Netanyahu : le nouvel envoyé d’Israël en Jordanie sera nommé prochainement
Rechercher

Netanyahu : le nouvel envoyé d’Israël en Jordanie sera nommé prochainement

Amman et Jérusalem sont parvenus à un accord sur les réparations et le rétablissement des liens suite à l'altercation meurtrière à l'ambassade israélienne d'Amman

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu prend la parole lors de la conférence internationale sur la diplomatie numérique au ministère des Affaires étrangères à Jérusalem, le 7 décembre 2017 (Crédit : Hadas Parush / Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu prend la parole lors de la conférence internationale sur la diplomatie numérique au ministère des Affaires étrangères à Jérusalem, le 7 décembre 2017 (Crédit : Hadas Parush / Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a indiqué qu’il nommera un nouvel ambassadeur en Jordanie dans les prochains jours, alors qu’Israël tente de rétablir les liens avec Amman.

S’exprimant devant des journalistes au retour de son séjour en Inde, Netanyahu, qui détient également le portefeuille des Affaires étrangères, a déclaré que l’ancienne ambassadrice Einat Schlein serait transférée à un autre poste.

« J’annoncerai bientôt un nouvel ambassadeur. J’apprécie beaucoup l’ancien et cela se répercutera sur son prochain poste « , a-t-il dit.

Israël n’a plus d’ambassadeur en Jordanie depuis juillet, quand deux Jordaniens ont été tués et un garde de sécurité israélien blessé à l’ambassade d’Israël à Amman lors d’une altercation, dont les détails font l’objet de désaccords entre Israël et la Jordanie. L’incident a déclenché une crise diplomatique.

Un porte-parole du gouvernement jordanien a déclaré jeudi soir qu’il avait reçu d’Israël un « mémorandum officiel » s’excusant de la mort des deux Jordaniens, ainsi que le meurtre d’un juge jordanien dans un incident séparé en 2014.

Peu de temps après, le bureau du Premier ministre israélien a publié une déclaration annonçant que l’ambassade, qui a été fermée à la suite de l’incident de juillet, va rouvrir.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avec Einat Schlein, ambassadrice d’Israël en Jordanie, et Ziv, l’agent de sécurité blessé lors de l’attentat d’Amman, à Jérusalem, le 25 juillet 201. (Crédit : Haim Zach/GPO)

Le porte-parole jordanien, Mohammad Momani, a également déclaré qu’Israël avait accepté de se conformer à toutes les conditions préalables du royaume pour la reprise des relations diplomatiques régulières entre les deux parties.

Ceux-ci incluaient, dit-il, une action en justice contre les gardes de sécurité israéliens accusés d’avoir tué les deux Jordaniens, et une compensation financière aux familles jordaniennes endeuillées.

Dans sa déclaration jeudi soir, le bureau du Premier ministre a confirmé qu’il était parvenu à un accord avec la Jordanie sur ces deux incidents et a déclaré que l’ambassade « reprendra pleinement ses activités ».

Divergeant sur les termes annoncés par la Jordanie, il a déclaré la décision « dans les semaines à venir » de savoir si le garde, Ziv Moyal, sera jugé lors de la fusillade.

« Israël attache une grande importance à ses relations stratégiques avec la Jordanie, et les deux pays agiront pour renforcer leur coopération et renforcer le traité de paix entre eux », a déclaré le PMO dans son communiqué, qui ne faisait pas allusion aux excuses ou aux réparations des familles endeuillées.

Moyal a abattu les deux Jordaniens après que l’un d’eux l’aurait attaqué. La crise diplomatique entre Jérusalem et Amman enclenchée par cette incident a contraint l’ensemble du personnel diplomatique, y compris l’ambassadrice Einat Schlein, à retourner en Israël.

Vendredi, Netanyahu a également déclaré qu’Israël ne s’était pas excusé auprès des Jordaniens, mais avait simplement « exprimé des regrets ».

Il a ajouté qu’Israël avait versé de l’argent en réparation au gouvernement, mais pas à la famille du propriétaire et ni à l’employé tué dans l’altercation. Il n’a pas indiqué le montant versé.

Le Premier ministre a refusé de dire si le vice-président américain Mike Pence serait porteur d’une initiative de paix lors de sa visite la semaine prochaine, et a déclaré que le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas ne devrait pas chercher un autre médiateur dans les négociations de paix entre Israéliens et Palestiniens.

« Il n’y a pas d’autre médiateur », a-t-il dit. « S’il ne veut pas de médiateur, s’il ne veut pas des Etats-Unis, il ne veut pas la paix. »

Les journalistes du Times of Israël ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...