L’UNRWA ouvre une enquête sur 10 de ses employés soupçonnés d’antisémitisme
Rechercher

L’UNRWA ouvre une enquête sur 10 de ses employés soupçonnés d’antisémitisme

L'agence de l’ONU pour les Palestiniens affirme que le groupe à l’origine des accusations l’a déjà calomniée mais admet que des employés pourraient avoir violé son code de conduite

Des élèves palestiniens reçoivent de nouveaux manuels scolaires, le premier jour d'une nouvelle année scolaire, dans l'une des écoles de l'UNRWA, à Beyrouth, Liban, le 3 septembre 2018. (Hussein Malla / AP)
Des élèves palestiniens reçoivent de nouveaux manuels scolaires, le premier jour d'une nouvelle année scolaire, dans l'une des écoles de l'UNRWA, à Beyrouth, Liban, le 3 septembre 2018. (Hussein Malla / AP)

L’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) a annoncé avoir ouvert une enquête sur les allégations d’antisémitisme et de parti pris anti-israélien portées contre dix de ses employés à travers le Moyen-Orient.

La déclaration de l’Agence de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine intervient quelques jours après qu’UN Watch – un groupe pro-israélien qui surveille les activités de l’ONU – a publié un rapport alléguant que 22 membres du personnel de l’UNRWA s’étaient livrés à des incitations à la haine en ligne.

Le rapport de UN Watch a trouvé plus d’une centaine de posts qu’il juge contraires à la politique de neutralité et de non-violence de l’UNWRA de la part du personnel stationné à Gaza, en Cisjordanie, au Liban, en Syrie et en Jordanie. Parmi les messages signalés, celui du professeur de mathématiques de l’UNRWA à Gaza, Nahed Sharawi, qui a partagé une vidéo d’Adolf Hitler avec des citations pour « enrichir et éclairer vos pensées et vos esprits ».

Un autre enseignant de l’UNRWA, Husni Masri de Cisjordanie, a publié des théories du complot antisémites affirmant que les Juifs contrôlent le monde, ont créé le coronavirus et veulent détruire l’islam, selon le rapport.

En réponse à ce rapport, l’UNRWA a déclaré jeudi que seuls 10 des 22 personnes citées dans le rapport sont employées par l’agence, et tout en notant que UN Watch a « une longue histoire d’affirmations infondées et motivées par des considérations politiques contre l’agence », s’est engagée à examiner ces allégations.

« L’UNRWA défend les valeurs des Nations unies et applique une politique de tolérance zéro face à la haine. L’Agence prend chaque allégation au sérieux. Elle a immédiatement lancé une enquête approfondie dans le cadre d’une procédure régulière pour déterminer si l’une de ces 10 personnes, sur plus de 28 000 membres du personnel, a enfreint les politiques de l’Agence en matière de médias sociaux qui interdisent au personnel d’adopter des positions non-neutres en ligne », a-t-il déclaré.

Des enfants palestiniens étudient dans une école de l’UNRWA à Gaza City. (Crédit : IRIN/Creative Commons via JTA)

L’agence a semblé reconnaître que certains de ses employés auraient dévié de leur ligne de conduite dans leur position en ligne. « Nous craignons que certains posts ne violent nos règles et politiques, et si une faute est constatée, l’UNRWA prendra des mesures administratives ou disciplinaires immédiates », a-t-il déclaré.

L’UNRWA a déclaré qu’il avait examiné les allégations précédentes faites par UN Watch et constaté que 57 % des cas ne pouvaient pas être attribués à des employés de l’agence. Ceux qui ont violé son code de conduite ont été « censurés et/ou soumis à des sanctions financières », a-t-il déclaré.

« Suggérer que la haine est largement répandue au sein de l’Agence et de ses écoles est non seulement mensonger et faux, mais cela valide des attaques sensationnalistes et à motivation politique qui nuisent délibérément à une communauté déjà vulnérable : les enfants réfugiés », a déclaré l’UNRWA.

Répondant à la déclaration de l’Agence, le directeur d’UN Watch, Hillel Neuer, a déclaré qu’elle « passe complètement à côté de l’essentiel ».

« Si l’agence emploie des dizaines d’enseignants et de directeurs d’école qui citent Hitler et font l’éloge des attaques terroristes du Hamas et du Jihad islamique, le problème n’est pas leurs publications sur les réseaux sociaux et leurs prétendues “violations de la neutralité”, mais plutôt le fait que le système éducatif de l’UNRWA embauche et met régulièrement dans les classes des enseignants qui admirent Hitler et propagent la haine et le terrorisme », a-t-il déclaré.

Neuer a critiqué l’UNRWA pour « avoir tenté de changer de sujet en attaquant malicieusement UN Watch pour avoir contrôlé leurs enseignants » et a appelé le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres à nommer une commission d’enquête indépendante pour enquêter pleinement sur « la pandémie de haine qui a infecté le système éducatif de l’UNRWA ».

Pierre Krähenbühl, Commissaire général de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) à l’école primaire de filles Rimal à Gaza City, le 22 janvier 2018. (AP Photo/Adel Hana)

Sous l’administration de l’ancien président américain Donald Trump, Washington a largement réduit le financement de l’Autorité palestinienne et de l’UNRWA, qui gère un réseau de programmes éducatifs et médicaux pour les réfugiés palestiniens au Moyen-Orient.

Mais l’administration Biden a relancé le financement de l’agence, ajoutant 150 millions de dollars d’aide économique, tout en insistant sur le fait qu’elle pousserait à des réformes au sein de l’agence et ne tolérerait aucun parti pris anti-israélien.

Israël a longtemps fait pression pour la fermeture de l’UNRWA, arguant que l’Agence contribue à perpétuer le conflit avec les Palestiniens puisqu’il confère le statut de réfugié aux descendants des personnes initialement déplacées à l’époque de la guerre d’indépendance d’Israël.

L’UNRWA, dont les 28 000 employés sont pour la plupart des descendants de réfugiés, fournit des services tels que l’éducation et les soins médicaux à environ 5,7 millions de Palestiniens résidant dans des camps en Jordanie, en Syrie, au Liban, en Cisjordanie et à Gaza.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...