Israël en guerre - Jour 233

Rechercher

Netanyahu compare les manifestations pour les otages aux manifs anti-Israël sur les campus

Le Premier ministre affirme que les manifestations réclamant un accord sur les otages à tout prix ne reflètent pas la "grande majorité" de l'opinion publique, pas plus que les "ochlocraties" dans les facs

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu interviewé dans l'émission en Prime-Time du Dr. Phil sur le média Merit Street, depuis Jérusalem, le 9 mai 2024. (Crédit : Capture d'écran/YouTube)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu interviewé dans l'émission en Prime-Time du Dr. Phil sur le média Merit Street, depuis Jérusalem, le 9 mai 2024. (Crédit : Capture d'écran/YouTube)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a comparé mercredi les manifestations organisées en Israël pour réclamer un accord sur la libération des otages détenus dans la bande de Gaza aux manifestations anti-israéliennes et propalestiniennes qui secouent les campus universitaires américains ces derniers mois.

Ni l’un ni l’autre n’ont le soutien du grand public, a affirmé le Premier ministre.

Netanyahu s’est exprimé sur la chaîne CNBC de la guerre en cours contre le groupe terroriste palestinien Hamas dans la bande de Gaza, qui a commencé lorsque le Hamas a mené une attaque dévastatrice contre Israël au cours de laquelle les terroristes ont tué quelque 1 200 personnes et en ont enlevé 252. Israël a fait de la libération des otages de Gaza l’un des principaux objectifs de sa campagne militaire.

Interrogé sur le fait de savoir s’il pensait toujours avoir le soutien de la population israélienne alors que des manifestations de masse appellent à un accord avec le Hamas pour libérer les otages, Netanyahu a déclaré que les rassemblements hebdomadaires ne reflétaient pas le « vaste soutien » dont bénéficie son gouvernement de la part des citoyens.

« Tout le monde se concentre sur ces manifestations, qui sont financées, organisées, etc., mais elles ne reflètent pas la majorité du peuple, pas plus que les ochlocraties dans les campus américains, ces manifestants, ces foules, reflètent-ils pas la majorité du peuple américain ?

« La majorité des gens ici soutiennent une victoire », a affirmé Netanyahu, qui a répété qu’Israël « ne peut pas accepter » un accord qui laisserait le Hamas au pouvoir dans la bande de Gaza.

Israël et le Hamas mènent depuis des mois des négociations indirectes en vue de parvenir à un accord qui permettrait de libérer les otages et de mettre temporairement fin aux combats qui font rage à Gaza depuis l’assaut lancé le 7 octobre par le groupe terroriste contre le sud d’Israël.

Israël a répondu par une campagne militaire visant à détruire le Hamas, à renverser son régime et à libérer les otages, dont 128 sont toujours en captivité, et au moins 36 d’entre eux ne sont plus en vie.

Les pourparlers se poursuivent depuis des mois sans avancée décisive. Israël a déclaré qu’il était déterminé à éliminer le Hamas, tandis que le Hamas affirme qu’il veut un cessez-le-feu permanent et un retrait total d’Israël de la bande de Gaza. L’administration Biden a déclaré que l’échec des négociations était imputable au Hamas.

Ces dernières semaines, des campements propalestiniens et anti-israéliens se sont implantés dans les universités américaines, où ils ont perturbé les activités scolaires dans un contexte où, selon certains étudiants juifs, un antisémitisme explicite génère un sentiment en danger. Dans de nombreux cas, des affrontements violents ont eu lieu avec la police après que les manifestants ont refusé de se disperser et que les autorités universitaires ont fait appel à des policiers pour dégager les campements. Environ 2 000 arrestations ont eu lieu.

L’échec des négociations sur les otages a galvanisé de nombreux proches de captifs, dont certains se sont joints aux manifestants antigouvernementaux pour accuser le gouvernement de saboter les chances d’un accord afin de poursuivre l’invasion de Rafah, qui est considéré comme le dernier grand bastion du Hamas, mais qui abrite également plus d’un million d’habitants de Gaza qui ont fui les combats dans d’autres parties de la bande de Gaza.

Des Israéliens participent à un rassemblement appelant à la libération des Israéliens retenus en otage par les terroristes du Hamas à Gaza, sur la place des Otages à Tel Aviv, à la veille du 76e anniversaire de l’indépendance d’Israël, le 13 mai 2024. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Les rassemblements hebdomadaires du samedi soir, concentrés à Tel Aviv, attirent des dizaines de milliers de participants. Bien que les manifestants aient insisté pour qu’un accord soit conclu, même avec des conditions qui permettraient à Israël de libérer des centaines, voire des milliers de prisonniers de sécurité palestiniens, ils n’ont pas suggéré une formule consistant à accepter toutes les demandes du Hamas, quoi qu’il en coûte, en échange de la libération des otages.

Le Forum des familles d’otages et des disparus, principal groupe représentant les familles des personnes enlevées, a déclaré la semaine dernière qu’il avait lancé un appel à plusieurs pays pour qu’ils fassent pression sur Israël en vue d’un accord.

Le ministère de la santé de Gaza, contrôlé par le Hamas, affirme que plus de 35 000 personnes dans la bande de Gaza ont été tuées dans les combats jusqu’à présent, un bilan qui ne peut être vérifié de manière indépendante. Ce chiffre inclut également les quelque 15 000 terroristes qu’Israël affirme avoir tués au combat. Israël affirme également avoir tué un millier de terroristes à l’intérieur du pays le 7 octobre.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.