême, écrit que ce sera la première fois en plus de vingt ans, depuis la création du département, qu’il n’y aura pas de médiateur de l’État pour les juges en exercice.

« Puisqu’aucun nouveau médiateur n’a été nommé, le bureau du médiateur ne peut pas achever le traitement des plaintes pour lesquelles une décision n’a pas encore été prise ; [il ne peut pas] traiter les nouvelles plaintes qui lui sont soumises ; et [il ne peut pas] traiter les déclarations financières que les juges rabbiniques et les juges de la charia sont obligés de soumettre, conformément à la loi « , écrit Shoham.

Il fait remarquer qu’il est d’usage, depuis la création du bureau du médiateur, que « les ministres de la Justice et les présidents de la Cour suprême » nomment un juge de la Cour suprême à la retraite.

« Je considère que le fait qu’un nouveau médiateur pour les plaintes du public contre les juges n’ait pas été nommé porte gravement atteinte à l’État de droit et à la confiance du peuple dans le système judiciaire », conclut Shoham.

La chaîne publique Kann rapporte que Levin avait accepté de nommer l’ancien juge du tribunal de Tel Aviv, David Rozen, qui avait condamné Ehud Olmert dans l’affaire Holyland, mais que le président de la Cour suprême, Uzi Vogelman, s’est fermement opposé à la nomination de Rozen.

S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.