L’UE soutient l’envoyé de l’ONU pour la paix, fortement critiqué
Rechercher

L’UE soutient l’envoyé de l’ONU pour la paix, fortement critiqué

Dans un contexte de colère suite aux négociations sur Gaza, une source de l'OLP a accusé Nikolay Mladenov d'être "sorti de son rôle"

Nikolay Mladenov, coordinateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, à Yad Vashem, le 28 août 2017. ( Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Nikolay Mladenov, coordinateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, à Yad Vashem, le 28 août 2017. ( Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

L’Union européenne (UE) a apporté son soutien dimanche au coordinateur spécial pour le processus de paix au Moyen-Orient, Nikolay Mladenov, âprement critiqué ces derniers jours par l’Autorité palestinienne (AP) pour avoir tenté de négocier un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas.

« Le cycle de la violence n’entraîne que davantage de violences et prive des générations entières de l’aspiration légitime à vivre paisiblement en ayant la liberté de construire son avenir. Seule une solution politique est à même de mettre un terme aux violences, » a indiqué un communiqué de l’UE consacré aux violences continues dans la bande de Gaza.

« Dans ce contexte, l’Union européenne apprécie avec force et soutient pleinement les efforts livrés par le coordinateur spécial de l’ONU qui a travaillé étroitement avec toutes les parties et avec la communauté internationale pour définir la mise en place d’un processus politique à Gaza », a-t-elle ajouté.

Alors que l’AP a fait part de son mécontentement face aux initiatives prises par Mladenov, un haut-responsable de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) a déclaré dimanche que le Premier ministre de l’AP Rami Hamdallah avait refusé d’accueillir à son bureau, la semaine dernière, l’envoyé de l’ONU.

Ces dernières semaines, des responsables basés à Ramallah ont critiqué Mladenov pour son rôle tenu dans la négociation d’un accord à Gaza, qu’il a tenté de faciliter.

« Le représentant de l’Union européenne a demandé que Mladenov puisse venir lors d’une réunion avec le Premier ministre Hamdallah la semaine dernière », a commenté auprès du Times of Israel Ahmad Majdalani, membre du comité exécutif de l’OLP, se référant à Ralph Tarraf, haut-diplomate de l’UE à Jérusalem. « Le Premier ministre a refusé de recevoir Mladenov.”

Tarraf et des membres du Parlement européen ont rencontré Hamdallah à son bureau de Ramallah, le 8 octobre.

Un porte-parole de l’UE a expliqué qu’aucun représentant de l’ONU n’avait prévu d’assister à la rencontre entre les responsables européens et le Premier ministre de l’AP.

Le coordinateur spécial des Nations unies pour le processus de paix au Moyen-Orient Nickolay Mladenov lors d’une conférence de presse au cours d’une visite à Gaza, le 15 juillet 2018 (Crédit : (Wissam Nassar/Flash90)

Le comité exécutif de l’OLP a récemment décidé que les dirigeants palestiniens de Ramallah ne rencontreront plus Mladenov, selon Majdalani.

« Mladenov est sorti de son rôle, qui est de travailler en faveur du processus de paix et non de faire la paix entre le Hamas et Israël », s’est-il exclamé. « Nous travaillerons encore avec les autres responsables de l’ONU mais nous ne rencontrerons plus Mladenov ou son bureau. Le problème, c’est lui spécifiquement ».

Le porte-parole du gouvernement de l’AP et le bureau de Mladenov n’ont pas répondu aux demandes de commentaires du Times of Israel.

Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres a pris la défense de Mladenov, vendredi, et son porte-parole Farhan Haq a déclaré qu’il « soutient pleinement » l’envoyé pour la paix au Moyen-Orient et ses efforts « sans relâche ». Il a exprimé l’espoir qu’une solution politique soit trouvée, a rapporté l’agence de presse chinoise Xinhua.

Mladenov, aux côtés de l’Egypte, a récemment joué un rôle primordial dans les tentatives de négociations d’une trêve entre le Hamas et Israël.

Les manifestants palestiniens observent les gaz lacrymogènes lancés par les forces israéliennes à travers la fumée noire des pneus brûlés au cours d’une manifestation le long de la barrière de sécurité à l’est de Gaza City, le 14 septembre 2018 (Crédit : AFP PHOTO / SAID KHATIB)

Le Fatah et l’AP se sont opposés avec véhémence à tout cessez-le-feu possible entre Israël et le Hamas, le groupe terroriste à la tête de Gaza. Ils demandent l’aboutissement de la réconciliation entre le Fatah et le Hamas avant la mise en place d’un cessez-le-feu, et ils ont expliqué que l’OLP était le seul parti palestinien à même de négocier un tel accord.

La semaine dernière, Mladenov a également aidé à faciliter l’entrée de carburant – acheté par le Qatar – à Gaza.

A ce moment-là, un responsable de l’AP avait affirmé que la livraison de cette essence offerte par les Qataris s’apparentait à une aide financière apportée au Hamas.

« Lorsque le Qatar paie pour le carburant, le Hamas à Gaza collecte les factures et les met dans sa poche. C’est une aide financière indirecte au Hamas », avait déclaré un responsable de l’AP le 9 octobre, s’exprimant sous couvert d’anonymat.

Au début du mois, un responsable du Fatah de haut-rang a accusé Mladenov de travailler au service de l’administration du président américain Donald Trump et d’intervenir dans les affaires intérieures des Palestiniens. L’AP boycotte l’administration Trump depuis sa reconnaissance de Jérusalem en tant que capitale d’Israël, au mois de décembre dernier.

« C’est un fonctionnaire de l’administration américaine », a ainsi déclaré Majed Fityani, secrétaire-général du conseil révolutionnaire du Fatah, à Palestine TV, la chaîne officielle de l’AP. « Il ne … devrait pas intervenir dans les affaires intérieures. Il n’a pas le droit ou le mandat nécessaire pour intervenir mais il fourre son nez partout ».

Majed Fityani, secrétaire-général du conseil révolutionnaire du Fatah, s’exprime sur la chaîne officielle de l’Autorité palestinienne Palestine TV, le 6 octobre 2018 (Capture d’écran : Youtube)

Fityani a également indiqué que Mladenov n’était plus un « négociateur honnête » et ajouté que les Palestiniens considéraient que sa mission en tant que coordinateur spécial de l’ONU pour le processus de paix au Moyen-Orient était terminée.

« Je crois que M. Mladenov n’est plus un négociateur honnête dans ce processus », a-t-il dit. « En ce qui nous concerne, en tant que Palestiniens, la mission de Mladenov est finie. Il vaudrait mieux qu’il passe le reste de son temps d’envoyé du secrétaire-général des Nations unies en vacances avec ses amis israéliens ou qu’il voyage aux frais de Trump ou de ceux qui ont financé cette incartade morale et politique dans laquelle il s’est lui-même noyé ».

La chaîne Hadashot avait indiqué au mois d’août qu’il « semble que le travail de Mladenov à la fonction de coordinateur spécial de l’ONU pour le processus de paix au Moyen-Orient s’achèvera dans un avenir proche ».

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Emmanuel Nahshon, a toutefois expliqué dimanche, au cours d’un entretien téléphonique, qu’il ignorait quand se terminerait le mandat de Mladenov à son poste.

Le mois dernier, Azzam al-Ahmad, membre du comité central du Fatah, avait également fustigé Mladenov.

« Nous avons exprimé nos critiques à Mladenov », avait-il dit sur la chaîne Palestine TV, le 22 septembre. « Il est intervenu dans des affaires sortant du cadre de ses fonctions ».

Ahmad avait ajouté qu’il pensait que « Mladenov est un soutien d’Israël depuis qu’il a été le ministre des Affaires étrangères de la Bulgarie ». Mladenov avait servi à ce poste ministériel du mois de janvier 2010 au mois de mars 2013.

Au début du mois, le bureau de Mladenov avait refusé de commenter les propos de Fityani et d’Ahmad.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...