Netanyahu vante à nouveau ses mesures pour renforcer la minorité arabe
Rechercher

Netanyahu vante à nouveau ses mesures pour renforcer la minorité arabe

Après des manifestations et des grèves, le Premier ministre affirme que son gouvernement travaille “sans cesse pour promouvoir l’égalité et les opportunités pour tous”

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu vante les efforts de son gouvernement pour renforcer la minorité arabe d'Israël sur sa page Facebook, le 10 février 2017. (Crédit : capture d'écran Facebook)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu vante les efforts de son gouvernement pour renforcer la minorité arabe d'Israël sur sa page Facebook, le 10 février 2017. (Crédit : capture d'écran Facebook)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a publié vendredi une vidéo en anglais sur sa page Facebook officielle, dans laquelle il vante les efforts « incessants » de son gouvernement pour renforcer la minorité arabe d’Israël et intégrer la communauté dans la société et l’économie du pays.

Les affirmations du Premier ministre contredisent les fréquentes déclarations des dirigeants arabes, selon lesquelles leur population est constamment et systématiquement discriminée par l’Etat.

Dans la vidéo, Netanyahu déclaré que pendant que le Moyen Orient en général est « déchiré par la haine des minorités, Yézidis, chrétiens, bahaïs, Kurdes et autres », en Israël, « les minorités s’épanouissent ». Les Arabes israéliens, a-t-il déclaré « jouissent de l’égalité prévue par la loi, et nous travaillons très dur pour garantir qu’ils jouissent de l’égalité des chances. »

Le Premier ministre cite certaines de ces réussites : « dans la dernière décennie, le nombre d’Arabes travaillant dans la high-tech en Israël a été multiplié par dix : les étudiants arabes du Technion, le MIT israélien, sont trois fois plus nombreux ; un juge arabe de la Cour suprême a été le président de la commission électorale centrale, qui supervise nos élections nationales ; la participation arabe à la main-d’œuvre a augmenté significativement ; le chômage arabe est en baisse ; et pour la première fois, un Arabe est chef adjoint de la police nationale, le deuxième rang le plus important existant. »

Netanyahu a affirmé que « rien de cela n’est accidentel. Mon gouvernement a travaillé sans cesse pour promouvoir l’égalité et les opportunités pour tous. Nous investissons 14 milliards de shekels, plus d’argent qui n’en a jamais été donné au secteur arabe, afin de diminuer le chômage et améliorer la santé, l’éducation et la sécurité. »

Le Premier ministre a affirmé que les mesures de son gouvernement étaient souvent déformées ou minimisées par les médias.

« Imaginez si le Moyen Orient ressemblait un peu plus à Tel Aviv et un peu moins à Alep », a-t-il déclaré.

La vidéo en anglais de Netanyahu aurait pour objectif de rassurer la communauté internationale sur les engagements d’Israël envers sa minorité arabe, quelques semaines après un message similaire adressé à la communauté arabe elle-même sur Facebook.

Les dirigeants arabes israéliens affirment depuis longtemps que la minorité, qui représente 20 % de la population, est gravement discriminée par l’Etat.

La récente répression gouvernementale contre les constructions illégales des Arabes israéliens a ravivé les tensions entre la population arabe et le gouvernement. En janvier, le gouvernement a démoli 11 structures construites en lisière de la ville de Qalansawe, dans le nord du pays, et 12 bâtiments dans le village bédouin non reconnu d’Umm al-Hiran, dans le désert du Néguev.

Des femmes bédouines protestent contre la démolition de logement dans le village bédouin non reconnu d'Umm al-Hiran dans le désert du Néguev, le 18 janvier 2017. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)
Des femmes bédouines protestent contre la démolition de logement dans le village bédouin non reconnu d’Umm al-Hiran dans le désert du Néguev, le 18 janvier 2017. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)

Ces dernières démolitions ont entraîné la mort du policier Erez Levi et de Yaqoub Mousa Abu al-Qian, un habitant d’Umm al-Hiran, dans ce que la police a affirmé être une attaque terroriste, une accusation largement remise en cause.

Ces démolitions ont entraîné de grandes manifestations et des grèves des citoyens arabes d’Israël. La Liste arabe unie a affirmé que les démolitions étaient « un crime sans précédent et une déclaration de guerre contre la population arabe. »

Au début du mois, des milliers de Juifs et d’Arabes ont manifesté à Tel Aviv contre les politiques du gouvernement envers la communauté arabe, accusant le gouvernement de racisme et d’incitation à la haine contre les minorités.

Un rapport du gouvernement récemment publié a établi que plus de 53 % des Arabes israéliens vivent sous le seuil de pauvreté, contre 14 % des Juifs, et que ce taux est en hausse.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...