Newt Gingrich associe le FBI à la Gestapo
Rechercher

Newt Gingrich associe le FBI à la Gestapo

L'ancien président de l’Assemblée reste sur ses commentaires, tweetant que les gens ne devraient pas défendre le FBI pour une perquisition de la maison de l’avocat de Trump

Newt Gingrich (Crédit : Gage Skidmore/Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0)
Newt Gingrich (Crédit : Gage Skidmore/Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0)

WASHINGTON — La Ligue Anti-Diffamation (ADL) a critiqué Newt Gingrich pour avoir comparé les agents fédéraux qui ont perquisitionné les bureaux d’un avocat du président Donald Trump à la police secrète nazie.

Jonathan Greenblatt, le Directeur national de l’ADL, a déclaré jeudi que la comparaion était particulièrement déplacée à la veille de Yom HaShoah, le Jour de Souvenir de l’Holocauste.

Gingrich s’est exprimé mercredi sur la chaîne Fox News au sujet de la perquisition de cette semaine dans le bureau et le quartier général de l’avocat personnel de Trump, Michael Cohen, qui a dit « que sa porte avait été enlevée de ses gonds à 6 du matin ».

« C’est Staline. C’est la gestapo en Allemagne. Cela ne devrait pas être le FBI américain », a déclaré Gingrich, un soutien de longue date de Trump. Gingrich, l’ancien président de la Chambre américaine de représentants, est proche des Républicains juifs.

Greenblatt a répondu dans un communiqué le jour suivant.

« Les remarques de Newt Gringrich comparant les actions du Département de la Justice qui menait une perquisition à ‘la Gestapo en Allemagne’ sont profondément offensante, tout particulièrement le Jour de Souvenir de l’Holocauste, quand nous nous souvenons de la campagne d’atrocités nazi contre le peuple juif, a-t-il déclaré. Il n’y a aucune comparaison possible entre les actions de la Gestapo avec le système judiciaire américain. C’est une banalisation incorrecte de l’histoire ».

Les agents fédéraux ont perquisitionné les propriétés de Cohen cette semaine, à la recherche de preuves qu’il avait payé le silence des femmes qui auraient eu des relations extra-conjugales avec Trump. Les paiements constituent potentiellement des contributions non déclarées et illégales à la campagne électorale de Trump.

Gingrich s’est également plaint de la perquisition tôt le matin chez l’ancien chef de la campagne de Trump Paul Manafort l’année dernière.

« Et maintenant, ce sont Paul Manafort et sa femme en pijamas qui ont vu le FBI enfoncer leur porte à trois heures du matin « , a déclaré Gingrich.

Le Weekly Standard, une revue conservatrice, a vérifié les affirmations de Gingrich. En plus de conclure que la comparaison des agents fédéraux américains à la Gestapo « n’a aucun fond, même éloigné, de réalité », le Standard a déclaré que le FBI avait crocheté la serrure de Manafort mais n’avait pas enfoncé la porte et, dans le cas de Cohen, les agents fédéraux ont frappé à sa porte à 7h30, et non pas 6h. En outre, Cohen a dit qu’ils ont été « courtois ».

Gingrich s’est attiré la critique d’historiens et des journalistes juifs.

« Exécuter une demande de perquisition valide signée par un juge fédéral et basée sur une affaire probable est comme la gestapo dans l’Allemagne [nazi], a déclaré Gingrich, dans l’une des étranges références à l’Holocauste pour Yom hashoah », a écrit Orin Kerr, professeur de droit à l’Université de Californie du Sud sur Twitter.

Kerr a posté jeudi un fil sur la propre fuite de sa famille de l’Europe nazie.

Jake Sherman, le journaliste et co-auteur du briefing politique quotidien influent Playbook, s’est aussi exprimé sur Twitter.

« Aujourd’hui, c’est le Jour de Souvenir de l’Holocauste, a-t-il publié jeudi. La police secrète nazi a conduit des personnes de ma religion aux camps de la mort à travers l’Europe de l’est. Des familles ont été détruites. Une génération des Juifs est morte. La perquisition du FBI n’a vraiment rien à voir avec la police secrète nazie ».

Gingrich n’est pas apparu, dans sa publication Twitter, dérangé par le tollé.

« Pourquoi défendez-vous des perquisitions du FBI à trois heures du matin contre un couple non violent en pyjama ? a-t-il demandé. Comment vous sentiriez-vous si vous vous réveilliez avec des hommes armés dans votre chambre à coucher ? »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...