Miri Regev aggrave le choc culturel dans une interview
Rechercher

Miri Regev aggrave le choc culturel dans une interview

La ministre de la culture a qualifié les artistes d' 'ingrats' ajoutant qu'elle "n'avait pas envie de travailler pour eux"

Miri Regev (Crédit photo : Uri Lenz/Flash90)
Miri Regev (Crédit photo : Uri Lenz/Flash90)

La ministre de la Culture Miri Regev a continué jeudi à attiser le feu qui a fait rage ces derniers jours entre la communauté artistique d’Israël et elle-même, en qualifiant les artistes du pays de personnes « coincées du cul, hypocrites et ingrates » qui « pensent qu’elles savent tout. »

Des artistes de divers domaines ont accusé la nouvelle ministre de chercher à limiter la liberté d’expression par des mesures anti-démocratiques, et ont exprimé leur indignation devant son intention déclarée de ne plus financer des institutions et œuvres subversives qui, à son avis « délégitiment » Israël.

« Je savais que le monde culturel était ingrat, » a-t-elle dit-elle dans une interview enregistrée qui a été diffusée jeudi soir sur la Deuxième chaîne, avant une interview en profondeur qui paraîtra dans le magazine féminin At le mois prochain.

« Et je n’aime pas travailler pour les gens ingrats. Ils sont coincés du cul, hypocrites et ingrats, et je n’ai pas envie de travailler pour eux.  »

Regev a poursuivi en disant qu’elle « allait déplacer des montagnes » dans sa nouvelle fonction pour lutter contre la baisse du budget de la culture, mais qu’il lui était difficile de rassembler de l’enthousiasme à le faire en raison de la mauvaise volonté exprimée à son égard par de nombreuses personnalités de premier plan de la communauté artistique.

Elle a dit qu’elle aurait préféré recevoir le portefeuille des Affaires sociales dans le nouveau gouvernement puisque « les gens là-bas savent être reconnaissants …’Merci Miri chérie, merci’ « , même si vous n’êtes pas toujours couronnée de succès, mais il y a une reconnaissance pour le bien (que vous faites). »

La ministre a déclaré que son nouveau poste lui apprendra à travailler pour des gens « qui ne [l]’aiment pas. »

Regev a dit que son intention de fixer des limites pour l’art qu’elle juge légitime aiderait les deux parties.

« Le fait que j’indique ma position à l’avance profite aux artistes qui sont en train d’écrire des scripts et des pièces de théâtre, afin qu’ils sachent à l’avance ceux qui vont recevoir des finacements et ceux qui ne vont pas en recevoir. »

Elle a ajouté qu’elle avait dit au chef du syndicat des acteurs que, dans un mois, il « saurait exactement ce qu’il peut ou ne peut pas (écrire). »

Regev a plus tard réagi à l’interview diffusée, écrivant dans un post Facebook que ses remarques critiques ne visaient que les artistes du genre d’Oded Kotler et de Yair Garbuz – qui avaient émis des critiques controversées sur Regev et sur les électeurs de droite en général.

בהמשך לדברים שפורסמו בחדשות ערוץ 2 חשוב לי להבהיר כי את דברי כיוונתי לאותם אומנים כדוגמאת קוטלר, גרבוז ואחרים, המכנים חל…

Posted by ‎Miri Regev מירי רגב‎ on Thursday, 18 June 2015

La semaine dernière Regev avait admonesté les dirigeants de la communauté artistique pour leur critique de sa politique, en leur disant lors d’une réunion que «Nous avons obtenu 30 sièges à la Knesset. Vous en avez un total de 20 », en référence à la victoire du Likud aux élections de mars.

Lorsqu’on lui a demandé de préciser ce qu’elle entendait par « vous », Regev a répondu, « Nous savons que la gauche s’attribue la culture à elle-même, on n’a pas besoin d’être confus au sujet de qui est le public, et qui (le public) a choisi. »

Dimanche soir, lors d’une réunion d’urgence culturelle à Jaffa, l’acteur Kotler s’était concentré sur les « mesures anti-démocratiques » prises récemment par Regev et ministre de l’Éducation Naftali Bennett.

« Imaginez que votre monde est calme – sans livres, sans musique, sans poèmes, un monde où personne ne vous dérange et n’empêche la nation de célébrer les 30 sièges (à la Knesset) qui sont suivis par un troupeau de bétail ruminant de la paille », a dit Kotler devant l’assemblée d’artistes.

Le discours de Kotler a attiré la condamnation de plusieurs hommes politiques, en plus de personnalités dans la communauté artistique. Il a affirmé plus tard qu’il avait parlé de l’état de la société dans son ensemble si la politique de Regev devait être appliquée, et non des partisans de la droite.

Au cours de la dernière semaine, Regev a pris plusieurs mesures controversées contre ce qu’elle estime être des productions « antipatriotiques », s’attirant les foudres de nombreux artistes et hommes politiques, dans ce que les médias israeliens ont appelé « une guerre culturelle ».

Le mardi, Regev avait gelé le financement de l’Etat pour le théâtre al-Midan en langue arabe de Haïfa, en raison d’une controverse sur sa production d’une pièce, Un temps parallèle , basé sur la vie de l’assassin d’un soldat israélien.

Le même jour, le Festival International du Film de Jérusalem a décidé de ne pas projeter publiquement Beyond the Fear [ Au delà de la peur], un film basé sur la vie d’Yigal Amir, l’assassin de l’ancien Premier ministre Yitzhak Rabin, après que Regev ait menacé de retirer son financement.

Regev a inclus dans son message sur Facebook un sondage de la Deuxième chaîne qui indiquait que 63 % de la population appuyait sa décision concernant le documentaire sur Yigal Amir, et que 40 % la soutenait dans son affrontement avec les artistes israéliens.

« Il ne fait aucun doute que ces statistiques réchauffent mon cœur, en particulier après une semaine difficile au cours de laquelle j’ai dû prendre des décisions difficiles qui se rapportent à des questions complexes et aux veines apparentes de la société israélienne, » a-t-elle écrit.

Devant assister vendredi à la cérémonie de remises des prix du théâtre israélien, Regev devrait y rencontrer des manifestants qui protesteront sa décision de couper le financement d’al-Midan.

Sous le titre « Silence sous le commandement de la ministre, » les producteurs de théâtre prévoient de se couvrir la bouche avec des bandages et de porter des pancartes vierges, selon Haaretz.

Les organisateurs de la manifestation ont dit qu’ils ne tenteraient pas d’empêcher la ministre d’assister à la cérémonie, où elle doit présenter un des prix.

Jonathan Beck and Times of Israel Staff ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...