L’Union européenne octroie à l’Autorité palestinienne une aide de 23 M d’euros
Rechercher

L’Union européenne octroie à l’Autorité palestinienne une aide de 23 M d’euros

L'aide financière servira à payer les salaires des employés de la santé et de l'éducation ; les Palestiniens rejettent encore les taxes versées par Israël

Des Palestiniennes portent le masque de protection dans un contexte de pandémie de COVID-19 en faisant des courses en préparation pour la fête de l'Aïd al-Adha à Hébron, en Cisjordanie, le 27 juillet 2020 (Crédit :  HAZEM BADER / AFP)
Des Palestiniennes portent le masque de protection dans un contexte de pandémie de COVID-19 en faisant des courses en préparation pour la fête de l'Aïd al-Adha à Hébron, en Cisjordanie, le 27 juillet 2020 (Crédit : HAZEM BADER / AFP)

L’Autorité palestinienne (AP) pourra partiellement payer les salaires de juin à plus de 43 000 fonctionnaires grâce notamment à une subvention de l’Union européenne (UE) d’un montant de 23 millions de dollars, une initiative que Bruxelles a annoncée lundi.

L’AP avait fait savoir, dimanche, qu’elle ne pourrait payer qu’une partie des salaires octroyés à ses fonctionnaires – des rémunérations qui constituent environ 20 % du produit intérieur brut palestinien. Les fonctionnaires gagnant 1 750 shekels par mois ou moins toucheront la totalité de leur salaire du mois de juin tandis que ceux qui sont davantage payés ne recevront pas moins de 1 750 shekels, mais pas plus de 50 % de leur traitement habituel.

Ce sont les employés de l’éducation et de la santé qui ont eu la primeur du paiement de leur salaire lundi et les autres devraient toucher leurs rémunérations mardi.

L’annonce de la réduction des salaires a déçu certains Palestiniens qui se préparent à célébrer l’Aïd El-Adha, l’une des journées les plus saintes du calendrier musulman.

« La contribution que nous apportons aujourd’hui aidera à maintenir la délivrance de services publics essentiels aux Palestiniens dans le cadre de cette crise extraordinaire », a commenté Sven Kühn von Burgsdorff, un représentant de l’UE, dans une déclaration, soulignant que la subvention aiderait avant tout à soutenir les employés dans le secteur de la santé et de l’éducation.

L’UE, plus important donateur de l’AP, a octroyé environ 2,8 milliards d’euros en aides directes à l’AP depuis 2008.

En prenant en compte d’autres engagements financiers souscrits auprès de la société civile palestinienne et de l’agence d’aide aux réfugiés de l’ONU, l’UNWRA, qui travaille également aux côtés des Palestiniens, Bruxelles a consacré plus de 1,11 milliard d’euros aux Palestiniens entre 2017 et 2020 seulement.

Cette subvention apportera des liquidités désespérément nécessaires à l’AP, qui traverse une crise financière qui ne cesse de s’aggraver. L’AP est le plus important employeur de la Cisjordanie. En ce moment de crise, de nombreux agents de police ne reçoivent qu’une partie de leur traitement.

Le directeur de la Chambre de commerce de Hébron Abdu Idris avait déclaré au Times of Israel, au début du mois, que les salaires étaient « une source majeure de revenus, non seulement directement pour les employés, mais pour les commerçants » dont les clients, sans argent, ne peuvent plus rien dépenser.

Le Premier ministre de l’AP, Mohammad Shtayyeh, a annoncé lundi que l’Autorité palestinienne continuerait à rejeter les revenus fiscaux collectés par Israël en son nom pour protester contre le plan d’annexion par l’Etat juif de certains pans de la Cisjordanie. Les Palestiniens avaient commencé à refuser les fonds issus de ces taxes prélevées par les Israéliens à la fin du mois de mai, ce qui avait plongé l’AP dans une crise financière profonde.

Le Premier ministre palestinien Mohammad Shtayyeh annonce que l’AP continuera à rejeter les revenus des impôts collectés par Israël, le 28 juillet 2020 (Crédit : Wafa)

« Nous restons déterminés à mettre un terme à toute forme de coopération avec l’occupation, que ce soit dans une perspective financière ou sécuritaire », a déclaré Shtayyeh lors d’une réunion du cabinet.

Les revenus fiscaux collectés par Israël ont toujours représenté un large pourcentage du budget de l’Autorité palestinienne. Depuis le début de la pandémie de coronavirus, ils sont devenus néanmoins plus indispensables encore : Les fonds issus des impôts prélevés par l’AP ont fondu, avec la fermeture des entreprises et le confinement des Palestiniens qui sont nombreux à être dorénavant au chômage. Pour leur part, les donateurs étrangers ont eu tendance à tenter de soulager la crise entraînée par la COVID-19 dans leurs propres pays.

L’AP s’est trouvée dans l’incapacité de rémunérer ses employés pendant des mois, parvenant finalement à rassembler suffisamment de fonds pour payer une partie des salaires du mois de mai au commencement du mois de juillet.

La subvention de l’Union européenne n’est pas la première aide internationale dont bénéficient les Palestiniens pendant la pandémie. Au mois de mai, l’Autorité palestinienne avait reçu 95 millions de dollars en aides internationales.

Et pourtant, cette enveloppe ne semble pas pouvoir être suffisante pour combler un déficit abyssal. Dans le passé, l’AP recevait habituellement 205 millions de dollars en recettes douanières, dépensant 244,5 millions de dollars pour les fonctionnaires, les retraités et les indemnités versées aux familles de Palestiniens condamnés pour terrorisme en Israël ou tués alors qu’ils commettaient un attentat contre des Israéliens – soit dix fois le montant octroyé aujourd’hui par l’Union européenne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...