Israël en guerre - Jour 254

Rechercher

Les réseaux sociaux et la liberté d’expression auraient empêché la Shoah, dit Musk à Auschwitz

Lors de sa première visite dans un camp de la mort nazi, le propriétaire de X rejette les allégations selon lesquelles son attitude laxiste favorise l'antisémitisme

Elon Musk, PDG de X, Tesla et SpaceX, avec son fils, accompagnés du rabbin Menachem Margolin, président de l'EJA, du survivant de la Shaoh Gidon Lev, et du commentateur politique conservateur, écrivain et avocat Ben Shapiro, au mémorial et musée d'Auschwitz-Birkenau, ancien camp de concentration et d'extermination nazi allemand, le 22 janvier 2024. (Crédit : Yoav Dudkevitch/Association juive européenne/AFP)
Elon Musk, PDG de X, Tesla et SpaceX, avec son fils, accompagnés du rabbin Menachem Margolin, président de l'EJA, du survivant de la Shaoh Gidon Lev, et du commentateur politique conservateur, écrivain et avocat Ben Shapiro, au mémorial et musée d'Auschwitz-Birkenau, ancien camp de concentration et d'extermination nazi allemand, le 22 janvier 2024. (Crédit : Yoav Dudkevitch/Association juive européenne/AFP)

Le milliardaire américain Elon Musk a effectué lundi une visite « incroyablement émouvante » du site du camp d’extermination nazi d’Auschwitz-Birkenau, quelques semaines après avoir déclenché une tempête en relayant des propos relevant de la sphère complotiste et antisémite.

L’Association juive européenne (EJA) a indiqué que M. Musk avait déposé une gerbe et participé à un service commémoratif lors d’une visite privée de l’ancien camp de la mort nazi aux côtés du président de l’EJA, le rabbin Menachem Margolin. Des photos ont montré M. Musk visitant les lieux, avec son fils de 3 ans sur les épaules.

« C’était incroyablement émouvant, profondément triste et tragique que des êtres humains puissent faire cela à d’autres êtres humains… Cela vous touche encore plus au cœur lorsque vous le voyez en personne », a déclaré le milliardaire lors d’une conférence organisée par l’EJA dans la ville voisine de Cracovie, dans le sud de la Pologne.

Il était notamment accompagné du rabbin Margolin, de l’éditorialiste juif américain Ben Shapiro et du survivant de la Shoah Gidon Lev.

Il a affirmé que la liberté d’expression aurait empêché les meurtres qui ont été perpétrés pendant la Shoah. « S’il y avait eu les réseaux sociaux, je pense qu’il aurait été impossible de se cacher », a-t-il déclaré. « S’il y avait aussi eu la liberté d’expression. »

Musk a également déclaré qu’il était « profondément triste et tragique [que] des humains puissent faire cela à d’autres humains ».

Elon Musk, portant son fils X Æ A-Xii sur ses épaules, s’entretient avec le rabbin Menachem Margolin au musée d’Auschwitz-Birkenau en Pologne, le 22 janvier 2023. (Crédit : Yoav Dudkevitch)

Margolin, le directeur de l’Association juive européenne, qui a invité Musk à Auschwitz pour son événement annuel de commémoration de la Shoah, est revenu sur ce point lors de son introduction à la table ronde « pour discuter et trouver des solutions à la hausse astronomique de l’antisémitisme en Europe », a indiqué l’EJA, selon qui cette « tendance inquiétante » s’est intensifiée depuis le début de la guerre à Gaza.

« Je me souviens que vous aviez dit que l’IA [intelligence artificielle] représentait potentiellement le risque le plus urgent pour les humains », a déclaré Margolin à Musk. « Je dois vous dire qu’il existe un danger clair et actuel d’une autre IA : l’incitation à l’antisémitisme. C’est pourquoi je voulais vraiment que vous soyez ici avec nous. Parce que cette IA a fini par alimenter les fours d’Auschwitz. »

« Les médias traditionnels sont nos concurrents directs. Ils vont essayer d’examiner tous les angles pour ‘cancel’ X », a déclaré Musk lorsque Shapiro lui a demandé pourquoi X a fait l’objet d’un examen minutieux. « Regardez les incitations », a répondu Musk à Shapiro, qui a défendu Musk sur sa plateforme The Daily Wire contre les allégations selon lesquelles X encourage l’antisémitisme.

« Je ne pense pas qu’un petit nombre d’individus doive exercer une fonction de contrôle », a également déclaré Musk lors de la discussion..

Elon Musk, PDG de X, Tesla et SpaceX, reçoit du président de l’Association juive européenne, le rabbin Menachem Margolin, une sculpture réalisée à partir d’une roquette pour marquer la visite de Musk au mémorial et au musée d’Auschwitz-Birkenau, à Cracovie, le 22 janvier 2024. (Crédit : Bartosz SIEDLIK / AFP)

Plusieurs personnalités ont pris la parole, dont l’ancien président d’Israël Reuven Rivlin, l’ancien chancelier d’Autriche Sebastian Kurtz, l’ancien Premier ministre de France Manuel Valls et Matteo Renzi, sénateur italien et ancien Premier ministre de ce pays. Les orateurs ont réitéré leur opposition à l’antisémitisme et leur soutien à Israël et aux communautés juives européennes.

Valls a fait partie des orateurs qui ont condamné les poursuites engagées par l’Afrique du Sud contre Israël devant la Cour internationale de justice de La Haye. Ce pays « utilise des termes comme génocide à des fins anti-israéliennes », a déclaré Valls.

Musk a déclaré qu’il avait été « naïf » en matière d’antisémitisme.

« Dans les cercles dans lesquels j’évolue, je ne vois presque aucun antisémitisme », a-t-il déclaré. « Les deux tiers de mes amis sont Juifs. Je suis Juif par association, par aspiration. Je n’en entends jamais parler lors des dîners ; c’est une absurdité dans mes cercles d’amis. Mais en regardant les rassemblements pro-Hamas qui ont eu lieu dans presque toutes les villes d’Occident, cela m’a choqué. »

« Toutes les émeutes qui ont eu lieu dans les grandes villes et sur les campus universitaires ont été, je pense, un signal d’alarme choquant pour toute sorte de civilisation ou de personne à l’esprit civique. C’est vraiment un choc », a déclaré Musk.

Abordant les solutions possibles au conflit israélo-palestinien, l’entrepreneur a déclaré que « l’endoctrinement à la haine chez les enfants de Gaza [devait] cesser ».

Le milliardaire américain Elon Musk, à gauche, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au centre, en visite à Kfar Aza, le 27 novembre 2023. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

En novembre, la Maison Blanche avait accusé M. Musk d’avoir fait une « promotion abjecte de la haine antisémite et raciste » lorsqu’il a qualifié sur X « d’exacte vérité » une publication affirmant que les personnes juives encourageaient la « haine contre les Blancs ». La déclaration de M. Musk avait provoqué une avalanche de départs de X de grands annonceurs.

Le milliardaire s’est ensuite excusé pour ce qu’il a qualifié comme étant « le pire et le plus stupide des posts que j’aie jamais faits ». Selon lui, sa remarque avait été mal interprétée et il a cherché à la clarifier dans des messages ultérieurs.

« Absurde d’être accusé »

Après la controverse, le fondateur de SpaceX s’est rendu en Israël, tout en déclarant que ce voyage avait été planifié plus tôt et qu’il ne s’agissait pas d’une « tournée d’excuses ». Le président israélien Isaac Herzog lui a alors signifié qu’il avait « un rôle énorme à jouer » dans la lutte contre l’antisémitisme.

Le propriétaire de Tesla et SpaceX est accusé d’avoir laissé proliférer les discours haineux sur X, depuis qu’il a racheté cette plateforme pour 44 milliards de dollars en octobre 2022.

« Les audits externes que nous avons réalisés montrent qu’il y a moins d’antisémitisme sur X que sur tous les autres réseaux sociaux », a affirmé M. Musk lors de la table ronde à Cracovie.

Lors d’une discussion en direct diffusée sur X en septembre, le président de l’EJA, le rabbin Menachem Margolin, avait invité M. Musk à visiter le site d’Auschwitz.

M. Musk avait convenu que cela pourrait être « utile » en tant « qu’exemple pour les autres ». Au cours de la discussion, M. Musk avait expliqué qu’il aspirait à être Juif et a déclaré avoir fréquenté une école maternelle hébraïque.

« Il est absurde d’être accusé de quelque chose alors que toutes les preuves vont dans l’autre sens et que l’histoire de ma vie est en fait pro-sémite », avait-il ajouté à l’époque.

M. Musk a menacé de porter plainte contre l’Anti-Defamation League, une association de lutte contre l’antisémitisme qui dénonce une hausse notable de la désinformation et des insultes homophobes et racistes sur X, depuis que les règles de modération y ont changé avec l’arrivée d’Elon Musk. Et X poursuit en justice Media Matters, accusant l’organisation à but non lucratif de faire fuir des annonceurs publicitaires en affirmant que la plateforme est saturée de contenus antisémites.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.