Rechercher

Moshe Ivgy, condamné pour attentat à la pudeur, obtient une libération anticipée

La Commission des libérations conditionnelles estime qu'il y a peu de chances que l'acteur, condamné pour avoir harcelé sexuellement quatre femmes, récidive

L'acteur israélien Moshe Ivgy arrive au tribunal de Haïfa qui doit rendre son verdict, le 9 janvier 2020 (Crédit : Flash90)
L'acteur israélien Moshe Ivgy arrive au tribunal de Haïfa qui doit rendre son verdict, le 9 janvier 2020 (Crédit : Flash90)

La Commission des libérations conditionnelles a décidé lundi d’écourter la peine infligée au célèbre acteur Moshe Ivgy pour attentat à la pudeur et harcèlement sexuel à l’encontre de quatre femmes.

Les procureurs devraient faire appel à cette décision.

Ivgy purgeait une peine de 11 mois de prison à la prison de Hermon, dans le nord d’Israël. La date de sa libération anticipée pourrait être fixée au 14 mars.

La Commission des libérations conditionnelles a déclaré que, bien que les crimes d’Ivgy soient « affreux », les risques qu’il constitue un danger pour la société ou qu’il récidive ont diminué depuis son incarcération. Les procureurs avaient déclaré dans le passé que les agressions multiples d’Ivgy étaient la preuve d’un modèle de comportement.

La commission a déclaré qu’il devrait suivre une rééducation à sa libération, en plus du traitement qu’il a reçu pendant son incarcération.

Hagit Peer, directrice de l’organisation de défense des droits des femmes Naamat, a déclaré que la libération anticipée d’Ivgy était la dernière d’une série de décisions visant à accorder une libération anticipée à des délinquants sexuels très connus.

« La Commission des libérations conditionnelles continue à accorder des mesures favorables aux délinquants sexuels », a-t-elle déclaré à la chaîne publique Kan. « Quel message voulez-vous envoyer à ces femmes courageuses qui ont le courage de venir porter plainte, et qui voient maintenant comment le système a pitié de ces prédateurs sexuels ? »

Manifestation contre la libération de l’acteur israélien Moshe Ivgy devant le bureau du procureur de Haïfa, le 24 février 2022 (Crédit : Shir Torem/Flash90)

Ivgy a été condamné l’année dernière par le tribunal de première instance de Haïfa, après que le tribunal a annulé un précédent verdict le condamnant à seulement six mois de travaux d’intérêt général. Il a été reconnu coupable de cinq chefs d’accusation d’actes indécents et de harcèlement sexuel.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...