Israël en guerre - Jour 232

Rechercher

Netanyahu fustige « l’insubordination » des réservistes

Dans sa première apparition publique depuis son hospitalisation, lors de la réunion hebdomadaire du cabinet, le Premier ministre a dit être dans une forme "excellente"

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d'une réunion du cabinet au bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 17 juillet 2023. (Crédit : AP Photo/Ohad Zwigenberg, Pool)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d'une réunion du cabinet au bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 17 juillet 2023. (Crédit : AP Photo/Ohad Zwigenberg, Pool)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a fait lundi sa première apparition publique depuis son hospitalisation, ce week-end. Il s’en est pris aux réservistes de Tsahal qui renforcent leur prise d’opposition au plan de refonte du système judiciaire israélien dans le pays.

Netanyahu s’est exprimé au début de la réunion du cabinet, qui avait été reportée de vingt-quatre heures après que les médecins ont décidé, samedi soir, de garder le Premier ministre en observation pendant toute la nuit. Le chef du gouvernement, qui ne montrait aucun signe extérieur pouvant laisser penser à des problèmes de santé, a quitté l’hôpital dimanche après une série d’examens. Alors que les médecins lui ont placé un dispositif de monitoring cardiaque sous-cutané, l’hôpital a pris soin de souligner que l’activité de son cœur était « complètement normale ».

Netanyahu a déclaré à ses ministres qu’il était dans une forme « excellente » et il a remercié ceux qui lui ont envoyé leurs vœux de prompt rétablissement, sans donner davantage de détail.

Son hospitalisation – le Bureau du Premier ministre et l’hôpital Sheba ont déclaré qu’il avait souffert, in fine, de déshydratation – a eu lieu alors qu’un nombre croissant de réservistes ont fait savoir qu’ils ne se présenteraient plus pour leur service en signe de mécontentement face à l’avancée du plan de refonte radicale du système de la justice en Israël.

« Les incitations à l’insubordination et l’insubordination elle-même sont contraires à la démocratie et à la loi », a dit Netanyahu.

« C’est vrai dans n’importe quelle démocratie mais dans notre démocratie, les incitations à l’insubordination et l’insubordination elle-même mettent directement en péril la sécurité de tous les citoyens israéliens », a-t-il continué. « Elles contribuent à éroder la dissuasion contre nos ennemis… et elles sapent la discipline au sein de Tsahal ».

« Il ne peut pas y avoir un groupe qui, au sein de l’armée, menace le gouvernement élu en disant que si le gouvernement ne fait pas ce qu’il désire, alors il prendra en otage la sécurité israélienne », a-t-il ajouté.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au centre, arrive à une rencontre du cabinet à son bureau de Jérusalem, le 17 juillet 2023. (Crédit : AP Photo/Ohad Zwigenberg, Pool)

Netanyahu a estimé qu’aucun gouvernement « ne peut accepter une telle exigence et c’est une destruction de la démocratie ».

« Le gouvernement n’acceptera pas l’insubordination et il prendra des mesures », a-t-il affirmé.

Il a aussi reconnu que les protestataires s’inquiétaient « pour l’avenir du pays » mais il a insisté sur le fait qu’Israël « est et a toujours été une démocratie », rejetant les critiques qui déclarent que le plan de refonte du système de la justice israélien portera atteinte à la nature libérale du pays et sapera l’équilibre des pouvoirs.

Ripostant au Premier ministre, le groupe de protestation Frères d’armes a juré de continuer à s’opposer au projet de refonte qui viendrait bouleverser le système judiciaire israélien, recommandant vivement au ministre de la Défense, Yoav Gallant, de stopper son avancée.

« Le Premier ministre commence à intérioriser l’ampleur de la situation, une situation dans laquelle des milliers de réservistes ne le laisseront pas transformer l’État juif en dictature et ne le laisseront pas éliminer l’armée du peuple », a indiqué le communiqué.

Faisant appel à Gallant, les soldats des réserves ont appelé le ministre de la Défense à « stopper la destruction du Troisième Temple », faisant référence à l’État moderne d’Israël.

« Nous avons juré de servir le royaume, nous n’avons pas juré de servir le roi », ont-ils poursuivi.

Les propos tenus par Netanyahu sont arrivés dans le sillage d’une réunion présumée entre Gallant, le chef d’état-major de l’armée israélienne, Herzi Halevi, et d’autres hauts-responsables militaires qui auraient évoqué les conséquences possibles du refus des réservistes de servir – en particulier en ce qui concerne les pilotes.

Selon des informations qui ont fuité et qui ont été reprises par les médias israéliens, Gallant et Halevi réfléchiraient à parler à Netanyahu dans les prochains jours pour lui faire part de leurs préoccupations face à l’impact potentiellement négatif de ce refus sur les opérations militaires.

De nombreux réservistes – qui font partie intégrante des activités de routine de Tsahal, notamment au sein des meilleures unités – avertissent depuis plusieurs mois qu’ils n’accepteront pas de se mettre au service d’un Israël qui deviendrait « non-démocratique », selon eux, si le plan de refonte du système judiciaire gouvernemental devait être mené à bien.

Les appels au refus de servir, dans le cadre du devoir de réserve, s’étaient déjà multipliés au début de l’année lorsque le projet de refonte radical du système de la justice avait été annoncé et lorsqu’il avait commencé à avancer devant le Parlement. Condamnés à la fois par les personnalités politiques de premier plan de la coalition et de l’opposition, ces appels ont néanmoins continué à croître.

Les réservistes manifestent contre le plan de refonte du système judiciaire gouvernemental aux abords de l’habitation du ministre de la Défense Yoav Gallant au Moshav Amikam, le 8 juillet 2023. (Crédit : Shir Torem/Flash90)

Cette menace du refus de servir s’est encore renforcée, ces dernières semaines, lorsque le gouvernement a recommencé à faire avancer des législations entrant dans le cadre du plan. Le projet avait été mis largement en pause, au mois de mars dernier, suite aux pressions exercées sur Gallant par les réservistes.

Gallant avait averti, à la fin du mois de mars, que la fracture entraînée par le plan de refonte judiciaire dans le pays entraînait des divisions au sein de l’armée, des clivages qui représentaient une menace tangible pour la sécurité du pays. En réponse à cette mise en garde publique, Netanyahu avait ordonné le limogeage de son ministre de la Défense – une initiative qui avait entraîné un mouvement de protestation intense. Face à l’ampleur de l’indignation nationale, Netanyahu avait décidé de suspendre le plan de refonte du système judiciaire pendant trois mois et il avait réintégré Gallant.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.