Rechercher

Nouvelle tournée de l’émissaire US au Yémen pour tenter de mettre fin au conflit

L'offensive des rebelles "exacerbe la crise humanitaire, tue des civils et va à l'encontre du consensus international sur le besoin urgent d'une résolution pacifique du conflit"

Tim Lenderking (Crédit : capture d'écran YouTube)
Tim Lenderking (Crédit : capture d'écran YouTube)

L’émissaire des Etats-Unis pour le Yémen a lancé une nouvelle tentative de mettre fin à la guerre dans ce pays avec une tournée régionale qui le mènera notamment en Arabie saoudite, accusée d’avoir tout fait pour saborder une enquête sur les violations des droits humains pendant le conflit.

Tim Lenderking est arrivé vendredi en Jordanie et se rendra en Arabie, aux Emirats arabes unis et à Oman, a indiqué le département d’Etat américain.

L’émissaire va tenter de trouver « une aide immédiate » pour les Yéménites lors de discussions sur les combats autour de la ville de Marib entre les troupes progouvernementales soutenues par une coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite, et les rebelles Houthis alliés à l’Iran.

L’offensive des rebelles « exacerbe la crise humanitaire, tue des civils et va à l’encontre du consensus international sur le besoin urgent d’une résolution pacifique du conflit », selon le département d’Etat.

Jeudi, le Conseil des droits de l’homme de l’ONU a refusé de prolonger le mandat des experts chargés d’enquêter sur les violations des droits humains au Yémen après ce que des militants ont décrit comme une intense campagne de lobbying de l’Arabie saoudite.

Les Etats-Unis ont dit qu’ils avaient soutenu « avec force le renouvellement du mandat ».

« Nous restons profondément préoccupés par les informations crédibles sur les violations des droits humains et des abus commis au Yémen par toutes les parties au conflit, comme le recrutement ou l’utilisation illégale d’enfants soldats, la torture, les violences sexuelles et l’utilisation de la famine comme arme de guerre », a déclaré un porte-parole du département d’Etat.

Des militants ont critiqué l’approche du président américain Joe Biden vis-à-vis de l’Arabie, la jugeant inefficace au moment où le conseiller à la sécurité nationale du démocrate, Jake Sullivan, est allé rencontrer le puissant prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane.

Près de 80 % de la population yéménite compte sur l’aide humanitaire pour survivre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...