Non désirés par Israël et l’AP, l’avenir des Bédouins demeure « incertain »
Rechercher

Non désirés par Israël et l’AP, l’avenir des Bédouins demeure « incertain »

Le village du centre de Cisjordanie du clan Jahalin va bientôt être détruit et ses habitants se trouvent au coeur de la lutte de pouvoirs entre Jérusalem et Ramallah

Jacob Magid est le correspondant implantations du Times of Israël

Le village bédouin de Khan al-Ahmar (Capture d'écran :/YouTube)
Le village bédouin de Khan al-Ahmar (Capture d'écran :/YouTube)

KHAN AL-AHMAR, Cisjordanie — Au cours des dix dernières années, Eid Abu Khamis a parcouru le globe pour tenter de rassembler un soutien international pour lutter contre la démolition imminente de sa communauté bédouine située au nord-est de Jérusalem.

« J’ai vu le monde entier mais en fin de compte, tout ce que désire mon coeur est de retourner au désert », déclare le chef de la tribu Jahalin dans ce village de bergers qu’est Khan al-Ahmar.

Mais dans la lutte de pouvoir entre Israël et les Palestiniens en Cisjordanie, même une modeste parcelle de terre peut devenir un bien immobilier de première qualité et les intérêts du clan de Khamis ne semblent pas être une priorité.

« Personne ne demande aux Bédouins ce qu’ils veulent », dit Khamis, fumant une cigarette, assis dans la tente réservée à l’accueil des visiteurs dans le village.

Eid Abu Khamis aux abords de « l’école des pneus » dans le village de Khan al-Ahmar, à proximité de l’implantation de Kfar Adumim, le 7 février 2018 (Crédit : Jacob Magid/Times of Israel)

« D’un côté, vous avez le gouvernement israélien encouragé par Kfar Adumim qui tente de nous expulser », dit-il, désignant d’un geste la direction de l’implantation juive, située à un kilomètre et demi vers le nord.

« De l’autre, vous avez l’Autorité palestinienne qui nous dit que nous n’avons pas le droit de bouger parce qu’elle ne veut pas que les habitants d’implantations se saisissent de ces terres », ajoute Khamis en levant les bras au ciel.

Ce que l’un considère comme une solution, l’autre le voit comme illégal, dit-il. « En fin de compte, le seul endroit qu’il nous reste pour vivre est incertain ».

D’Israël vers la Jordanie, aller-retour

Le passé de la tribu Jahalin a été marqué par l’exil et la soumission. Originaires de Tel Arad, dans le sud d’Israël, les membres du clan ont été expulsés de la zone en 1951.

Cette importante tribu – forte de centaines de personnes – a erré vers le nord et s’est installée sur 25 sites abandonnés, situés entre Jérusalem-Est et la mer Morte dans ce qui était alors la Jordanie.

Un groupe de familles a acquis des biens auprès d’un propriétaire arabe, au nord-est de Jérusalem, et a ainsi profité de plusieurs décennies de tranquillité relative à Khan al-Ahmar, même après s’être retrouvé une fois encore sous gouvernance israélienne suite à la guerre des Six jours.

Une classe dans l’école des pneus de Khan al-Ahmar. (Capture d’écran/YouTube)

« Soixante-quinze pour cent de nos problèmes ont commencé au milieu des années 1990 après Oslo », commente Khamis, expliquant que ce village de bergers était tombé dans la zone C contrôlée par les Israéliens, où le gouvernement s’efforce de limiter l’empreinte des ressortissants palestiniens – dont font partie les Jahalin.

Les biens achetés par les Bédouins au propriétaire arabe d’Anata, une ville voisine, ont été confisqués par l’Etat et confiés à Kfar Adumim pour utilisation, de manière à ce que l’implantation puisse un jour s’élargir vers le sud.

Avec cet achat de terres soudainement sans pertinence, les 30 familles du clan Jahalin ont vu leur présence menacée en permanence à Khan al-Ahmar.

L’importance stratégique de la zone pour le gouvernement a mené Israël à refuser les requêtes de permis des résidents pour les structures existantes ou futures.

Selon Khamis, les soldats de l’armée israélienne venaient dans le village tous les deux ou trois ans pour démolir des structures semblables à des tentes qui, selon eux, avaient été illégalement construites.

De la boue, des pneus et de l’huile

Alors que les habitants se sont habitués à une nouvelle pression judiciaire en faveur de leur expulsion, Khan al-Ahmar a connu une augmentation significative en 2009 lorsque les travaux se sont achevés pour une nouvelle école élémentaire, qui avait été illégalement construite, à destination des 170 enfants de Khan al-Ahmar et des communautés bédouines environnantes.

Loin d’être une école ordinaire, cette création architecturale a apporté une notoriété internationale au village.

« C’est la seule école dans le monde à avoir été constituée de pneus », s’enorgueillit Khamis, frappant de sa main le mur extérieur de l’une des classes.

Devant prendre en compte les restrictions israéliennes sur les matériaux de construction typiques ainsi que les contraintes commerciales, une ONG italienne est venue en aide à Khamis – ainsi que des douzaines de bénévoles israéliens et européens – pour construire cette école respectueuse de l’environnement, sans utiliser de ciment.

« L’école en pneus » dans le village de Khan al-Ahmar à proximité de l’implantation de Kfar Adumim, le 7 février 2018 (Crédit : Jacob Magid/Times of Israel)

Les pneus empilés ont été recouverts de boue, puis d’un ingrédient essentiel et spécial issu du Moyen-Orient : L’huile de falafel.

« Elle fait tenir la boue tout en empêchant les eaux de pluie de s’infiltrer », explique le chef des Jahalin, le visage sérieux.

Accumuler suffisamment de boue a été facile pour ce village de bergers du désert de Judée.

Les pneus ont été trouvés dans les décharges de toute la Cisjordanie et Khamis s’est tourné vers des douzaines de boutiques de falafel pour demander aux propriétaires de conserver l’huile de friture de leurs boules de pois chiches au lieu de la jeter dans les canalisations.

« Pendant un moment, c’est tout le village qui sentait le falafel », dit l’homme de 51 ans en riant.

Mais à la fois mécontents et peu émus par la construction de ce qui est devenu « l’école en pneus », les Israéliens de l’implantation voisine de Kfar Adumim ont considéré cette nouvelle institution scolaire comme une tentative des Bédouins de s’enraciner à Khan al-Ahmar avec pour objectif d’élargir le village sur cette terre qui, espéraient-ils, accueillerait un jour un nouveau quartier de leur communauté juive.

« Après 15 ans de travail à Kfar Adumim, j’ai perdu mon autorisation une fois que l’école a été faite », dit Khamis.

« J’ai construit les infrastructures pour la plus grande partie des habitations de cette communauté, même pour Uri Ariel », ajoute-t-il en souriant, se référant au ministre de l’Agriculture issu du parti HaBayit HaYehudi qui s’est exprimé à de multiples reprises en faveur de l’éviction du clan Jahalin de Khan al-Ahmar.

Avec l’aide de l’ONG de droite Regavim, l’implantation de Kfar Adumim a déposé quatre requêtes devant la Haute cour de justice réclamant la mise en oeuvre des ordonnances de démolition qui concernent la tribu Jahalin.

Shlomo Lecker, à gauche, marche aux côtés d’Eid Abu Khamis dans le village de Khan al-Ahmar, à proximité de l’implantation de Kfar Adumim, le 7 février 2018 (Crédit : Jacob Magid/Times of Israel)

Les représentants légaux de l’implantation ont fait de l’école en pneus leur principal centre d’intérêt, soulignant qu’elle a été très clairement construite illégalement, avec des militants vêtus d’habits traditionnels bédouins afin de ne pas se faire attraper si les soldats israéliens venaient à passer.

Face à chacune de ces requêtes, l’avocat du clan Jahalin, Shlomo Lecker, a déposé des demandes pour reporter les démolitions. Elles ont toutes été acceptées par la Haute cour.

Mais tandis que l’ancien ministre de la Défense Moshe Yaalon ne s’offusquait guère des reports des ordonnances de démolition, son successeur Avigdor Liberman a pris ses fonctions avec un état d’esprit très différent.

Le président belliqueux du parti Yisrael Beytenu a immédiatement annoncé son intention de poursuivre les démolitions à Khan al-Ahmar ainsi qu’à Sussiya, un hameau du sud de Hébron qui accueille environ 300 Bédouins palestinien.

Au mois de janvier, l’Etat a diffusé une opinion mise à jour sur le sujet, appelant la Haute cour à accepter une solution alternative qui avait été esquissée au cours des dernières années.

Selon cette proposition de l’Etat, Khan al-Ahmar et son école en pneus doivent être entièrement démolis au début du mois de juin. En échange, la communauté bédouine sera transférée dans une nouvelle communauté entièrement financées aux abords d’Abu Dis, un faubourg de Jérusalem situé en Cisjordanie.

Une audience sur le sujet est prévue à la fin du mois d’avril et des sources du ministère de la Défense ont expliqué au Times of Israel s’attendre à ce que la Haute cour statue en faveur de cette proposition d’Etat, largement prônée par les habitants d’implantation, peu après.

Une fontaine aux abords de « l’école en pneus » du village de Khan al-Ahmar, aux abords de l’implantation de Kfar Adumim, le 7 février 2018 (Crédit : Jacob Magid/Times of Israel)

Dans sa décision favorable à Kfar Adumim, l’Etat a accepté les deux arguments centraux avancés par l’implantation – qu’il n’y a pas de conflit portant sur l’illégalité des structures du village bédouin et que le hameau est trop proche – à environ 20 mètres – de la Route 1, ce qui pose « un danger clair et concret » pour les habitants, ainsi qu’à la majorité des élèves qui se rendent quotidiennement à l’école de Khan al-Ahmar.

Les opposants à cette proposition gouvernementale ont souligné qu’avant l’existence de l’école, les enfants de la tribu Jahalin se rendaient tous les jours à Jéricho – un long parcours qui avait mené un grand nombre d’enfants scolarisés à abandonner leurs études.

Deux élèves avaient également été renversés alors qu’ils marchaient le long de ces autoroutes fréquentées pour faire le déplacement. Depuis l’établissement de l’école en pneus, en 2009, aucun accident mortel de ce type n’a été rapporté.

L’Etat a rejeté cet argument, maintenant que l’étroite proximité du village avec l’autoroute qui relie Jérusalem à la mer Morte présente un danger évident pour la population.

« S’ils s’inquiètent vraiment pour notre sécurité, alors nous bougerons à quelques centaines de mètres de plus de la route », s’exclame Khamis en haussant les épaules.

Mais la tribu Jahalin n’a pas le choix. L’Etat lui a dit, pour sa part, que ce serait Abu Dis ou rien.

Objets invisibles

Khamis affirme que le ministère de la Défense, qui a formulé la proposition alternative de logement pour les Bédouins, ne les a jamais consultés.

« S’ils l’avaient fait, nous leur aurions fait savoir que c’est quelque chose que nous n’accepterions jamais », dit-il.

Le quartier situé aux abord d’Abu Dis, une zone urbaine surpeuplée, serait très différent de l’atmosphère rurale à laquelle sont habitués les Bédouins.

Les terrains du quartier construit par l’Etat pour la tribu Jahalin après leur éviction de Khan al-Ahmar.

« Nous ne sommes pas des ingénieurs, des médecins et des enseignants. Nous ne faisons que du pâturage et il n’y a pas d’endroit là-bas pour le faire », explique Khamis.

Appelé par l’Etat « Jahalin-ouest », le quartier avait été construit à l’origine pour accueillir un village bédouin séparé du clan Abu Nuab, que le gouvernement avait tenté de transférer depuis le centre de la Cisjordanie il y a plusieurs années.

Toutefois, après la conclusion d’un accord avec les résidents et après que les ouvriers ont terminé d’aplanir les parcelles en préparation à leur déménagement, le clan Abu Nuab s’était retiré de l’accord lors d’une décision qui, selon les responsables de la Défense, avait pour origine les pressions exercées par l’Autorité palestinienne.

« Ils avaient menacé de les tuer s’ils acceptaient les offres de réinstallation israéliennes », avait indiqué un responsable du ministère de la Défense.

« Si cela n’a pas été assez bien pour le clan Abu Nuab, pourquoi le gouvernement peut-il penser que nous accepterons, nous, un tel accord ? », demande Khamis en évoquant la proposition israélienne.

« Non seulement l’Autorité palestinienne nous dit que nous ne pouvons pas déménager, mais les résidents d’Abu Dis ont menacé de nous poursuivre si nous le faisons », explique le chef de la tribu Jahalin.

Il ajoute qu’un certain nombre de Palestiniens dans ce faubourg de Jérusalem ont clamé être les propriétaires de ces terres et indiqué aux Bédouins qu’ils les traîneraient devant la Haute cour palestinienne s’ils devaient s’installer dans ce nouveau quartier.

« Nous ne sommes pas désirés là-bas », ajoute Khamis sans détours.

Des élèves derrière la clôture de « l’école en pneus » de Khan al-Ahmar, à proximité de l’implantation de Kfar Adumim, le 7 février 2018 (Crédit :Jacob Magid/Times of Israel)

En même temps, le gouvernement israélien a établi avec une grande clarté que les Bédouins ne sont pas désirés non plus à Khan al-Ahmar.

Le village n’a jamais été raccordé à l’électricité et, en 2015, une douzaine de panneaux solaires qui avaient été installés par des donateurs européens ont été confisqués par l’administration civile – l’instance du ministère de la Défense qui autorise les constructions en Cisjordanie.

« Ils sont même venus avec le renfort des forces de sécurité pour chercher, il y a deux, une benne à ordures dans le village », explique le représentant légal de la tribu Jahalin.

Et pourtant, Khamis ajoute que les Bédouins préfèrent encore rester sous le contrôle des Israéliens que sous celui de l’AP.

« La génération de mes parents a été heureuse quand Israël l’a emporté à la Cisjordanie en 1967. Ils avaient rendu visite à la famille dans le Negev avant la guerre et ils avaient vu comment elle avait été reliée à l’eau et à l’électricité », explique-t-il. « Cela n’avait jamais été le cas sous la gouvernance des Arabes ».

« Sur le dos des Bédouins »

La combinaison de la situation négligée du clan Jahalin et de l’implication de l’Etat d’Israël a valu de nombreuses sympathies à Khan al-Ahmar de la part des groupes des droits de l’Homme en Europe.

Mais même avec leur soutien, Khamis affirme que ces organisations sont toutefois parvenues à ignorer elles aussi les Bédouins.

« Quand vous entendez parler de tout l’argent que donne l’UE (Union européenne) aux Bédouins, les bras en tombent, mais ils tombent encore plus bas quand vous constatez qu’il n’y a aucun impact sur le terrain », dit le chef de la tribu Jahalin.

En plus des millions de dollars versés par les Etats-membres au niveau individuel, l’UE a fourni 24,67 millions de dollars en aide aux douzaines de communautés bédouines réparties à travers toute la Cisjordanie.

Khamis affirme que l’AP et les ONGs gardent l’argent et n’en remettent que très peu aux Bédouins eux-mêmes.

« Ils travaillent sur le dos des Bédouins », estime Khamis.

Un responsable de l’AP a rejeté cette accusation, disant que Ramallah « travaille étroitement et en coopération avec les représentants du clan Jahalin pour les aider à combattre le plan israélien de les évincer de leurs habitations et de leurs terres », ajoutant que l’Autorité palestinienne continuera à le faire.

Un militant israélien, qui a réclamé l’anonymat en raison de la sensibilité du sujet, a indiqué qu’une organisation en particulier était responsable de l’exploitation dénoncée par Khamis.

« Le NRC (Norwegian Refugee Council) fait beaucoup de publicité sur le travail ample qu’il prétend faire pour les Bédouins mais qui n’a aucun sens », a commencé ce militant.

« Ces gens viennent là avec leurs jeeps hors de prix et ils prennent des photos de leurs bénévoles en train d’aider les Bédouins. Puis ils s’en vont », a-t-il ajouté.

Khamis raconte pour sa part qu’il y a plusieurs années, un groupe européen est venu dans l’un des hameaux avoisinants de la tribu Jahalin avec la proposition de mettre en oeuvre un projet massif relatif à l’eau. « Ils nous ont dit qu’ils allaient obtenir des millions de dollars de l’Union européenne pour cette initiative ».

Une tente dans le village de Susya, le 19 juillet 2015 (Elhanan Miller / Times of Israel)

« Ils n’avaient aucune idée du fait que nous sommes déjà connectés à une canalisation d’eau et que le projet ne serait donc d’aucune utilité pour nous », dit Khamis, encore déconcerté par cet échange.

« Mais ils n’en avaient rien à faire et ils ont investi tout cet argent dans le projet. Puis ils sont venus et ils ont pris des photos de l’eau potable des Bédouins. Une vraie réussite ! », continue-t-il d’un ton sarcastique.

Tandis que Khan al-Ahmar n’a aucun problème à intéresser l’Union européenne, dont les activistes et les parlementaires viennent dans le village de manière hebdomadaire, la communauté est relativement peu connue de l’autre côté de l’Atlantique.

« Les Américains connaissent Sussiya, pas ici », précise Khamis, prétendant qu’il existe une guerre de clans entre militants européens et américains.

Les sénateurs démocrates ont, dans le passé, offert leur soutien aux campagnes organisées par le groupe de pression libéral J-Street contre la démolition des deux villages mais c’est Sussiya qui a toujours figuré sur le devant de la scène au cours de ces initiatives publiques.

L’ancien président américain Barack Obama aurait par ailleurs personnellement demandé à Netanyahu d’empêcher la démolition de Susya et le porte-parole de son département d’Etat avait émis publiquement une « recommandation forte » à Israël de ne pas détruire le village.

La pression exercée par les Etats-Unis aurait permis à Khan al-Ahmar et à Sussiya de ne pas disparaître mais la nouvelle administration de Washington a montré jusqu’à présent bien moins d’intérêt à l’idée d’intervenir dans les affaires intérieures de l’Etat juif.

Une minorité d’Israéliens désireuse « d’utiliser son nez »

Tandis que la démolition de Khan al-Ahmar devrait avoir lieu en leur nom, tous les habitants de Kfar Adumim ne désirent pas adopter le narratif avancé par leurs responsables sur le sujet.

Une douzaine d’habitants de l’implantation ont écrit à la Haute-cour bédouine une requête pour empêcher cette démolition et des douzaines de plus ont fait savoir qu’ils soutenaient la recherche, aux côtés des Bédouins, d’une solution alternative à la proposition de l’Etat pour la communauté Jahalin.

Dan Turner est à la tête du groupe d’opposants au projet parmi les résidents de Kfar Adumim et a rencontré la tribu Jahalin à Kfar al-Ahmar pour tenter de changer – pour le moins – le ton du dialogue dans ce dossier.

« Cela fait au moins vingt ans que j’habite à Kfar Adumim et je savais qu’il y avait des problèmes avec les Bédouins, mais je n’en savais pas vraiment plus », explique Turner, directeur de l’Institut pédiatrique de gastroentérologie et de nutrition au centre médical de Shaare Zedek.

Etablie en 1979, l’implantation de Kfar Adumim est une communauté formée de laïcs et de religieux qui accueille 400 familles et qui est un modèle de vie hétérogène dans le désert de Judée.

Les relations avec les voisins arabes, à un kilomètre et demi, sont une histoire légèrement différente.

« Un de mes amis m’a dit que Kfar Adumim luttait contre une école en boue et je n’ai pas voulu le croire », s’exclame-t-il.

Dan Turner, un habitant de Kfar Adumim (Autorisation)

Turner se rappelle avoir posté sur le groupe Facebook de l’implantation, l’année dernière, qu’il prévoyait de se rendre à Khan al-Ahmar pour y rencontrer les résidents. Tandis que certains lui avaient répondu négativement, « plus de 70 personnes sont venues lors de quatre réunions différentes avec la communauté Jahalin au cours du mois qui a suivi lorsqu’elles ont appris que ces gens n’étaient pas nos ennemis », raconte-t-il.

Montrant des photos aériennes de la zone en 1977, l’habitant de Kfar Adumim souligne que le clan Jahalin vivait à Khan al-Ahmar avant que l’implantation israélienne ne soit établie deux ans plus tard.

« Ils étaient là avant nous et tout à coup, ce sont des criminels », s’insurge Turner, se référant à l’achat des terres par les Bédouins qui a été déclaré nul après qu’Israël a saisi ces biens pour usage public.

« Nous sommes parvenus à lancer une discussion élargie au sein de notre communauté, même parmi les jeunes », dit-il avec fierté tout en reconnaissant que son groupe est encore une petite minorité dans l’implantation de 400 familles.

« Ce que je tente de dire aux gens dans ces conversations, c’est de penser avec leur nez, pas avec leur coeur. Tout le monde est un peu raciste au fond de son coeur mais si on utilise son nez, alors on peut dire ce c’est ce plan tout entier qui sent mauvais », explique-t-il.

Le médecin devenu militant clame que les groupes de pression de droite ont réussi à vendre l’argument selon lequel l’existence du clan Jahalin le long de la Route 1 poserait une « menace stratégique à Israël, juste après l’Iran sur la liste ».

« Quand j’entends ça, je ne sais pas si je dois rire ou pleurer », ajoute-t-il.

Mais le chef du conseil de la communauté de Kfar Adumim Danny Tirza partage pour sa part ce point de vue.

Le chef du conseil communautaire de Kfar Adumim s’exprime lors d’un débat de la conférence de l’INSS le 24 février 2015 (Capture d’écran :YouTube)

« Tandis que cela peut ne pas être la mission d’habitants spécifiques, c’est l’une des missions du mouvement pro-implantations que de défendre de tels points stratégiques en Judée et Samarie qui risqueraient le cas échéant d’être saisis par l’Autorité palestinienne », explique-t-il.

« Ces Bédouins ne sont pas arrivés là sans raison. L’école n’a pas été construite sans raison. Elle a été construite strictement pour des raisons politiques », insiste Tirza, qui souligne que la majorité des élèves de l’école ne sont pas originaires de Khan al-Ahmar.

Au même moment, le leader du conseil de Kfar Adumim affirme qu’il n’a rien contre le clan Jahalin. « Nous entretenons des relations avec eux ». Ils méritent d’avoir leur propre communauté, dit-il, maintenant que le plan proposé par l’Etat près d’Abus Dis est une solution adaptée.

« L’AP et l’UE les empêchent de passer des compromis mais nous avons une solution raisonnable pour eux », ajoute Tirza. « Ils ne peuvent pas dire publiquement qu’ils sont d’accord avec la proposition mais je pense qu’ils le sont ».

Interrogé sur l’image plus large que pourrait donner l’expulsion de Bédouins défavorisés de leurs terres au profit d’une implantation israélienne bien plus importante et bien plus riche, le maire de Kfar Adumim déclare que sa mission n’est pas d’entrer dans une bataille de relations publiques.

« Notre travail est de protéger ces zones stratégiques en nous assurant simplement que l’Etat s’en tiendra aux ordres de démolition qu’il a lui-même décidés », estime Tirza.

Mais Turner ne partage absolument pas ce point de vue.

« Où est-ce que ça s’arrête ? Devons-nous, nous les habitants, dresser des postes de guet autour de la communauté pour garder ce secteur ? », interroge-t-il de manière rhétorique.

« Rien, dans les régulations communautaires, ne dit que nous avons pour tâche de protéger les terres et les routes. C’est là le rôle de l’Etat, pas celui de la population », ajoute Turner.

Cet habitant de Kfar Adumim affirme être convaincu qu’une majorité de personnes dans sa communauté seraient d’accord avec lui si elles avaient accès dans le détail à tout ce qu’il s’est passé à seulement deux kilomètres de distance.

Tout en reconnaissant que les 70 habitants de Kfar Adumim qui l’avaient accompagné pour visiter Khan al-Ahmar ne veulent pas tous que la tribu Jahalin reste pour de bon, tous ont néanmoins convenu d’une chose – « que le gouvernement doit traiter les Bédouins avec les mêmes normes que celles appliquées aux Juifs ».

« Tout ce que nous demandons, c’est que le gouvernement parle aux résidents de manière à ce qu’il y ait au moins une évacuation consentie », dit-il.

Des élèves du village bédouin de Khan al-Ahmar, en Cisjordanie. Illustration. (Crédit : capture d’écran YouTube)

Turner compare cette proposition d’Abu Dis au déplacement d’un groupe d’Israéliens laïcs à Bnei Brak. « Ils sont Juifs, donc mettez-les avec des Juifs », s’exclame-t-il, se moquant de la logique de l’Etat qui place les Bédouins à un endroit où ils ne sont pas désirés.

Concernant Khamis, le chef de la communauté Jahalin propose ce qu’il considère comme une solution simple à la démolition imminente de Khan al-Ahmar. « Pourquoi ne peut-il pas y avoir un quartier bédouin à Kfar Adumim ? »

« Il y a des quartiers arabes dans les villes de tout Israël. Pourquoi est-ce qu’ici, ça devrait être différent ? », demande-t-il avec franchise, tout en oubliant de mentionner qu’aucun exemple de ce type n’existe au-delà de la Ligne verte.

Cette question rencontre un silence inconfortable, auquel Khamis s’est certainement d’ores et déjà habitué au cours de son combat pour sauver son village.

Pour le moment, le chef bédouin ne pourra rien faire d’autre qu’attendre en espérant que cette fois, peut-être, sa voix sera entendue.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...