Rechercher

Moscou dénonce les relents « hitlériens » du discours européen contre la Russie

"Ils ne cachent pas leurs objectifs : détruire, casser, anéantir, étouffer l'économie et la Russie dans son ensemble", a déclaré le ministre Sergueï Lavrov

Le ministre des Affaires étrangères russe  Sergey Lavrov pendant une conférence de presse durant la 76è session de l'Assemblée générale des Nations unies, le 25 septembre 2021. (Crédit : AP Photo/Mary Altaffer)
Le ministre des Affaires étrangères russe Sergey Lavrov pendant une conférence de presse durant la 76è session de l'Assemblée générale des Nations unies, le 25 septembre 2021. (Crédit : AP Photo/Mary Altaffer)

Le chef de la diplomatie russe a estimé vendredi que les dirigeants européens tenaient un discours aux relents « hitlériens » contre la Russie, visée par de lourdes sanctions en raison de son offensive en Ukraine.

« On nous a déclaré une véritable guerre hybride totale. Ce terme (de guerre totale, ndlr) qu’utilisait l’Allemagne hitlérienne est désormais prononcé par beaucoup de politiciens européens lorsqu’ils expliquent ce qu’ils veulent faire de la Russie », a dit Sergueï Lavrov, lors d’une réunion avec des représentants d’une fondation diplomatique russe.

« Ils ne cachent pas leurs objectifs : détruire, casser, anéantir, étouffer l’économie et la Russie dans son ensemble », a ajouté le ministre des Affaires étrangères.

La Russie, depuis qu’elle a fait entrer des dizaines de milliers de soldats en Ukraine, est visée par des sanctions occidentales d’une ampleur sans précédent qui ont déjà affecté entre autres le système financier, la chaîne logistique, la monnaie et l’inflation.

Moscou considère elle être en lutte en Ukraine contre des « néo-nazis ».

Le rôle central de l’URSS pour vaincre l’Allemagne d’Hitler en 1945 est au cœur de l’identité nationale russe et du discours patriotique de Vladimir Poutine.

Le président russe avait déjà utilisé des termes rappelant les nazis en parlant des Occidentaux, dénonçant leur « blitzkrieg » économique ou encore comparé leurs sanctions à des « pogroms antisémites ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...