Netanyahu remercie Theresa May pour avoir entièrement interdit le Hezbollah
Rechercher

Netanyahu remercie Theresa May pour avoir entièrement interdit le Hezbollah

Téhéran juge "irresponsable" l'interdiction de la branche armée du Hezbollah ; Israël maintient que la distinction entre les branches politique et armée est "artificielle"

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu pose avec la Première ministre britannique Theresa May à l'extérieur du 10 Downing street à Londres le 2 novembre 2017. (Crédit : AFP / Daniel Leal-Olivas)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu pose avec la Première ministre britannique Theresa May à l'extérieur du 10 Downing street à Londres le 2 novembre 2017. (Crédit : AFP / Daniel Leal-Olivas)

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a salué dimanche la décision britannique d’interdire entièrement le groupe terroriste chiite, le Hezbollah libanais, dans un entretien téléphonique avec son homologue Theresa May, selon un communiqué de son bureau.

« Le Premier ministre Netanyahu a remercié Mme May pour cette décision de désigner toutes les branches du Hezbollah comme organisation terroriste », indique le communiqué.

La Grande-Bretagne avait annoncé le 25 février considérer le mouvement chiite libanais Hezbollah dans son intégralité comme une organisation « terroriste », et non plus seulement son aile armée.

Le Hezbollah est l’allié de l’Iran et, comme lui, l’un des grands ennemis d’Israël. Israël dit avoir bombardé des centaines de cibles du Hezbollah mais aussi de l’Iran en Syrie voisine ces dernières années.

La dernière grande confrontation en date entre le Hezbollah et Israël remonte à 2006 quand 33 jours de guerre avaient fait 1 200 morts côté libanais, et 160 côté israélien, sans neutraliser le groupe terroriste chiite, visé après l’enlèvement de deux soldats israéliens.

La distinction entre les branches politique et armée est « artificielle, les deux étant contrôlées et soutenues par l’Iran », avait dit l’ambassadeur d’Israël aux Nations unies, Danny Danon. Cette distinction permet au Hezbollah « de lever des fonds sur le sol européen », avait-t-il dit dans un communiqué.

Le Hezbollah est considéré comme une organisation terroriste par Israël et les Etats-Unis, mais seule sa branche armée est classifiée comme telle par l’Union européenne.

M. Netanyahu a émis l’espoir que d’autres pays allaient suivre l’exemple britannique, selon le communiqué.

Le Hezbollah avait dénoncé vendredi la décision britannique, la qualifiant d' »insulte au peuple libanais« .

L’Iran a condamné samedi la décision de la Grande-Bretagne d’interdire totalement le Hezbollah libanais, un mouvement allié de Téhéran, la qualifiant de « mauvaise et irresponsable ».

Sajid Javid en conférence de presse près de Finsbury Park, où il a visité la scène d’une attaque véhiculaire, à Londres, le 19 juin 2017. (Crédit : Tolga Akmen/AFP)

Lundi, le ministre britannique de l’Intérieur Sajid Javid a accusé le Hezbollah de « poursuivre ses tentatives de déstabiliser la situation fragile au Proche-Orient », soulignant que son pays ne faisait « pas de distinction entre l’aile militaire, déjà interdite, et le parti politique » du mouvement chiite libanais.

Selon Londres, être membre du Hezbollah ou promouvoir le mouvement sera passible d’une peine pouvant aller jusqu’à dix ans d’emprisonnement.

Le Hezbollah est « une force légitime et légale qui joue un rôle efficace et indéniable dans la stabilité politique du Liban et la sauvegarde de sa sécurité », a rétorqué le ministère iranien des Affaires étrangères dans un communiqué publié sur son site.

« L’Iran considère la décision de placer le Hezbollah sur une liste terroriste comme mauvaise et irresponsable et cela ne contribuera pas à la stabilité et à la sécurité du Liban », a ajouté le ministère.

Le Hezbollah, ou parti de Dieu, a été créé en 1982 par les Gardiens de la révolution iraniens dans la foulée de l’invasion israélienne du Liban. Financé par Téhéran, il est le seul parti libanais à ne pas à avoir déposé les armes après la guerre civile (1975-1990).

Photo prise le 16 décembre dans le village de Meiss al-Jabal on December 16, 2018.La FINUL observe les opérations d’excavation par l’armée israélienne du côté israélien de la frontière. A droite, un drapeau du Hezbollah.(Crédit : AP/Mahmoud Zayyat/AFP)

Le Hezbollah s’est imposé au Liban comme une force politique incontournable, siégeant pour la première fois en 2005 au gouvernement. Il est par ailleurs militairement impliqué, comme Téhéran, au côté du pouvoir de Bachar al-Assad dans le conflit en Syrie, pays voisin du Liban.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...