Netanyahu subit la rébellion de la droite face au gouvernement qui prend forme
Rechercher
Analyse

Netanyahu subit la rébellion de la droite face au gouvernement qui prend forme

Avec la colère croissante des vieux alliés, et certains menaçant même de partir, le chef du Likud risque une épreuve de force de plus en plus dure avec un Benny Gantz intransigeant

Haviv Rettig Gur

Haviv Rettig Gur est l'analyste du Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'apprête à faire une déclaration concernant son intention de déposer une demande d'immunité à la Knesset, à Jérusalem, le 1er janvier 2020. (Gil Cohen-Magen/AFP)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'apprête à faire une déclaration concernant son intention de déposer une demande d'immunité à la Knesset, à Jérusalem, le 1er janvier 2020. (Gil Cohen-Magen/AFP)

Benjamin Netanyahu a un problème. Après avoir reçu jeudi dernier de nombreuses félicitations de ses alliés de droite pour avoir réussi à briser la plus grande menace politique du Likud depuis plus de dix ans – la faction Kakhol lavan de 33 sièges dirigée par Benny Gantz – le Premier ministre a passé les cinq derniers jours à assumer le coût de ce succès.

Les pourparlers de coalition entre Netanyahu et Gantz entrent dans leur phase intermédiaire délicate. Les grandes déclarations et les gesticulations ont été remplacées par le troc sec et complexe et les fuites persistantes mais peu fiables qui indiquent qu’ils sont dans leur phase la plus grave. C’est ici, dans le martèlement des détails les plus infimes du processus de prise de décision et de la répartition des ministères de la prochaine coalition, que seront déterminés le cœur et l’âme du prochain gouvernement, ses rouages fondamentaux et, en fin de compte, le véritable centre du pouvoir.

L’ancien Kakhol lavan est démantelé. Gantz n’a nulle part où aller. Netanyahu a gagné les élections dans le sens le plus fondamental du
terme : personne d’autre n’a de réelle chance de devenir Premier ministre.

Mais Gantz, longtemps ridiculisé par la campagne du Likud en tant que néophyte et imbécile, a fait de très gros trous dans les grands desseins de Netanyahu, trous que le Premier ministre ne peut actuellement combler qu’en s’alliant avec Gantz lui-même.

Le plus grand d’entre eux est le poste actuel de Gantz : président de la Knesset. L’élection de Gantz à la présidence de la Knesset jeudi dernier était une condition préalable à l’entrée en négociation de la coalition avec Netanyahu. Ce poste donne à Gantz le pouvoir de contrarier Netanyahu à tout moment. Le président a le pouvoir de programmer les votes en plénière, ou de refuser de les programmer et de geler toute législation, paralysant ainsi lentement le gouvernement. Il s’agit de la police d’assurance de Gantz. Si Netanyahu revient sur son accord d’unité, Gantz reste président. Il faut 90 voix de députés pour évincer un président élu, et aucune coalition imaginable de 90 députés de la Knesset actuelle n’est susceptible de s’unir pour aider Netanyahu à évincer Gantz.

Le leader de Kakhol lavan Benny Gantz s’exprime lors d’un événement électoral à Tel Aviv, le 17 février 2020. (Crédit : Gili Yaari / Flash90)

Gantz ne sera pas Premier ministre pour l’instant, mais il a réussi à s’accorder la possibilité d’empêcher Netanyahu de former un gouvernement viable tant que les pourparlers de coalition sont en cours. C’était une décision brillante, prévue par personne et en fait sans précédent dans l’histoire politique israélienne. Aucun candidat au poste de Premier ministre ne s’est fait élire à la Knesset comme tactique de négociation. Maintenant que Gantz a démontré son utilité, il est probable qu’il entre dans l’arsenal des manœuvres politiques des futurs concurrents pour les hautes fonctions.

Et Gantz avait besoin de cette police d’assurance car dans leur accord initial de jeudi dernier, Gantz a obtenu de Netanyahu des concessions extraordinaires, notamment pour lui confier des postes ministériels comme s’il dirigeait l’alliance de 47 sièges qu’il avait le jour des élections (33 sièges pour Kakhol lavan, 7 sièges pour Yisrael Beytenu et 7 sièges pour Travailliste-Gesher-Meretz), et non la faction de 15 sièges qu’il apporte avec lui après la rupture.

L’influence de Gantz à la Knesset signifie que Netanyahu ne peut pas simplement revenir sur cette promesse, ou sur l’engagement qu’il a pris envers Gantz de lui remettre toutes les agences gouvernementales dont il a besoin pour geler les grandes aspirations politiques de la droite. Cela inclut le ministère de la Défense, qui mettrait en œuvre toute annexion de la Cisjordanie ; le ministère de la Justice, et avec lui les clés de toute réforme du système judiciaire ou de la bureaucratie juridique ; les principaux ministères de régulation comme le ministère des Communications et le ministère de l’Économie, et bien d’autres encore.

Des promesses, des promesses

Mais Netanyahu a d’autres promesses à tenir. La plus importante est sa promesse à Rafi Peretz de Yamina de le garder comme ministre dans le nouveau gouvernement. Cette promesse a été faite en janvier dans le cadre des efforts de Netanyahu pour convaincre les nombreuses factions dissidentes de l’extrême-droite israélienne de s’unir et d’éviter de perdre des voix de droite au profit de petits partis qui ne franchissent pas le seuil électoral de 3,25 %. Pour convaincre Peretz de renoncer à son partenariat avec le parti extrémiste Otzma Yehudit et de conclure une alliance avec les factions de HaYamin HaHadash et de l’Union nationale, Netanyahu lui a promis un ministère.

Le ministre de l’Education Rafi Peretz participe à une réunion du parti HaBayit HaYehudi à Tel Aviv, le 13 janvier 2020. (Gili Yaari/Flash90)

Peretz, brandissant cette promesse et détenant la place de numéro 2 de Yamina, cherche maintenant à récolter.

Il y a juste un problème : Yamina s’est déjà vu promettre au moins trois autres ministères.

En novembre, Netanyahu a nommé le dirigeant de HaYamin HaHadash de l’époque, Naftali Bennett, aujourd’hui à la tête de Yamina, au poste de ministre de la Défense par intérim afin de l’empêcher d’abandonner son bloc de droite et de rejoindre une coalition dirigée par Gantz après les élections de septembre. Avant d’accepter le poste de ministre de la Défense, Bennett a promis à son n°2 de HaYamin HaHadash, l’ancienne ministre de la Justice Ayelet Shaked, que sa nomination ne le plaçait pas au-dessus d’elle dans leur partenariat politique de longue date : les deux auraient des rôles ministériels de même niveau dans le prochain gouvernement, a-t-il assuré.

Puis, dans le cadre des négociations sur l’alliance HaYamin HaHadash – Union nationale en janvier, Bennett a promis à Bezalel Smotrich, de l’Union nationale, qu’il serait lui aussi l’un des ministres de la faction dans le prochain gouvernement.

Avance rapide jusqu’au 2 mars, jour des élections. Yamina perd quelque 20 000 voix par rapport à son résultat de septembre, remportant suffisamment de sièges pour seulement six députés – dont quatre sont maintenant porteurs d’importantes promesses de Netanyahu ou les uns des autres qu’ils seraient nommés ministres.

De gauche à droite : Naftali Bennett, Ayelet Shaked et Bezalel Smotrich lors d’un événement de campagne dans l’implantation d’Elkana, en Cisjordanie, le 21 août 2019. (Crédit : Ben Dori/Flash90)

Les dirigeants de Yamina voient maintenant dans l’engagement généreux de Netanyahu envers Gantz un moyen de sortir de leur situation difficile. Si Gantz peut réclamer une quinzaine de ministères pour peut-être 19 députés (les 15 de Gantz, plus deux députés de chacun des alliés Travailliste et Derekh Eretz), alors sûrement Yamina peut exiger quatre ministères pour ses six députés.

Mais Netanyahu refuse de bouger. S’il accède aux demandes de Yamina, après tout, que dira-t-il à son parti Likud de 36 sièges ou à ses partenaires Haredi, Shas avec neuf sièges et Yahadout HaTorah avec sept sièges ?

Sa générosité a déjà suscité une colère sans précédent dans les rangs du Likud. Même des députés loyalistes comme le député Miki Zohar, qui se tairaient s’ils ne croyaient pas refléter les sentiments généraux de la base du parti, critiquent ouvertement l’accord du Premier ministre avec Gantz.

« Un gouvernement d’unité est important », a tweeté Zohar lundi, « mais pas à n’importe quel prix. Il est inconcevable que 19 députés reçoivent 17 portefeuilles et trois commissions [de la Knesset] ».

Le récent challenger de Netanyahu aux primaires, le député Gideon Saar, a tiré la même sonnette d’alarme : « Il y a déjà eu de grands gouvernements dans l’histoire d’Israël, mais il est erroné d’établir le gouvernement le plus démesuré de tous les temps pendant la plus grande crise économique. »

Zohar, Saar, même l’ancien président de la Knesset Yuli Edelstein a annoncé publiquement lundi que s’il ne retourne pas à la présidence, il refusera de servir en tant que ministre – les lueurs de la rébellion au sein du Likud sont en train de converger.

Le député du Likud Gideon Saar lors d’une conférence au King David Hotel de Jérusalem, le 15décembre 2019. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Et pas seulement au Likud. Lundi, un responsable non identifié de Yamina a adressé cette menace surprenante au quotidien pro-Netanyahu Israel Hayom : « Si Netanyahu forme un gouvernement de gauche [c’est-à-dire avec Gantz aux commandes des politiques clés], nous essaierons de le faire tomber depuis l’opposition ».

Confirmant apparemment que la menace était réelle, Shaked a déclaré lundi dans une interview à la radio de l’armée : « Nous comprenons que nous ne pouvons pas former le gouvernement de droite que nous voulions, mais pour 17 sièges, nous vendons à la gauche tout ce qui est important à la droite.

La question de savoir si Yamina renforcerait la coalition a été posée à Shaked, qui a répondu : « Aucun d’entre nous n’est né ministre. Opposition n’est pas un gros mot. Nous avons parcouru un long chemin avec les partis Haredi et le Likud, mais la préservation de ce partenariat ne se fait pas à n’importe quel prix ».

En effet, principes mis à part, Yamina pourrait bien préférer un sort dans l’opposition à la rancœur interne, à l’amertume et même à la dissolution qu’elle subit si elle rejoint le nouveau gouvernement en rompant la moitié des promesses faites à ses nombreuses parties constituantes.

Maintenir la pression sur Netanyahu

En fin de compte, Gantz pense qu’il a besoin d’une réelle influence dans la nouvelle coalition, et pas seulement de l’apparence d’une influence. Il doit justifier auprès de lui-même et de ses électeurs sa décision de la semaine dernière de démolir son ancienne alliance centriste, et la meilleure façon d’y parvenir est de démontrer qu’il peut perturber les politiques de droite que son alliance effondrée avait promis d’arrêter.

Benny Gantz (à gauche) et Gabi Ashkenazi lors d’un événement de la campagne Kakhol lavan à Kfar Saba, le 12 février 2020. (Gili Yaari/Flash90)

C’est pourquoi il a également besoin d’une apparence d’influence, et pas seulement à cause de ses promesses à ses électeurs. Il sait que Netanyahu n’est pas un homme honnête. En ce jour lointain de septembre-octobre 2021 où Netanyahu devra abandonner son siège et permettre à Gantz de devenir Premier ministre, Gantz pense qu’il aura besoin d’un puissant levier pour forcer Netanyahu à respecter leur accord. Il est déjà à l’œuvre pour renforcer cet effet de levier, en partie en affaiblissant le soutien automatique de la droite envers Netanyahu.

Gantz cherche à faire monter en flèche l’amertume et l’indignation authentiques de la droite face aux concessions de Netanyahu afin de cimenter le récit du Premier ministre selon lequel il vend ses plus proches alliés. Plus le schisme et la méfiance à l’égard de la droite sont importants, moins Netanyahu risque de provoquer des élections anticipées pour empêcher Gantz de devenir Premier ministre.

Si Yamina se retrouve dans l’opposition, il aura un intérêt commun avec Gantz à créer des crises sur les questions de gauche-droite pour faire paraître Netanyahu en danger. Ce n’est pas aussi étrange que cela en a
l’air ; les bords des coalitions parlementaires s’unissent souvent pour affaiblir le centre, et Gantz serait un partenaire enthousiaste dans un tel effort.

Gantz a renoncé à son filet de sécurité politique la semaine dernière en acceptant de rejoindre une coalition dirigée par Netanyahu, en violation de sa promesse centrale aux électeurs de Kakhol lavan. Il travaille dur pour priver Netanyahu de son propre filet de sécurité lorsque la table sera renversée dans 18 mois.

C’est aussi pourquoi Gantz a tenu bon dans les négociations, alors même que Netanyahu est venu plaider pour réduire les exigences de Kakhol lavan dans le prochain gouvernement afin d’apaiser la droite.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) et le ministre de la Défense Naftali Bennett visitent une base militaire sur le plateau du Golan qui surplombe le territoire syrien, le 24 novembre 2019. (Crédit : Atef Safadi/Pool/AFP)

Confortablement installé dans son fauteuil de président de la Knesset, Gantz a systématiquement refusé les nombreuses suppliques de Netanyahu. Il a rejeté une proposition inédite de Netanyahu selon laquelle Kakhol lavan conserverait ses votes au sein du cabinet mais perdrait des ministères – c’est-à-dire que les votes de Kakhol lavan au sein du cabinet recevraient un poids supplémentaire lors du vote des décisions politiques, mais que moins de ministres déposeraient ces super-votes.

Mardi, il a même rejeté une demande de Netanyahu – remise par le leader du Shas Aryeh Deri au principal partenaire politique de Gantz, l’ancien chef de Tsahal Gabi Ashkenazi – d’échanger au moins le ministre de la Justice désigné par Kakhol lavan, Avi Nissenkorn, pour le député Hili Tropper, plus centriste.

Alors que Gantz devient de plus en plus provocateur et que le flanc droit de Netanyahu s’énerve, ce dernier a fait quelques feintes initiales pour réinitialiser la relation, pour paraître moins généreux et conciliant envers son partenaire centriste.

Mardi, Netanyahu a informé Gantz qu’il revenait sur leur accord de ne pas remettre Edelstein du Likud à la présidence de la Knesset – tout comme son rejet de Nissenkorn a été remis sur la table des négociations.

Il s’agit en grande partie de théâtre. Il semble qu’il ait fallu quelques jours à Netanyahu pour comprendre la stratégie de Gantz. Il essaie maintenant de donner l’impression d’augmenter ses exigences afin de neutraliser l’effet que Gantz a sur son flanc droit. Cette épreuve de force ne fait pas de mal à Gantz ; il la salue comme un prolongement de sa stratégie d’influence.

La photo composite montre le Premier ministre Benjamin Netanyahu, (à gauche), et le chef du parti Kakhol lavan, Benny Gantz, (à droite). (Flash90)

Le mandat de Gantz en tant que Premier ministre désigné se termine le 12 avril, et certains au sein de Kakhol lavan s’inquiètent du fait que Netanyahu joue la montre, obtienne son propre mandat du président et force Gantz à rejoindre sa coalition pour beaucoup moins que les promesses initiales de Netanyahu. Netanyahu pourrait essayer de former une coalition avec les compagnons de route de Gantz – Orly Levy-Abekasis de Gesher et Yoaz Hendel et Zvika Hauser de Derekh Eretz sont suffisants pour lui donner une étroite majorité de 61 sièges.

Mais si Netanyahu y parvient, Gantz conservera le siège de président et pourra de là rendre la position politique de Netanyahu intenable. Cela désignerait également Netanyahu, et non Gantz, comme le camp qui a renié le grand accord d’unité que les deux partis ont décrit la semaine dernière comme une tentative de sauver le pays de la catastrophe du coronavirus. L’influence de Gantz sur Netanyahu ne découle pas du mandat du président, et les deux hommes le savent.

En fin de compte, on voit mal comment l’un des deux hommes peut former un gouvernement sans l’autre. Tout le reste, les rumeurs, les fuites et les menaces qui ne manqueront pas de couler à flot pendant toute la durée des négociations, est l’inévitable bruit de fond de deux parties qui cherchent à faire pression dans des négociations à quitte ou double et qu’aucune ne peut quitter.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...