Nouveau parti : un YouTubeur invite les Israéliens à voter pour « B**SER »
Rechercher

Nouveau parti : un YouTubeur invite les Israéliens à voter pour « B**SER »

Semeon Grafman profite de sa notoriété sur le net pour s'en prendre à la Knesset dans des vidéos

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Semion Grafman au Comité central des élections, le 20 février 2019. (Photo personnelle).
Semion Grafman au Comité central des élections, le 20 février 2019. (Photo personnelle).

Alors que le Comité central des élections a ouvert ses portes mercredi pour que les partis puissent enregistrer leurs listes à l’approche des élections d’avril, tous les yeux sont braqués sur les 13 grands partis qui se battent pour les 120 sièges à la Knesset, avec plusieurs accords pour des alliances de dernière minute qui sont encore en discussions.

Mais avec plus de 60 partis qui ont pris les documents pour s’inscrire (24 partis se sont présentés à la dernière élection), ce sont les entités plus petites, moins connues qui ont fourni le plus de spectacle pour le premier des deux jours au cours desquels les partis peuvent présenter leurs listes de candidats.

Si le parti d’un seul homme appelé « Protéger nos enfants – arrêter de les nourrir avec du porno » avait monopolisé l’attention en 2015 comme le parti politique le moins attendu à se présenter aux élections de cette année-là, en 2019, c’est le parti « Baiser » qui a volé toute la vedette mercredi.

Officiellement, le parti de l’ancienne vedette de YouTube Semeon Grafman est appelé “Betach – Bitachon Chevrati,”, signifiant « Sécurité sociale ». Pourtant, en présentant sa liste de 12 candidats au président du Comité central des Elections, le juge de la Cour suprême Hanan Melcer, l’homme excentrique de 44 ans a dit qu’il voulait que son parti soit connu pour quelque chose d’autre.

Des représentants du Comité central des élections, le 20 février 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

En déposant une requette pour que le parti soit représenté sur les bulletins de vote par les lettres hébraïques פק, lire phonétiquement « fk », Grafman a dit au juge, « C’est ‘Fuck’ (baiser en français), cela sonne mieux en anglais ».

S’exprimant auprès du Times of Israël après avoir présenté sa liste, Grafman a dit, « non seulement je pense que nous serons élus à la Knesset, mais je le sais ».

En réalité, Grafman a même des objectifs plus ambitieux. « Je voudrais rejoindre la coalition et être ministre. Je pense que je ferai un excellent ministre des questions sociales », a-t-il déclaré

Grafman est connu pour sa chaîne YouTube avec plus de 30 000 abonnés et près de 5 millions de vues. Il y télécharge des vidéos de lui-même qui critique l’état des services publics et la politique en Israël. A la lumière de son succès, le programme de la Treizième chaîne « HaTzinor” a eu recours à lui en tant qu’invité régulier et présentateur de quelques rubriques comiques.

Avant son succès sur internet, il a été arrêté en 2009 aux Etats-Unis pour une suspicion de fraude et de blanchiment d’argent. Il a finalement purgé une peine d’un an et demi dans une prison fédérale avant de revenir en Israël en 2015, quand il a commencé sa chaîne YouTube.

Interrogé quant à savoir où il placerait son parti dans le paysage politique, Grafman a dit, « je siégerai dans une coalition avec Gantz ou Netanyahu s’ils acceptent nos demandes ». Et quelles sont ces demandes ? « Nous voulons tout changer », a déclaré Grafman, sans élaborer.

« Nous ferons de notre mieux, et sinon, on s’en fout », a-t-il dit dans ce qui pourrait bien être un slogan de campagne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...