Moins de 100 cas graves de la COVID-19, du jamais vu depuis juillet
Rechercher

Moins de 100 cas graves de la COVID-19, du jamais vu depuis juillet

Cette annonce est faite alors qu'il est dorénavant interdit aux Israéliens d'aller notamment en Inde, au Mexique, en Afrique du sud, au Brésil ou en Turquie à cause des variants

Un malade de la COVID-19 reçoit la visite de sa famille à l'hôpital Ein Kerem à Jérusalem, le 1er février 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Un malade de la COVID-19 reçoit la visite de sa famille à l'hôpital Ein Kerem à Jérusalem, le 1er février 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Le nombre de malades ayant développé une forme grave de la COVID-19 est passé à moins de cent dans la journée de lundi – c’est le niveau le plus bas depuis le mois de juillet dernier – alors que la campagne de vaccination israélienne, unique au monde, continue à montrer ses résultats.

Selon les données du ministère de la Santé, 93 personnes se trouvaient dans un état grave, mardi matin. 58 personnes étaient encore placées sous respirateur.

61 nouveaux cas de coronavirus ont été diagnostiqués dans le pays, lundi, et 22 cas supplémentaires depuis mardi à zéro heures, ce qui amène le nombre total d’Israéliens ayant attrapé la COVID-19 depuis l’apparition de l’épidémie au sein de l’État juif à 838 664. Il y a actuellement 1 259 cas actifs sur le territoire.

Selon le ministère, 37 903 tests de dépistage ont été réalisés lundi, et 0,2% sont revenus positifs.

6 369 personnes ont succombé à une forme grave du coronavirus depuis le début de la pandémie en Israël.

Des agents de l’organisation de services de santé Clalit prélèvent des échantillons auprès d’Israéliens pour vérifier s’ils ont été infectés par le coronavirus dans un centre de test, à Modiin Illit, le 7 septembre 2020. (Crédit : Yossi Aloni/FLASH90)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...