Israël en guerre - Jour 189

Rechercher

L’ONU réduit l’aide allouée à 119 000 réfugiés syriens en Jordanie

Les réfugiés risquent d'avoir recours à des "stratégies délétères pour faire face", comme faire travailler leurs enfants, marier leurs petites filles ou accumuler des dettes, a regretté Alberto Correia Mendes

Les réfugiés syriens, bloqués entre les frontières jordaniennes et syriennes, qui attendent pour traverser en Jordanie, au passage de la frontière de Hadalat, à l'est de la capitale jordanienne Amman, le 14 janvier 2016 (Crédit : AFP / KHALIL Mazraani)
Les réfugiés syriens, bloqués entre les frontières jordaniennes et syriennes, qui attendent pour traverser en Jordanie, au passage de la frontière de Hadalat, à l'est de la capitale jordanienne Amman, le 14 janvier 2016 (Crédit : AFP / KHALIL Mazraani)

Le Programme alimentaire mondial des Nations unies a annoncé réduire son assistance à 119 000 réfugiés syriens vivant dans des camps en Jordanie, jugeant cette mesure « inévitable » en raison d’une baisse « dangereuse » de financements.

Environ 650 000 Syriens ont fui en Jordanie depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, selon l’ONU – Amman estime pour sa part qu’ils sont 1,3 million.

« Une diminution accrue de l’aide alimentaire pour les réfugiés en Jordanie est devenue inévitable car les fonds sont dangereusement bas », a déclaré le Programme alimentaire mondial (PAM) dans un communiqué mardi soir.

En conséquence, le PAM est « obligé de réduire par un tiers l’aide financière fournie chaque mois à 119 000 réfugiés dans les camps de Zaatari et d’Azraq. »

Dès août, ces personnes recevront « 21 dollars par mois et par personne », au lieu de 32 dollars, soit 18,7 euros contre précédemment 28,5 euros.

« Les réfugiés syriens qui vivent dans ces deux camps ont des sources de revenus limités avec seulement 30 % des adultes travaillant, la majorité dans des emplois saisonniers ou temporaires, tandis que 57 % des habitants du camp disent n’avoir que cette aide financière comme revenu », explique le PAM.

Les réfugiés risquent d’avoir recours à des « stratégies délétères pour faire face », comme faire travailler leurs enfants, marier leurs petites filles ou accumuler des dettes, a regretté Alberto Correia Mendes, représentant du PAM en Jordanie, dans le communiqué du PAM.

« Nous sommes profondément inquiets de cette potentielle détérioration de la sécurité alimentaire des familles, mais comme nos financements s’amenuisent, nous avons les mains liées », a-t-il dit.

Bien qu’ayant procédé à des coupes budgétaires, le PAM dit manquer de 41 millions de dollars pour pouvoir boucler son budget 2023.

Depuis 2011, la guerre civile en Syrie a tué plus de 500 000 personnes, déplacé des millions d’autres et ravagé les infrastructures du pays.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.