Norkin : Le raid US contre la milice irakienne de l’Iran est un « tournant »
Rechercher

Norkin : Le raid US contre la milice irakienne de l’Iran est un « tournant »

Le major général israélien salue la suprématie aérienne de Tsahal face aux batteries S-300 syriennes qui permet à Israël de lutter contre le retranchement iranien dans la région

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le chef de l'armée de l'air israélienne, le général de division Amikam Norkin, s'exprime lors de la conférence de l'aviation israélienne à Airport City,le 2 mai 2018. (Crédit : Tomer Neuberg/FLASH90)
Le chef de l'armée de l'air israélienne, le général de division Amikam Norkin, s'exprime lors de la conférence de l'aviation israélienne à Airport City,le 2 mai 2018. (Crédit : Tomer Neuberg/FLASH90)

Le chef de l’armée de l’air israélienne, Amikam Norkin, a décrit mardi les frappes des Etats-Unis sur une milice irakienne soutenue par l’Iran comme un « tournant potentiel » dans la campagne contre Téhéran.

Dimanche, les Etats-Unis ont mené une série de frappes aériennes contre les Kataeb Hezbollah soutenus par l’Iran dans l’ouest de l’Irak et l’est de la Syrie, tuant au moins 25 membres de la milice, en réponse à une attaque à la roquette deux jours auparavant sur un complexe militaire irakien qui a tué un entrepreneur américain et blessé plusieurs soldats américains et irakiens. Le président américain Donald Trump a indiqué mardi que les États-Unis tenaient l’Iran directement responsable de l’attaque à la roquette de vendredi dernier.

Les responsables israéliens ont récemment déploré que l’État juif était seul dans la lutte contre l’Iran au Moyen Orient.

« La frappe américaine d’il y a deux jours en Irak est un tournant potentiel », a déclaré M. Norkin, lors d’une conférence organisée par le journal financier Calcalist.

Des combattants chiites irakiens des brigades du Hezbollah soutenues par l’Iran défilent lors d’un défilé militaire à Bagdad le 31 mai 2019. (Photo AHMAD AL-RUBAYE / AFP)

Le chef de l’armée de l’air israélienne n’a pas précisé comment il pensait que les Etats-Unis pourraient continuer à agir contre l’Iran dans la région.

Dans son discours, Norkin a vanté la supériorité aérienne de l’armée israélienne comme un élément essentiel de la stratégie de sécurité nationale du pays, en particulier dans l’état actuel des choses, que les responsables israéliens qualifient de « guerre entre les guerres », lorsque l’armée israélienne mène des opérations régulières contre ses ennemis sans pour autant s’élever au niveau d’un conflit total.

« La supériorité aérienne est la clé de la stabilité régionale », a dit Norkin. « Grâce à notre supériorité aérienne, nous sommes capables de faire rayonner notre force ».

Il a noté que l’Armée de l’air, bien qu’elle soit dominante dans la région, est toujours confrontée à des défis considérables.

« Ma mission, quand je me réveille le matin, est de préserver la liberté d’opération de la force aérienne, la liberté de Tsahal d’opérer dans différentes arènes – et cela devient de plus en plus difficile », a-t-il déclaré.

Les photos satellites publiées par ImageSat International semblent montrer les quatre lanceurs de missiles du système de défense aérienne S-300 en position levée dans la ville de Masyaf, au nord-ouest de la Syrie, le 30 juin 2019. (ImageSat International)

« Dans le nord, nous faisons face à l’un des réseaux de missiles sol-air les plus denses au monde : SA-2, SA-6, SA-8, SA-17 et, l’année dernière, également S-300 et S-400 », a déclaré M. Norkin, faisant référence à une série de batteries de défense aérienne de fabrication russe.

En mentionnant le S-300, un puissant système de défense aérienne que la Russie a fourni à la Syrie l’année dernière, le commandant de l’armée de l’air a semblé confirmer que l’arme anti-aérienne était opérationnelle, comme on le soupçonne depuis longtemps.

« En aucun autre endroit du monde, une force aérienne ne fait face à ce genre de menaces », a précisé M. Norkin.

Il a ajouté qu’il avait beaucoup travaillé avec l’armée russe, qui opère en Syrie pour soutenir le dictateur Bashar el-Assad, afin de préserver la liberté d’action d’Israël dans ce pays. Selon les responsables israéliens, l’armée israélienne a mené des centaines, voire des milliers de frappes aériennes en Syrie contre des cibles liées à l’Iran, alors que Téhéran cherche à établir une présence militaire significative dans le pays, ce qu’Israël a juré d’empêcher.

« Grâce à notre guerre entre les guerres, nous sommes en mesure de frapper les armes qui tentent d’être introduites dans la région, les armes qui modifient l’équilibre, les systèmes qui nous menacent. Nous frappons des caisses à l’aéroport, des cargaisons », a-t-il dit.

Un tunnel du Jihad islamique palestinien détruit, menant de Gaza en Israël, près du kibboutz de Kissufim, dans le sud d’Israël. (Jack Guez/AFP/POOL)

Norkin a déclaré qu’au cours des dernières années, l’Armée de l’air israélienne a également développé des armes et des techniques qui lui permettent de bombarder les tunnels d’attaque creusés par les groupes terroristes de la bande de Gaza dans le sud d’Israël, dont au moins un à une profondeur de 25 mètres.

« Nous réussissons à détruire des installations souterraines », a indiqué M. Norkin.

« La plupart des tunnels qui ont été creusés de Gaza vers Israël ont été frappés depuis les airs, ce qui n’était pas dans notre capacité les années précédentes », a-t-il précisé.

M. Norkin a salué les liens de l’Armée de l’air avec les armées étrangères, qui, selon lui, renforcent ses propres opérations et ont également des effets positifs dans les domaines de la diplomatie et de l’économie, car ils améliorent la position d’Israël dans le monde.

« Nous travaillons en réseau. Nous avons la possibilité d’opérer dans l’espace aérien de Chypre, de nous entraîner en Grèce, de nous entraîner avec d’autres pays, dont certains du golfe Persique », a expliqué M. Norkin, ce qui constitue une rare confirmation de la coopération militaire avec les pays arabes.

Au cours de son discours, le chef de l’armée de l’air a souligné les liens profonds entre les forces aériennes israélienne et américaine. Il a montré une photographie prise en vol lors d’une récente visite du chef de l’armée de l’air américaine, le général David L. Goldfein, du contingent américain volant avec Norkin à l’intérieur d’un avion de chasse F-15 israélien au-dessus de Jérusalem.

Le commandant de l’Armée de l’air israélienne a déclaré que sa branche aurait besoin d’un afflux important d’argent pour moderniser ses aéronefs.

« La prochaine décennie sera celle du renforcement des forces. Nous devrons remplacer notre flotte d’avions de ravitaillement. Nous remplacerons notre flotte d’hélicoptères Yasur. Nous allons acheter des avions de chasse supplémentaires. Nous allons développer de nouvelles armes. Cela nous permettra de préserver notre supériorité aérienne au cours de la prochaine décennie », a conclu M. Norkin.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...