Médiation pakistanaise entre l’Arabie saoudite et l’Iran
Rechercher

Médiation pakistanaise entre l’Arabie saoudite et l’Iran

La monarchie saoudienne et la République islamique d'Iran s'affrontent par conflits interposés en Syrie, en Irak et au Yémen

Le Premier ministre du Pakistan, Nawaz Sharif, à l'Assemblée générale des Nations unies à l'ONU à New York, le 30 septembre 2015 (Crédit : AFP/Jewel Samad)
Le Premier ministre du Pakistan, Nawaz Sharif, à l'Assemblée générale des Nations unies à l'ONU à New York, le 30 septembre 2015 (Crédit : AFP/Jewel Samad)

Le Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif a exprimé lundi sa « vive inquiétude » lors d’entretiens avec le roi d’Arabie Salmane ben Abdel Aziz sur la grave crise opposant l’Iran et le royaume saoudien, après l’exécution par Ryad d’un dignitaire religieux chiite.

« Le Premier ministre a exprimé sa vive inquiétude après la récente escalade des tensions entre Ryad et Téhéran », a indiqué le porte-parole des Affaires étrangères pakistanaises Qazi Khalilullah alors que Sharif mène une médiation pour apaiser la crise entre les deux pays.

Sharif a aussi « appelé a résoudre les différends par les moyens pacifiques et cela dans l’intérêt de la « oumma » (nation islamique) », a ajouté le communiqué pakistanais.

Selon l’agence officielle saoudienne SPA, le roi Salmane a « accueilli le Premier ministre (pakistanais) et la délégation qui l’accompagne dans son palais ». SPA ne donne aucune précision sur la teneur de l’entretien. Elle avait auparavant indiqué que les questions régionales et bilatérales allaient être abordées.

Grandes rivales, la monarchie saoudienne sunnite et la République islamique d’Iran chiite s’affrontent par conflits interposés en Syrie, en Irak et au Yémen.

Leur animosité a dégénéré début janvier en affrontement ouvert : Ryad a rompu ses relations diplomatiques avec Téhéran à la suite d’une attaque contre son ambassade par des Iraniens ulcérés de l’exécution par l’Arabie saoudite d’un dignitaire chiite saoudien.

Cette rupture de relations diplomatiques avec Téhéran a été suivie par Bahreïn, le Soudan, Djibouti et les Iles Comores, tandis que les Émirats arabes unis ont réduit leurs relations diplomatiques et le Koweït a rappelé son ambassadeur en Iran.

Après ses entretiens à Ryad, le chef du gouvernement pakistanais est attendu mardi en Iran pour des entretiens avec le président Hassan Rouhani.

Le Pakistan participe à la coalition de 34 pays majoritairement musulmans contre le terrorisme, créée par l’Arabie saoudite.

Ce pays asiatique compte une population majoritairement sunnite, mais également 20 % de musulmans chiites.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...