Netanyahu : l’AP ne veut pas d’un Etat juif
Rechercher

Netanyahu : l’AP ne veut pas d’un Etat juif

Lors de la célébration pour le Nouvel An organisé pour la presse étrangère, le Premier ministre est revenu sur la Suède, l'AP, l'UE et l'ONU

Benjamin Netanyahu lors d'une conférence de presse avec son homologue grec Alexis Tsipras (non visible) à Jérusalem, le 25 novembre 2015 (Crédit photo: Yonatan Sindel / Flash90)
Benjamin Netanyahu lors d'une conférence de presse avec son homologue grec Alexis Tsipras (non visible) à Jérusalem, le 25 novembre 2015 (Crédit photo: Yonatan Sindel / Flash90)

Interrogé sur l’effet éventuel qu’aura le changement de locataire à la Maison Blanche en 2017 sur l’effort de paix, très mal en point, avec les Palestiniens, M. Netanyahu a répondu que « la grande question n’est pas de savoir ce qui se passera là-bas, mais ce qui se passera ici ».

« Y aura-t-il un changement de la part de l’Autorité palestinienne ? », a-t-il demandé. « Une décision résolue a été prise par l’Autorité palestinienne de ne pas négocier », a-t-il dit, « nous devons nous asseoir et négocier une paix sincère ».

Netanyahu a visé l’Autorité palestinienne, en disant que les Palestiniens n’étaient pas prêts à accepter un État juif.

« Les Palestiniens ont rejeté l’Etat juif à travers toute l’histoire. Les Juifs ont accepté la séparation, ils l’ont rejetée », a déclaré le Premier ministre.

« Ils ont daigné négocier avec moi pendant six heures en sept ans… Ils refusent de négocier alors qu’ils prétendent que c’est ce qu’ils veulent. Le cœur du conflit est le rejet de l’Etat-nation du peuple juif à l’intérieur de n’importe quelles frontières ».

Il a également critiqué l’ONU, affirmant qu’elle agit contre Israël et est prête à fermer les yeux sur les infractions iraniennes.

« La résolution tristement célèbre : le sionisme est du racisme a été abrogée », a expliqué le Premier ministre aux reporters étrangers à la fête du Nouvel An à Jérusalem, « mais les préjugés de l’ONU continuent ».

« Il y a eu 20 résolutions contre Israël pour chaque résolution contre l’Iran », a-t-il dénoncé.

Netanyahu a également fustigé la ministre suédoise des Affaires étrangères, Margot Wallström, qui a déclaré qu’Israël devrait enquêter sur les « exécutions extrajudiciaires » des terroristes palestiniens, en qualifiant ses commentaires de « scandaleux, injustes et tout simplement faux ».

« Je pense que ce qu’a dit la ministre suédoise des Affaires étrangères est scandaleux, je pense que c’est immoral, que c’est injuste et que c’est tout bonnement faux », a dit M. Netanyahu à la presse.

« L’autre jour à Paris, un terroriste brandissant un couteau a été abattu, est-ce que ça, c’était une exécution extra-judiciaire ? Est-ce que la ministre des Affaires étrangères suédoises suggère qu’on se penche aussi sur ce qui s’est passé à Paris », a dit M. Netanyahu.

Le Premier ministre a refusé de dire que Wallstrom était antisémite, disant qu’il n’a pas exploré ses motivations sur les remarques hier.

« C’est une absurdité et cela est tout simplement stupide », a-t-il dit aux journalistes étrangers lors du rassemblement à Jérusalem.

M. Netanyahu a évoqué de manière plus large les relations actuellement délicates avec l’Union européenne.

Il a distingué entre les relations entre Israël et la plupart des pays européens pris individuellement, avec lesquels la coopération se développe selon lui, et avec l’Union européenne en tant qu’organisation multinationale, dont il a dénoncé la « bureaucratie » et la décision récente – une « absurdité » – d’étiqueter les produits israéliens en provenance des Territoires.

Il s’en est également pris aux constructions financées, illégalement selon lui, par l’Union européenne dans les Territoires. « Nous devons procéder à une remise à zéro de nos relations avec l’Union européenne », a-t-il dit.

La chanteuse israélienne, Dana International, a chanté cinq chansons à l’événement pour le nouvel an au bureau de presse du gouvernement à Jérusalem, où Benjamin Netanyahu s’est adressé à plusieurs centaines de journalistes étrangers.

Entre les chansons – dont son hit de 1998 « Viva La Diva », avec laquelle elle a remporté le concours de l’Eurovision – la chanteuse a remercié le public et fait l’éloge d’Israël pour son ouverture envers la communauté LGBT.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...