OCDE: L’électricité au gaz compromettra l’objectif d’une empreinte carbone nulle
Rechercher

OCDE: L’électricité au gaz compromettra l’objectif d’une empreinte carbone nulle

Alors que les ministères de l'Environnement et de l'Énergie veulent passer aux énergies renouvelables, l'OCDE dit que l'énergie solaire est moins chère et plus propre que le gaz

Cette photo du 7 octobre 2015 montre une vue générale de la centrale électrique d'Eshkol, la première en Israël à produire de l'électricité à partir de gaz naturel, dans la ville côtière d'Ashdod. (AP Photo/Tsafrir Abayov, File)
Cette photo du 7 octobre 2015 montre une vue générale de la centrale électrique d'Eshkol, la première en Israël à produire de l'électricité à partir de gaz naturel, dans la ville côtière d'Ashdod. (AP Photo/Tsafrir Abayov, File)

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a soutenu l’affirmation du ministère de la Protection de l’environnement israélien selon laquelle l’utilisation du gaz naturel plutôt que des énergies renouvelables comme principale source d’électricité en Israël dans les années à venir mettra en péril les efforts visant à ramener l’empreinte carbone du pays à zéro dans la seconde moitié du siècle.

Dans un dossier destiné aux décideurs politiques, la Direction de l’environnement de l’OCDE a écrit : « Les émissions de dioxyde de carbone en particulier doivent tomber à zéro sur une base nette dans la seconde moitié de ce siècle, si Israël doit faire sa juste part dans les efforts internationaux pour réduire les risques de changement climatique. »

« L’utilisation des ressources de gaz naturel récemment découvertes en Israël peut réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) (par rapport au charbon), mais la création d’un système électrique basé principalement sur le gaz naturel compromettra les objectifs de décarbonisation en profondeur en raison du blocage des infrastructures à forte intensité de carbone et ne résoudra pas entièrement les problèmes de pollution atmosphérique. »

« L’énergie solaire photovoltaïque (PV), en revanche, est moins chère que le gaz et son utilisation permettrait de réduire la pollution de l’air et d’améliorer la santé, de créer des emplois ainsi que de fournir d’autres avantages. »

Vue aérienne de panneaux solaires à proximité de la ville d’Eilat, dans le sud du pays. (Crédit : Moshe Shai/FLASH90)

« La tarification des combustibles fossiles en fonction de leur teneur en carbone – et d’autres dommages externes résultant de l’extraction et de l’utilisation – découragera l’utilisation du gaz naturel. »

« En attendant, Israël peut intensifier le développement de l’électricité renouvelable en supprimant les obstacles administratifs, en améliorant le réseau de transmission et en promouvant l’efficacité énergétique pour réduire la pression future sur le réseau. »

La Direction de l’environnement de l’OCDE a aidé le ministère de la Protection de l’environnement à élaborer une feuille de route pour la réduction des gaz à effet de serre dans les secteurs de l’électricité, du logement et des transports et à mettre au point une stratégie pour faire face au changement climatique et à ses conséquences économiques, environnementales et sociales.

La ministre de l’Environnement, Gila Gamliel, et le ministre de l’Energie, Yuval Steinitz, sont en profond désaccord sur les objectifs en matière d’énergies renouvelables. Le différend a éclaté au grand jour au début du mois lors d’un débat en commission de la Knesset.

Le ministère de l’Environnement souhaite qu’au moins 40 % de l’électricité soit produite par des énergies renouvelables d’ici 2030, tandis que le ministère de l’Énergie s’en tient à 30 %, dont 70 % seront fournis par le gaz naturel, affirmant qu’en atteignant 30 %, Israël deviendra un leader mondial de l’énergie solaire.

Des travailleurs vus sur la plateforme de traitement du gaz naturel de Tamar, à 23 km au large de la côte sud d’Ashkelon, le 11 octobre 2013. (Moshe Shai/Flash90)

Le ministère de l’Energie continue de promouvoir l’exploration des combustibles fossiles en Méditerranée et la construction de nouvelles centrales électriques au gaz, dont deux sont déjà en service, malgré l’opposition du ministère de l’Environnement à la construction de nouvelles centrales de ce type. Ce dernier a averti qu’il faut environ sept ans pour construire une centrale électrique qui sera encore opérationnelle en 2050, date à laquelle de nombreux pays développés disposeront déjà d’une électricité basée à 100 % sur les énergies renouvelables.

Les deux ministères divergent sur la question de savoir dans quelle mesure le stockage de l’énergie solaire – une invention relativement récente – est suffisamment disponible. Le stockage de secours est un outil essentiel pour garantir que l’électricité continue à circuler lorsque le soleil ne brille pas. Ils ne sont pas non plus d’accord sur la quantité de terrain libre qui sera nécessaire pour une infrastructure d’énergie solaire étendue.

Le rapport de l’OCDE recommande que le gouvernement utilise un « prisme de bien-être » comme outil pour l’aider à décider des compromis nécessaires entre la réduction des gaz à effet de serre et la protection de la biodiversité, et la garantie que les Israéliens ont des revenus, des emplois, des logements abordables, une énergie fiable, une bonne qualité de l’air, un niveau élevé de santé et une bonne qualité de vie urbaine.

Des Israéliens portant des masques dans un bus à Jérusalem, le 17 mars 2020. (Yossi Zamir/Flash90)

En matière de logement, le rapport préconise la construction durable, l’extension des codes de construction « verts » et l’introduction de limites d’émissions, le financement d’éco-quartiers spéciaux et des mesures visant à rendre les villes plus compactes mais plus vivables, avec des espaces verts, des systèmes d’eau et de déchets efficaces et des possibilités de transport fréquentes.

En matière de transport, le document appelle à la création d’une « hiérarchie des utilisateurs », où les moyens de transport à faible émission de carbone et à faible encombrement sont privilégiés par rapport aux voitures particulières et où l’accent est davantage mis sur les transports publics et les vélos.

Ceux qui utilisent des voitures particulières et d’autres formes de transport moins recommandables devraient être dissuadés par des outils tels que les amendes de stationnement et les péages urbains, a-t-il ajouté.

Entre autres recommandations, le rapport a également appelé à la suppression progressive des avantages fiscaux pour la consommation de diesel et à la mise à jour régulière de la taxe d’achat de voiture pour favoriser les modèles à faible teneur en carbone.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...