Israël en guerre - Jour 148

Rechercher

Oscars : Des artistes juifs dénoncent l’exclusion des Juifs des critères de diversité

Michael Rappaport, David Schwimmer et Debra Messing font partie des 250 signataires réclamant l'inclusion des juifs dans les groupes "sous-représentés" définis par l'Académie

Harrison Ford présentant le prix du meilleur film aux Oscars, au Dolby Theatre de Los Angeles, le 12 mars 2023. (Crédit : Chris Pizzello/AP)
Harrison Ford présentant le prix du meilleur film aux Oscars, au Dolby Theatre de Los Angeles, le 12 mars 2023. (Crédit : Chris Pizzello/AP)

Plus de 250 célébrités et artistes juifs ont signé mardi une lettre ouverte à l’Academy of Motion Picture Arts and Sciences (Ampas), dans laquelle ils critiquent l’organisation qui a exclu les juifs de ses efforts destinés à mettre en avant la diversité et l’inclusion des communautés sous-représentées.

« L’exclusion des Juifs parmi les groupes sous-représentés éligibles selon les critères de représentation et d’inclusion de la Motion Picture Academy constitue une discrimination à l’encontre d’une classe protégée en invalidant leur identité historique et génétique », indique la lettre, dont le New York Times s’est fait l’écho mardi.

« Il faut y remédier immédiatement en intégrant les juifs dans ces normes », lit-on dans la lettre, en référence aux vastes réformes d’éligibilité présentées par l’Académie fin 2020 pour ajouter une composante de diversité aux Oscars, en particulier dans la catégorie du « meilleur film ».

Parmi les signataires de la lettre figurent l’acteur et comédien Michael Rappaport, qui a fait une visite très médiatisée en Israël le mois dernier et continue de défendre Israël en ligne, David Schwimmer de Friends, l’acteur-producteur Josh Gad, l’actrice Debra Messing, la comédienne et actrice Iliza Schlesinger, ainsi que la célèbre scénariste et productrice de télévision Marta Kauffman, co-créatrice de Friends.

Les réformes, destinées à encourager la diversité et la représentation équitable à l’écran et en dehors, sont entrées en vigueur ce mois-ci et concernent le sexe, l’orientation sexuelle, le handicap, la race et l’origine ethnique.

Pour qu’un film soit éligible au prix du meilleur film, au moins l’un des acteurs principaux ou un rôle secondaire important doit provenir d’un groupe racial ou ethnique sous-représenté. Le terme « juif » ne figurait pas parmi les groupes sous-représentés sur la liste de l’Académie, bien qu’une catégorie « autre race ou ethnie sous-représentée » y figure.

Debra Messing s’adressant à un rassemblement pro-Israël, à Washington le 14 novembre 2023. (Crédit : Capture d’écran YouTube)

L’académie du cinéma a également établi quatre grandes catégories de représentation pour l’inclusion générale : à l’écran, au sein de l’équipe, au studio et dans les opportunités de formation et d’avancement dans d’autres aspects du développement et de la sortie du film.

La lettre, rédigée par la section hollywoodienne du groupe Jew in the City, une organisation à but non lucratif qui milite en faveur d’une représentation correcte des Juifs dans les médias, indique que « l’absence de Juifs dans les groupes ‘sous-représentés’ implique que les Juifs sont surreprésentés dans les films, ce qui est tout simplement faux ».

Il a également souligné que le judaïsme n’est pas seulement une religion, mais aussi une ethnie.

Michael Rapaport sur un écran s’exprimant lors d’un rassemblement sur la Place des Otages, à Tel Aviv, le 16 décembre 2023. (Crédit : Capture d’écran de la vidéo X ; utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur les droits d’auteur)

« Bien que nous applaudissions les efforts de l’Académie visant à promouvoir la diversité et l’authenticité des récits, un effort d’inclusion qui exclut les Juifs est à la fois imprégné d’antisémitisme et mal compris », peut-on lire dans la lettre. « Il efface la notion de peuple juif et perpétue les mythes selon lesquels les juifs sont blancs, puissants et que le racisme à l’encontre des juifs n’est pas un problème majeur ou qu’il appartient au passé ».

La lettre aborde également la vague actuelle d’antisémitisme qui déferle sur les États-Unis, notant que les incidents antisémites ont augmenté de près de 400 % depuis le 7 octobre, date à laquelle des milliers de terroristes dirigés par le Hamas ont envahi le sud d’Israël depuis la bande de Gaza, tuant près de 1 200 personnes, pour la plupart des civils, et prenant 240 otages, au cours d’actes de barbarie qui ont été largement documentés. 132 des otages seraient encore aux mains de différents groupes terroristes à Gaza.

Depuis lors, les actes antisémites dans le monde ont considérablement augmenté, selon des chercheurs de l’organisation des Nations unies (ONU) et de l’Anti-Defamation League (ADL).

La lettre cite en outre le rapport du FBI de 2022 sur les crimes de haine, qui montre que les crimes de haine antisémites aux États-Unis avaient atteint un niveau sans précédent avant même le déclenchement de la guerre entre Israël et le Hamas.

« Les propos au vitriol en ligne ont également porté la haine des juifs à un nouveau niveau. Le fait de ne pas s’adresser de manière adéquate aux allégations du pouvoir des juifs a servi d’excuse pour abuser des juifs pendant des siècles, notamment pendant l’Inquisition en Espagne et dans l’Allemagne des années 30 », peut-on lire dans la lettre. « Aux États-Unis, le racisme systémique à l’encontre des Juifs s’est traduit par la ségrégation, le redlining, les quotas et le gatekeeping, et a été la motivation des fondateurs d’Hollywood pour créer une industrie où l’antisémitisme ne les atteindrait pas ».

« Il incombe au monde du spectacle de contribuer aux efforts déployés en présentant des portraits authentiques et humains des Juifs, afin de renforcer la compréhension et l’empathie des téléspectateurs en ces temps dangereux », poursuit la lettre.

Allison Josephs, fondatrice et directrice exécutive de Jew in the City, a déclaré au New York Times que la lettre était « en préparation » depuis l’été 2022, lorsque les nouvelles normes de l’académie ont été discutées.

« J’ai l’impression que c’est une très grosse erreur de ne pas reconnaître que nous sommes peut-être le groupe le plus persécuté de tous les temps », a-t-elle déclaré au Times.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.