Israël en guerre - Jour 151

Rechercher
Les victimes du 7 octobre

Michal et Guy Admoni, 51 et 25 ans : mère et fils tués dans une étreinte

Assassinés au kibboutz Kfar Aza le 7 octobre

Guy et Michal Admoni (Crédit : Autorisation)
Guy et Michal Admoni (Crédit : Autorisation)

Michal Admoni, 51 ans, et son fils, le caporal Guy Admoni, 25 ans, officier de renseignement de Tsahal, ont été assassinés chez eux à Kfar Aza par des terroristes du Hamas le 7 octobre.

Ils laissent derrière eux leur mari et père, Doron, leurs beaux-enfants et demi-frères et sœurs, Lali et Ran, leur fille et sœur, Gali, ainsi que trois beaux-petits-enfants et nièces.

Ils ont été enterrés côte à côte à Tel Mond le 19 octobre. Le ministre de la Défense, Yoav Gallant, a accédé à la demande spéciale de Doron, qui souhaitait que Michal et Guy puissent être enterrés ensemble dans le carré militaire du cimetière.

Doron et Lali étaient à l’étranger au moment de l’attaque du groupe terroriste du Hamas, pour rendre visite à Ran, qui vit en Californie. Gali était à la maison pour le week-end, mais elle était partie voir son petit ami, laissant Michal et Guy à la maison.

Doron a déclaré à Ynet que « Guy et Michal ont été retrouvés ensemble dans la pièce sécurisée, enlacés. Je savais que c’est ainsi qu’ils les trouveraient. S’ils devaient mourir ensemble, ce serait dans les bras l’un de l’autre. Elle ne l’a pas abandonné de son vivant et il ne l’a pas abandonnée non plus, même dans la mort ».

Il a déclaré à 103FM que Michal avait à plusieurs reprises exprimé le souhait de quitter Kfar Aza en raison de la menace constante des roquettes, mais que Guy et lui avaient toujours affirmé que jamais ils ne partiraient.

Michal, qui était écrivaine, a subi une opération du dos ratée il y a 15 ans et est restée invalide depuis lors. Doron a déclaré à Ynet qu’en dépit de ses malheurs, « elle avait un grand sens de l’humour, elle était une mère tigre pour Guy et pour notre fille Gali, qui sert dans la marine israélienne. Michal a sauvé la vie de Gali – elle lui a prêté sa voiture pour qu’elle puisse rendre visite à son petit ami et c’est grâce à cela qu’elle n’était pas à la maison ».

Noa, la petite amie de Guy, a déclaré lors des funérailles que « l’armée et le pays ont toujours été la chose la plus importante au monde pour lui. Il était différent et pensait différemment de la plupart des gens, c’était un homme qui aimait son pays et voulait se battre pour lui. Je suis sûre qu’il a dû se sentir satisfait de mourir en défendant sa maison et sa mère. »

Gali a écrit sur Instagram que la vie de sa mère « n’a pas été facile, mais j’ai tellement appris de toi, j’ai absorbé tellement de force de toi, je te remercie de m’avoir donné ta force, Dieu devait savoir ce que j’aurais à affronter…. Maman, tu nous as appris à rêver, à rêver mais aussi à faire bouger les choses, et tel est le sens de la vie. Je continuerai à rêver pour toi et j’essaierai de réaliser tes rêves ».

Elle a écrit qu’elle avait toujours voulu être une jeune mère pour que ses enfants puissent connaître ses grands-parents, « mais toi, ils ne te connaîtront qu’à travers des photos et des histoires… ça me fait mal de penser qu’ils ne connaîtront pas ton humour et ton espièglerie, qu’ils ne sauront jamais à quel point tu étais chaleureuse et réconfortante… Je ne peux qu’espérer que je serai une mère encore plus proche de mes enfants de celle que tu as été pour moi. »

Écrivant au sujet de son frère Guy, Gali raconte : « Tu te faisais toujours du souci pour moi, tu me demandais constamment si j’allais bien, tu m’as toujours protégée comme un grand frère se doit de le faire. Tu étais tellement bon, le meilleur fils pour mes parents, le meilleur frère pour mes frères et sœurs, le meilleur oncle pour mes nièces que tu aimais tant, le meilleur petit ami pour Noa, le meilleur ami du monde et tout simplement quelqu’un de bien. J’ai eu le privilège d’avoir un frère comme lui ».

Elle a ajouté : « Guy, tu vas me manquer, mon cœur va se consumer à jamais, le vide que tu as laissé derrière toi est si énorme que je ne pourrai jamais le décrire avec des mots. Je ne sais toujours pas comment nous allons continuer à vivre sans toi et sans maman. Mais je sais que nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour t’immortaliser et nous souvenir de toi comme tu l’aurais voulu. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.