Peur du COVID : Les victimes de crise cardiaque meurent avant d’être à l’hôpital
Rechercher

Peur du COVID : Les victimes de crise cardiaque meurent avant d’être à l’hôpital

Retarder son admission aux urgences par crainte du virus entraîne une augmentation de 60 % des décès, mais les Israéliens refusent la tendance de ne pas être hospitalisés du tout

Rendu 3D d'un homme ayant une crise cardiaque. (iStock)
Rendu 3D d'un homme ayant une crise cardiaque. (iStock)

Les patients israéliens victimes de crises cardiaques ont mis leur vie en danger pendant la pandémie en attendant exceptionnellement plus longtemps avant de se rendre à l’hôpital par crainte d’attraper le coronavirus, a conclu une étude.

Les patients ont mis une heure de plus pour se rendre à l’hôpital en mars et avril de cette année qu’en 2018, a déclaré le cardiologue Shlomi Matetzky, chef de l’unité de soins intensifs du centre médical Sheba, près de Tel Aviv, au Times of Israël, après avoir analysé les statistiques de 1 500 patients de 13 hôpitaux israéliens – Sheba, le centre médical Sourasky de Tel Aviv, le centre médical Shaare Zedek de Jérusalem et d’autres grands établissements.

« Ma principale conclusion est que les patients sont venus une heure plus tard, et nous parlons de l’heure d’or », a-t-il déclaré. « Pendant deux décennies, nous avons exhorté les patients à venir le plus tôt possible – c’est l’heure où nous voyons la mort subite, et pendant cette heure, nous avons de bonnes chances de sauver les patients.

« Les gens hésitaient à venir à l’hôpital, et c’est une grosse erreur. Le résultat est que les gens risquent d’avoir plus de lésions cardiaques, et sont plus susceptibles d’être en état de choc et d’avoir une grave insuffisance cardiaque. »

Il a ajouté : « Nous pensons que cela s’est produit parce que les gens avaient peur d’aller à l’hôpital parce qu’ils entendaient tout le temps parler des patients atteints de coronavirus à l’hôpital. »

Une femme aide un homme victime d’une crise cardiaque. (iStock)

Les médecins ont mis en garde contre l’impact sanitaire de la pandémie dès ses premiers jours, et en avril, un éminent médecin a déclaré au Times of Israël qu’il craignait que les perturbations causées par la crise du coronavirus sur les soins de santé israéliens puissent tuer plus de gens que la maladie elle-même.

La nouvelle étude, qui n’a pas encore fait l’objet d’un examen par les pairs, a été soumise au Journal of the American College of Cardiology. Les statistiques indiquant la rapidité avec laquelle les patients victimes d’une crise cardiaque arrivent à l’hôpital depuis le mois d’avril n’ont pas été disponibles.

Selon M. Matetzky, les retards semblent avoir eu un impact important sur la santé des patients. Il a déclaré que par rapport à 2018, il y a eu une augmentation de 60 % des patients victimes d’une crise cardiaque atteignant les « critères cliniques » les plus graves, à savoir la mort, l’insuffisance cardiaque et l’arythmie ventriculaire maligne.

Shlomi Matetzky, chef de l’unité de soins intensifs du Centre médical Sheba. (Autorisation du Centre médical Sheba)

Il y a eu une augmentation des décès pendant l’hospitalisation de 3,4 % des patients en 2018 à 4,3 % en mars et avril.

Matetzky a souligné que les données ont été ajustées afin qu’elles ne soient pas faussées par les différences dans l’état de santé général des personnes hospitalisées en mars et avril par rapport à 2018.

D’un autre côté, Matetzky a constaté que les Israéliens avaient fait fi de la tendance internationale qui veut que les patients victimes d’une crise cardiaque évitent de se rendre à l’hôpital.

Le nombre de patients victimes d’une crise cardiaque et qui nécessitent des soins hospitaliers urgents a chuté de plus de 50 % lors de l’épidémie de COVID-19, selon une enquête de la Société européenne de cardiologie. Ses chercheurs se sont entretenus avec 3 101 professionnels de la santé dans 141 pays en avril, et ont publié leurs résultats dans une revue à comité de lecture.

En Israël, Matetzky a constaté qu’il y avait en fait une augmentation du nombre de personnes se rendant à l’hôpital après un accident cardiaque. Il y a eu 12 % d’augmentation du nombre de patients victimes d’une crise cardiaque par rapport à 2018, et 2 % de patients victimes d’une crise cardiaque plus grave.

Matetzky a déclaré qu’il y a une bonne explication à cette augmentation : les périodes de crise déclenchent généralement une augmentation des crises cardiaques. Il a dit qu’il soupçonnait – bien qu’il n’y ait pas de statistiques pour le prouver – que l’augmentation des crises cardiaques en Israël était plus importante que le pic discernable dans les chiffres.

« Je soupçonne que certaines personnes sont restées chez elles, et dans certains cas sont mortes chez elles », a-t-il déclaré, ajoutant : « J’exhorte les gens, malgré le coronavirus, à se rendre à l’hôpital si nécessaire, et aussi à ne pas négliger la médecine générale. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...