O’Brien : Il faut de nouveaux dirigeants palestiniens
Rechercher

O’Brien : Il faut de nouveaux dirigeants palestiniens

Le conseiller de Trump dénonce la "mentalité de lutte révolutionnaire marxiste-léniniste" des dirigeants palestiniens

Robert O'Brien, conseiller à la sécurité nationale des États-Unis, à la résidence du Premier ministre à Jérusalem, le 30 août 2020. (Debbie Hill/Pool/AFP)
Robert O'Brien, conseiller à la sécurité nationale des États-Unis, à la résidence du Premier ministre à Jérusalem, le 30 août 2020. (Debbie Hill/Pool/AFP)

Le conseiller américain à la sécurité nationale, Robert O’Brien, a déclaré que l’administration Trump s’est engagée à trouver une solution à deux États au conflit israélo-palestinien.

« Nous voulons voir les Palestiniens dans leur propre Etat avec leur propre gouvernement, un gouvernement démocratique, espérons-le, et un gouvernement qui prospère économiquement aux côtés d’Israël », a déclaré O’Brien au présentateur de radio conservateur Hugh Hewitt dans une interview diffusée jeudi.

Il a déclaré que les Palestiniens avaient une « occasion unique » de parvenir à un accord de paix avec Israël sous la direction du président américain Donald Trump et qu’il « aimerait faire beaucoup de choses » pour eux.

« C’est une occasion pour les Palestiniens de venir à la table des négociations et d’obtenir beaucoup pour eux-mêmes », a-t-il déclaré.

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas s’exprime dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 3 septembre 2020. (Alaa Badarneh/Pool/AFP)

O’Brien s’exprimait après s’être rendu en Israël et aux Émirats arabes unis cette semaine pour mettre en oeuvre l’accord conclu entre les deux pays sous l’égide des États-Unis en vue de normaliser les relations diplomatiques.

Dans le cadre de cet accord de normalisation, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a accepté de renoncer à sa promesse électorale d’annexer les 30 % de la Cisjordanie prévus pour Israël dans le cadre du plan de paix de Trump.

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a rejeté la proposition de paix des États-Unis, qui prévoit la création conditionnelle d’un État palestinien sur le reste du territoire de la Cisjordanie et dans la bande de Gaza, avec quelques territoires supplémentaires à l’intérieur d’Israël. Il a également critiqué les EAU pour avoir accepté la normalisation avec Israël avant la création d’un État palestinien.

« Le problème est que certains de ces anciens dirigeants sont liés à l’ancienne OLP, vous savez, la mentalité marxiste-léniniste de lutte révolutionnaire des années 1950 et 1960 », a déclaré O’Brien à propos d’Abbas et d’autres dirigeants palestiniens.

Il a ajouté : « Il nous faut une nouvelle génération de dirigeants palestiniens, des Palestiniens plus jeunes qui veulent un grand avenir pour eux-mêmes aux côtés de leurs autres frères arabes et de leurs voisins israéliens, et cela pourrait être un avenir tout simplement fantastique pour les Palestiniens. »

Dans le sillage de l’accord des EAU, O’Brien a déclaré qu’il pensait que d’autres pays musulmans n’ayant pas de liens avec Israël pourraient accepter de normaliser leurs relations dans les mois ou les années à venir, ce qui saperait les efforts de boycott de l’État juif.

« Je pense que cela va anéantir les efforts des vrais radicaux qui veulent délégitimer l’Etat d’Israël et dire aux Juifs qu’ils ne sont pas autorisés à retourner dans leur ancienne patrie », a-t-il dit.

Jared Kushner (centre gauche), conseiller principal à la Maison Blanche, et Robert O’Brien (centre droite), conseiller américain à la sécurité nationale, débarquent d’un avion d’El Al transportant une délégation américano-israélienne après avoir atterri à Abu Dhabi, le 31 août 2020. (Karim Sahib/AFP)

O’Brien faisait ces déclarations alors qu’Abbas réitérait son opposition au plan de paix Trump lors d’une réunion virtuelle à laquelle participaient les dirigeants des groupes terroristes Hamas et Jihad islamique.

S’exprimant jeudi à Ramallah, Abbas a fustigé la décision des EAU de normaliser avec Israël comme « un poignard empoisonné ». Il a appelé à une réunion d’urgence des ministres arabes des Affaires étrangères pour condamner cette décision.

Une telle réunion semble toutefois peu probable, certains pays arabes ayant salué l’accord.

« Nous sommes le seul représentant légitime du peuple palestinien. Nous sommes ceux qui parlent au nom des Palestiniens… Soit vous nous aidez, soit vous restez à l’écart », a déclaré Abbas.

Il a également affirmé que c’est l’AP qui a contrecarré le plan déclaré de Netanyahu d’annexer les terres de Cisjordanie.

« C’est nous qui avons stoppé l’annexion à ce point », a-t-il dit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...