Israël en guerre - Jour 197

Rechercher

Paris et Madrid condamnent les projets israéliens d’expansion des implantations

Paris "appelle le gouvernement israélien à revenir immédiatement sur cette décision inacceptable, illégale et irresponsable"

Un chantier de construction dans l'implantation de Maale Adumim, en Cisjordanie, le 29 février 2024. (Crédit : Menahem Kahana / AFP)
Un chantier de construction dans l'implantation de Maale Adumim, en Cisjordanie, le 29 février 2024. (Crédit : Menahem Kahana / AFP)

Paris et Madrid ont condamné vendredi soir les projets israéliens d’expansion d’implantations en Cisjordanie, qui prévoient la construction de nouveaux logements, exigeant qu’Israël revienne sur sa décision.

« La France condamne avec la plus grande fermeté la récente décision des autorités israéliennes d’approuver des plans en vue de la construction de près de 3 500 nouvelles unités de logements dans des colonies de Cisjordanie », a déclaré le ministère français des Affaires étrangères dans un communiqué.

Paris « appelle le gouvernement israélien à revenir immédiatement sur cette décision inacceptable, illégale et irresponsable » selon ce document publié sur le site du ministère.

Le texte ajoute que « la colonisation israélienne des Territoires palestiniens (…) constitue une violation flagrante du droit international et doit cesser » et appelle au démantèlement « sans délai » des avant-postes.

Les autorités israéliennes ont annoncé mercredi avoir avancé dans ce projet de construction en Cisjordanie.

Selon l’ONG « La Paix maintenant », la construction de 3 426 unités de logement a été approuvée par un organisme officiel dans les implantations de Maale Adoumim et Kedar, situées à l’est de Jérusalem, ainsi qu’à Efrat, au sud de la ville.

Plus tôt dans la soirée, le ministère espagnol des Affaires étrangères a publié un communiqué similaire condamnant « fermement l’approbation des plans d’expansion des colonies israéliennes en Cisjordanie » et demandant « à Israël de revenir sur cette mesure ».

« Les colonies violent le droit international, sapent les efforts déployés afin de parvenir à une solution à deux États et constituent un obstacle à la paix », ajoute le texte.

Près d’un demi-million de personnes vivent actuellement dans les implantations israéliennes de Cisjordanie, considérées comme illégales au regard du droit international.

Vendredi, le haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’Homme, Volker Türk, a averti que l’expansion des implantations israéliennes constituait « un crime de guerre » et menaçait d’éliminer « toute possibilité pratique » de création d’un État palestinien viable.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.