Pas de libération des captifs par le Hamas, pas d’amélioration à Gaza – armée
Rechercher

Pas de libération des captifs par le Hamas, pas d’amélioration à Gaza – armée

Le chef du Commandement sud de l’armée a déclaré que le groupe terroriste se rapprochait de l'Iran, exploitant les civils palestiniens à ses propres fins

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le major général Eyal Zamir, chef du Commandement sud de Tsahal, adresse un message d'avertissement au groupe terroriste du Hamas, le 10 décembre 2017 (Capture d'écran : Forces de défense israéliennes)
Le major général Eyal Zamir, chef du Commandement sud de Tsahal, adresse un message d'avertissement au groupe terroriste du Hamas, le 10 décembre 2017 (Capture d'écran : Forces de défense israéliennes)

L’amélioration des conditions de vie dans la bande de Gaza dépend du retour de deux civils israéliens et des corps de deux soldats détenus dans l’enclave côtière, a annoncé lundi le chef du Commandement sud de l’armée.

« Nous avons la lourde responsabilité de ramener les captifs et les soldats et l’amélioration de la situation des habitants dans la bande de Gaza dépend également de cela », a déclaré le major général Eyal Zamir lors d’une conférence de presse dans la ville de Sderot.

Pendant la guerre de Gaza en 2014, les terroristes du Hamas ont capturé les dépouilles de deux soldats israéliens, Hadar Goldin et Oron Shaul. L’année suivante, deux civils israéliens apparemment victimes de troubles psychiatriques, Abera Mengistu et Hisham al-Sayed, sont entrés dans la bande de Gaza de leur propre gré et ont été capturés par le Hamas.

Israël a demandé le retour des civils et des soldats tués, mais le Hamas a insisté pour qu’Israël libère de prison de nombreux terroristes condamnés avant même que les négociations ne puissent commencer – ce qu’Israël refuse de faire.

Avec ses remarques ce lundi, le chef du Commandement sud faisait échos aux propos de hauts responsables de la défense israéliens qui ont fait des déclarations similaires condamnant le groupe terroriste du Hamas pour les conditions de vie des civils palestiniens de la bande de Gaza, qui n’ont seulement que quelques heures d’électricité par jour.

Dans son discours au Sapir College de Sderot, Zamir a déclaré qu’une telle exploitation des civils pouvait également se voir dans les manifestations le long de la barrière de sécurité et qui permettaient de couvrir des activités clandestines, et notamment l’installation d’engins explosifs improvisés – une attaque de ce genre a fait quatre blessés parmi les soldats israéliens le mois dernier.

Oron Shaul, Hadar Goldin et Avraham Mengistu. (Crédit : Flash 90/Times of Israel)

« Ceci est une preuve supplémentaire de l’utilisation par le Hamas de civils et des manifestations hebdomadaires le long de la barrière afin de mener des attaques terroristes et de détourner l’attention des civils concernant les nombreux échecs du Hamas », a affirmé Zamir.

« Nous resterons déterminés face à ces manifestations et face à toute tentative du Hamas d’encourager les masses à s’approcher de la barrière de sécurité », a-t-il ajouté.

Le chef du Commandement sud a réitéré les commentaires des responsables de la défense israéliens selon lesquels le Hamas se rapprochait de l’Iran et de son mandataire, le Hezbollah.

« Le Hamas est confus dans sa stratégie et joue un jeu dangereux en se rapprochant de l’Iran et du Hezbollah, deux acteurs diaboliques », a-t-il dit.

Le général a déclaré que ces dernières années, l’armée avait détruit un certain nombre de tunnels d’attaque creusés par des groupes terroristes dans la bande de Gaza, mais que « les menaces à nos frontières n’avaient pas été levées ».

En tant que tel, Zamir a déclaré que l’armée devait être « préparée à la guerre ».

Hisham al-Sayed, qui s’est aventuré dans la bande de Gaza en avril 2015 et qui a depuis disparu ; il serait détenu par le Hamas (Crédit : radio militaire)

Les tensions sont élevées le long de la frontière de Gaza depuis que les quatre soldats ont été blessés dans l’attaque à la bombe le mois dernier.

En réponse à l’attaque et à une roquette tirée de Gaza qui a frappé une maison dans le sud d’Israël peu après, les forces israéliennes ont mené une série de frappes contre 18 cibles dans la bande de Gaza, avait alors déclaré Avigdor Liberman.

Une délégation du renseignement égyptien présente dans la bande de Gaza a déclaré aux dirigeants du Hamas que, s’ils tentaient une escalade de la violence contre Israël, ils « joueraient avec le feu », ont rapporté samedi les médias israéliens, citant des sources palestiniennes.

Selon différentes sources, la délégation égyptienne a averti le Hamas qu’un autre round de violence inviterait Israël à donner un « coup dur » au groupe terroriste palestinien, « tant et si bien qu’il y a même une possibilité [qu’Israël] renverse le Hamas », a rapporté Hadashot TV.

Il n’était pas clair si l’avertissement avait été émis par Israël et était simplement transmis par l’Egypte, ou si le Caire lui-même mettait en garde le Hamas.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...