Netanyahu soutient les soldates après que Smotrich a fustigé les unités mixtes
Rechercher

Netanyahu soutient les soldates après que Smotrich a fustigé les unités mixtes

Pour le ministre des Transports nationaliste, les hommes et les femmes servant ensemble affaiblissent l'armée

Les soldates du Bataillon de Caracal se préparent pour une expédition dans le cadre de leur entraînement le 3 septembre 2014. (Hadas Parush/Flash90)
Les soldates du Bataillon de Caracal se préparent pour une expédition dans le cadre de leur entraînement le 3 septembre 2014. (Hadas Parush/Flash90)

Mercredi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a salué les femmes servant au sein de l’armée israélienne après que le ministre des Transports Bezalel Smotrich a affirmé que les unités mixtes nuisent aux capacités opérationnelles de Tsahal.

« Je suis fier de nos femmes soldats et de nos femmes dans les unités de combat qui contribuent à la sécurité d’Israël, a déclaré Netanyahu dans un petit message vidéo. Rien que la semaine dernière, elles ont contribué à déjouer une attaque meurtrière dans la bande de Gaza, a-t-il ajouté en référence aux femmes servant dans les unités de surveillance, et qui sont souvent les premières à détecter une tentative d’infiltration.

« Le service des femmes au sein de l’armée israélienne ne nuit pas à la sécurité d’Israël – cela contribue à la sécurité d’Israël », a souligné Netanyahu, qui est également ministre de la Défense.

L’élu nationaliste religieux Smotrich a répondu en déclarant qu’il ne parlait pas des soldates en général, mais spécifiquement des unités de combat mixtes.

« Le travail de guetteur est fantastique et sauve des vies, a tweeté Smotrich. Il n’y a pas de dispute là-dessus ! Quel est le lien entre cela et les unités mixtes dont je parlais ?! »

Le ministre des Transports Bezalel Smotrich s’exprime devant ses militants lors d’un meeting de campagne à Ramat Gan, en 12 août 2019. (Gili Yaari/Flash90)

Plus tôt Smotrich, en troisième position sur la liste du parti de droite Yamina, a déclaré à la Radio de l’armée dans un entretien que les unités de combat composées d’hommes et de femmes servant ensemble affaiblissent Tsahal.

« Les unités mixtes nuisent à la capacité opérationnelle de Tsahal, à sa capacité à accomplir sa mission. J’attends de Tsahal qu’elle ne fasse pas la promotion d’une politique spécifique à ce sujet », a-t-il dit.

Smotrich réagissait à un rapport selon lequel il y a eu, l’an dernier, une hausse du nombre d’avortements parmi les soldates, par rapport aux précédentes années qui avaient vu une baisse nette depuis 2014.

La Radio de l’armée a annoncé que le coût de près d’un millier d’avortements en 2018 – que l’armée paie discrètement si des soldates choisissent de mettre un terme à leur grossesse – était de 5 millions de shekels (1,27 million d’euros). En 2017, l’on dénombrait 839 avortements au sein de l’armée.

Mercredi, la Radio de l’armée a déclaré que le corps médical militaire était surpris de l’augmentation annoncée du nombre d’avortement. L’armée gère des programmes pour empêcher les grossesses non désirées parmi le personnel militaire en distribuant des pilules contraceptives, et depuis octobre, la « pilule du lendemain » pour les soldates qui la réclament.

Smotrich a récemment critiqué les efforts annoncés de Tsahal pour augmenter l’intégration de soldats transgenres, en déclarant que  « quelqu’un à la tête de l’armée a eu un coup de chaleur ».

Mercredi, la chef de Yamina, Ayeled Shaked, a réagi aux remarques de Smotrich en évoquant son propre service militaire et celui des femmes membres du parti de droite. Elle a néanmoins semblé défendre son confrère des critiques, en déclarant : « Le service dans des unités de combat mixte dans la communauté religieuse sioniste est un sujet compliqué. Arrêtez de créer des tensions ».

Netanyahu et Smotrich se sont confrontés dans le passé, après que Smotrich eut publiquement défendu l’application de la loi juive religieuse (halakha) à la société israélienne.

Capture d’écran d’une vidéo du Premier ministre Benjamin Netanyahu saluant les femmes soldats de Tsahal, le 21 août 2019.

La semaine dernière, Smotrich a été contraint de s’excuser pour une pique lancée à l’encontre de Netanyahu sur Twitter et dans laquelle il l’accusait d’être « faible » et de ne faire preuve « d’aucun leadership ».

La polémique tournait cette fois-ci autour de la fermeture temporaire du mont du Temple à Jérusalem pour les visiteurs juifs ainsi que d’une décision de justice interdisant la tenue d’un concert dans le parc municipal d’Afula, où le public était divisé entre hommes et femmes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...