Rechercher

PepsiCo signe un accord avec la startup israélienne N-Drip

Les agriculteurs au service du géant américain des boissons et collations adoptent l'irrigation goutte à goutte pour un meilleur rendement et un moindre gaspillage de l'eau

Ricky Ben-David est journaliste au Times of Israël

Système d'irrigation goutte à goutte N-Drip aux États-Unis. (Crédit : Martin Hobelman/N-Drip)
Système d'irrigation goutte à goutte N-Drip aux États-Unis. (Crédit : Martin Hobelman/N-Drip)

Le géant américain des boissons et des collations, PepsiCo a fait appel à la société israélienne d’irrigation goutte à goutte N-Drip pour un nouveau partenariat. Les agriculteurs de la marque Pepsi vont adopter la technologie d’irrigation goutte à goutte pour un meilleur rendement et un moindre gaspillage de l’eau.

Le directeur du développement durable de N-Drip, Seth Siegel, a déclaré au Times of Israël que le partenariat était « le résultat de plus de deux ans de projets pilotes en Inde, au Vietnam et aux États-Unis, suivis de discussions approfondies sur la meilleure façon d’étendre la mise en œuvre de la chaîne d’approvisionnement à l’échelle de PepsiCo . »

Fondé en 2015 par le professeur Uri Shani, ancien directeur de l’Autorité israélienne de l’eau, avec Ariel Halperin et Ran Ben-Or, N-Drip a développé ce qu’il dit être un système qui permet aux zones qui utilisent l’irrigation par submersion d’utiliser l’irrigation goutte à goutte à la place, une méthode bien plus précise.

L’irrigation par submersion, serait le moyen le plus ancien d’arroser les cultures, est encore aujourd’hui l’une des formes d’irrigation les plus utilisées dans le monde. Environ 85 % des champs agricoles dans le monde utilisent ce système, dans lequel l’eau est acheminée vers le champ par un tuyau ou un fossé pour s’écouler sur le sol cultivé. Le système gaspille à la fois de l’eau — on pense qu’environ 50 % est perdu par évaporation ou infiltration des zones non cultivées — et des engrais, sans pour autant produire de meilleurs rendements.

Le principal marché cible de N-Drip est constitué de 85 % des zones agricoles irriguées dans le monde, dont la majorité des zones agricoles aux États-Unis, en Australie et dans d’autres pays, où les systèmes d’irrigation goutte à goutte existants sont encore trop chers.

« N-Drip est applicable facilement et à moindre coût dans ces champs, et par conséquent, l’eau nécessaire aux cultures diminue environ de moitié, de sorte que les agriculteurs ont plus d’eau », a expliqué Siegel. « De plus, les rendements des cultures sont régulièrement augmentés de 15 à 40 %, de sorte que le rendement supplémentaire fournit des revenus plus élevés à l’agriculteur. Les agriculteurs doivent utiliser la moitié de la quantité d’engrais sur un champ N-Drip par rapport à celle traditionnellement utilisée par submersion. Comme les engrais sont les intrants économiques les plus importants pour les producteurs, il s’agit d’une économie importante. »

« Il a déjà été démontré que N-Drip fonctionne sur plusieurs dizaines de cultures, y compris les plus grandes cultures du monde [comme] les pommes de terre, le maïs, le blé, le riz, le coton, la luzerne et le sorgho, entre autres », a ajouté Siegel.

N-Drip est une startup israélienne qui a développé un système d’irrigation goutte à goutte qui fonctionne par gravité et non par énergie. (Crédit : NDrip)

Basée à Beit She’an, la société israélienne affirme travailler avec des clients dans 17 pays à travers le monde, avec trois principaux centres d’affaires en Australie, en Inde et dans le sud-ouest des États-Unis. Son siège américain se trouve en Arizona.

Dans le cadre de son accord avec PepsiCo, N-Drip a déjà commencé à travailler avec des agriculteurs en Inde, en Afrique du Sud, aux États-Unis et en Europe, a déclaré Siegel. Le géant de l’alimentation s’approvisionne en plus de 25 cultures comme les pommes de terre, le maïs et le raisin, dans 60 pays. PepsiCo, avec un chiffre d’affaires d’environ 79 milliards de dollars en 2021, possède de grandes marques telles que Lay’s, Doritos, Cheetos, Gatorade, Pepsi-Cola, Mountain Dew et la société israélienne de boissons SodaStream, qu’elle a rachetée en 2018 pour plus de 3 milliards de dollars.

L’accord N-Drip-PepsiCo, estimé à environ 20 millions de dollars, aidera PepsiCo « à atteindre ses objectifs de développement durable, en particulier en matière d’économie d’eau, tout en améliorant la capacité de sa chaîne d’approvisionnement », a déclaré Siegel.

En 2021, PepsiCo a dévoilé une stratégie dite « d’agriculture positive » qui vise à améliorer l’efficacité de l’utilisation directe de l’eau dans la chaîne d’approvisionnement agricole de 15 % d’ici 2025 dans les zones à haut risque hydrique, et à s’approvisionner de manière durable en cultures et en ingrédients.

Illustration : Plates-bandes de semis avec un système d’irrigation goutte à goutte.. (Crédit : v_zaitsev via iStock par Getty Images)

Le partenariat avec N-Drip a été développé par PepsiCo Labs, la branche technologique de PepsiCo, « qui s’efforce d’identifier et d’intégrer des start-ups technologiques révolutionnaires dans les opérations de PepsiCo pour aider à résoudre des problèmes complexes et réels et à atteindre des objectifs commerciaux à l’échelle mondiale, » selon l’annonce officielle faite mercredi.

« À ce jour, la technologie N-Drip est utilisée par des agriculteurs en Inde, au Vietnam et aux États-Unis, et avons constaté une amélioration des rendements des cultures, une baisse de l’utilisation d’engrais et une consommation d’eau de 50 % inférieure à celle de l’irrigation par submersion », a déclaré Rob Meyers, vice-président de l’agriculture durable chez PepsiCo. « Nous sommes ravis de développer davantage notre partenariat en faisant évoluer la technologie de N-Drip pour avoir un impact encore plus important sur notre empreinte agricole. »

Le PDG de N-Drip, Eran Pollak, a déclaré que si « PepsiCo s’approvisionne auprès de fermes de tous types et de toutes tailles, la technologie exclusive de N-Drip permet à notre partenariat de rendre l’irrigation goutte à goutte accessible à tous les types d’agriculteurs, de ceux qui ont des fermes massives à ceux qui ne disposent que d’un hectare de parcelle ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...