Mandelblit : Liberman ne peut pas convoquer un rabbin pour ses propos “sexistes”
Rechercher

Mandelblit : Liberman ne peut pas convoquer un rabbin pour ses propos “sexistes”

Le procureur général conclut que le ministre de la Défense n’a pas l’autorité pour réprimander le directeur de la yeshiva d’Eli pour ses propos offensants envers les soldates

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Illustration : Le bataillon Caracal, unité combattante mixte, pendant un entraînement en novembre 2007. (Crédit : Yoni Markovitzki/unité des porte-paroles de l'armée israélienne/Flash90)
Illustration : Le bataillon Caracal, unité combattante mixte, pendant un entraînement en novembre 2007. (Crédit : Yoni Markovitzki/unité des porte-paroles de l'armée israélienne/Flash90)

Le procureur général Avichai Mandelblit aurait interdit au ministre de la Défense, Avigdor Liberman, de convoquer le directeur d’une académie religieuse prémilitaire pour une réprimande sur ses propos désobligeants envers les soldates.

Liberman avait demandé au rabbin Yigal Levinstein, ainsi qu’à d’autres membres de la direction de l’académie et yeshiva Hesder de l’implantation d’Eli, en Cisjordanie, de venir ce jeudi au ministère de la Défense pour répondre à un ultimatum qui aurait annulé la reconnaissance officielle et le financement public de l’institution si Levinstein ne démissionnait pas.

Mandelblit a cependant estimé que le ministre de la Défense n’avait pas l’autorité pour réprimander le rabbin ou retirer le soutien public de la yeshiva, a annoncé mercredi le quotidien Yedioth Ahronoth.

Levinstein avait été critiqué au début du mois après la publication d’une vidéo où il affirmait que le service militaire rendait les soldats « folles », peu attirantes et les dépouillait de leur judaïté. Il avait déjà été réprimandé pour des propos sexistes et homophobes dans le passé.

Le rabbin Yigal Levinstein pendant la conférence "Sion et Jérusalem", en juillet 2016. (Crédit : capture d'écran Youtube)
Le rabbin Yigal Levinstein pendant la conférence « Sion et Jérusalem », en juillet 2016. (Crédit : capture d’écran Youtube)

Selon le quotidien, Mandelblit a consulté les responsables de son département, puis son adjointe, Dina Zilber, a adressé une opinion juridique à Liberman, expliquant qu’il n’avait pas l’autorité pour auditionner Levinstein. De plus, Zilber a dit à Liberman qu’il ne pouvait pas annuler l’accréditation de la yeshiva Hesder d’Eli, car une telle décision ne serait pas considérée comme raisonnable.

Le programme de la yeshiva Hesder permet aux hommes orthodoxes de raccourcir leur service militaire obligatoire en le combinant avec du temps passé à étudier les textes religieux. Seules les yeshivot qui sont officiellement reconnues peuvent proposer de tels programmes.

Tout en empêchant le ministre de la Défense de mener à bien ses menaces, Zilber a aussi critiqué les propos de Levinstein.

« Les propos du rabbin Levinstein sont extrêmement offensants », a-t-elle écrit selon l’article de Yedioth. « Ce sont des choses douloureuses, qui nuisent et brisent le délicat et fragile tissu de la cohésion israélienne dans le contexte de l’armée israélienne, tout en nuisant à la dignité et en humiliant une partie de la société. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...