Netanyahu aux résidents d’Amona : nous partageons votre « grande peine »
Rechercher

Netanyahu aux résidents d’Amona : nous partageons votre « grande peine »

Herzog compare les manifestants d’Amona aux personnes qui ont lancé une bombe incendiaire dans une maison palestinienne à Duma

Un Israélien vivant en Cisjordanie lors de l'évacuation de l'avant-poste illégal d'Amona, au deuxième jour de l'opération d'évacuation, le 2 février 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Un Israélien vivant en Cisjordanie lors de l'évacuation de l'avant-poste illégal d'Amona, au deuxième jour de l'opération d'évacuation, le 2 février 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré jeudi aux résidents des implantations évacués de l’avant-poste illégal d’Amona que l’évacuation était inévitable mais que le pays tout entier a partagé leur « grande peine ».

Pendant ce temps, le leader de l’opposition, Isaac Herzog, a comparé ceux qui ont violemment manifesté contre l’évacuation aux extrémistes juifs qui ont jeté une bombe incendiaire dans une maison palestinienne en 2015, tuant trois personnes, dont un bébé.

Netanyahu a renouvelé sa promesse de construire une nouvelle implantation et de renforcer celles qui existent à la suite de l’évacuation forcée d’Amona, décidée par la Haute Cour de justice en 2014, qui a considéré que l’implantation avait été construite sur des terrains privés palestiniens.

« Nous savons que ce sont des jours difficiles », a déclaré Netanyahu lors d’une visite à l’implantation d’Ariel en Cisjordanie.

« Nous avons fait tous les efforts possibles pour éviter d’en arriver là, mais finalement, nous respectons les exigences de la loi parce que nous sommes une nation respectueuse de la loi. Toi et moi, nous partageons la grande peine des familles qui ont été forcées de quitter leur foyer, qui ont dû abandonner le travail de toute une vie ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprimant lors d'une cérémonie à la mémoire du maire d'Ariel, Ron Nachman, dans l'implantation israélienne d'Ariel. 2 février 2017 (Crédit : Amos Ben Gershom / GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’exprimant lors d’une cérémonie à la mémoire du maire d’Ariel, Ron Nachman, dans l’implantation israélienne d’Ariel. 2 février 2017 (Crédit : Amos Ben Gershom / GPO)

Le Premier ministre a réitéré son engagement à construire la première implantation depuis des décennies.

« Nous comprenons tous votre grande douleur et nous allons donc mettre en place une nouvelle implantation sur les terres de l’Etat », a déclaré Netanyahu.

Mercredi, le Premier ministre a déclaré qu’il avait demandé à une équipe de se pencher sur les endroits possibles pour la construction d’une nouvelle implantation. L’équipe se compose de son chef de cabinet, des représentants du mouvement des implantations et du conseiller du ministre de la Défense, Avigdor Liberman, pour les questions relatives aux implantations.

Netanyahu, il y a un mois et demi, avait promis aux résidents de l’avant-poste une nouvelle communauté si les efforts pour sauver Amona venaient à échouer.

Netanyahu a également appelé les manifestants à Amona à ne pas résister et à respecter les forces de l’ordre.

« C’est aussi difficile pour eux et nous devons nous rappeler qu’ils nous protègent tous », a-t-il rappelé.

Plus tard jeudi, les forces de sécurité ont terminé l’évacuation de l’avant-poste. Des dizaines de jeunes s’étaient barricadés dans la synagogue. La confrontation finale s’est transformée en de violents affrontements alors que la police entrait de force dans la synagogue. 17 officiers ont été légèrement blessés.

Les forces de police israéliennes évacuant les personnes de la synagogue de l'avant-poste illégal d'Amona, le deuxième jour de l'opération d'évacuation le 2 février 2017 (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)
Les forces de police israéliennes évacuant les personnes de la synagogue de l’avant-poste illégal d’Amona, le deuxième jour de l’opération d’évacuation le 2 février 2017 (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...