Odeh défend la rue Arafat d’un village arabe israélien
Rechercher

Odeh défend la rue Arafat d’un village arabe israélien

Le député arabe affirme qu’il existe un double standard et que le dirigeant palestinien décédé est un “symbole”

Ayman Odeh, président de la Liste arabe unie, pose une question au Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant une session de question parlementaire à la Knesset, le 18 juillet 2016. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Ayman Odeh, président de la Liste arabe unie, pose une question au Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant une session de question parlementaire à la Knesset, le 18 juillet 2016. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Un important politicien arabe israélien a défendu lundi le baptême d’une rue d’un village arabe du nord d’Israël du nom de Yasser Arafat. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait ordonné que le panneau portant le nom de la rue soit supprimé.

La petite ville arabe israélienne de Jatt avait récemment inauguré une rue Yasser Arafat pour honorer le dirigeant historique des Palestiniens, président de l’Organisation de libération de la Palestine, et héros pour les Palestiniens et beaucoup d’Arabes israéliens, mais qui est détesté par beaucoup d’Israéliens juifs.

Dimanche, le conseil municipal de la ville a décidé de supprimer « tous les noms de rue controversés », notamment celui concernant Arafat, selon la Dixième chaîne.

Ayman Odeh, qui dirige la Liste arabe unie de la Knesset, a déclaré qu’Arafat était « un symbole ».

De gauche à droite, le dirigeant palestinien Yasser Arafat, le ministre des Affaires étrangères Shimon Peres et le Premier ministre Yitzhak Rabin, les trois lauréats du Prix Nobel de la Paix 1994, à Oslo. (Crédit : GPO via Getty Images)
De gauche à droite, le dirigeant palestinien Yasser Arafat, le ministre des Affaires étrangères Shimon Peres et le Premier ministre Yitzhak Rabin, les trois lauréats du Prix Nobel de la Paix 1994, à Oslo. (Crédit : GPO via Getty Images)

« Il est le dirigeant d’un mouvement de libération nationale et a choisi la paix et les négociations, et il a gagné le prix Nobel de la paix », a déclaré Odeh à des journalistes.

« Vous avez totalement le droit de dire ‘je suis totalement opposé à cet homme’ », a-t-il ajouté, mais il a souligné que les rues des quartiers juifs portaient parfois le nom de politiciens d’extrême-droite et même d’assaillants.

« Je ne peux pas accepter que cela soit ok, mais que ce ne soit pas le cas d’une rue Yasser Arafat. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...