Rechercher

Plus de 100 ans d’images historiques d’Israël accessibles en ligne

Les Archives du film israélien ouvrent au public un trésor de films jusqu'alors inaccessibles, qui montrent notamment des guerres, des élections et des publicités d'époque

  • Joséphine Baker visite Israël en 1954 dans une séquence disponible aux Archives du film israélien. (Crédit :  capture d'écran de l'Israeli Film Archive et de la Cinémathèque de Jérusalem, archives d'État d'Israël/ via JTA)
    Joséphine Baker visite Israël en 1954 dans une séquence disponible aux Archives du film israélien. (Crédit : capture d'écran de l'Israeli Film Archive et de la Cinémathèque de Jérusalem, archives d'État d'Israël/ via JTA)
  • Deux enfants israéliens célèbrent Pourim au zoo de Tel Aviv en 1959, dans une séquence documentaire disponible à la Israel Film Archive. (Crédit : capture d'écran de Herzliya Studios Archive/ via JTA)
    Deux enfants israéliens célèbrent Pourim au zoo de Tel Aviv en 1959, dans une séquence documentaire disponible à la Israel Film Archive. (Crédit : capture d'écran de Herzliya Studios Archive/ via JTA)
  • Des images des frères Lumière, montrant un train entrant en gare de Jaffa en 1896, sont accessibles sur le site Web des archives cinématographiques israéliennes. (Crédit : capture d'écran de la Israel Film Archive/via JTA)
    Des images des frères Lumière, montrant un train entrant en gare de Jaffa en 1896, sont accessibles sur le site Web des archives cinématographiques israéliennes. (Crédit : capture d'écran de la Israel Film Archive/via JTA)

TEL AVIV (JTA) – Pendant des années, seules les personnes disposant d’une autorisation spéciale pouvaient visiter les dépôts climatisés de la Cinémathèque de Jérusalem pour voir les images en mouvement conservées dans les archives cinématographiques israéliennes. Mais suite à un important effort de numérisation, toute personne disposant d’une connexion Internet peut désormais visionner ces images.

« Nous sommes arrivés à la partie amusante où nous pouvons partager ce trésor avec le public », déclare Noa Regev, directrice de la Cinémathèque de Jérusalem.

Suite à un projet, évalué à 10 millions de dollars et qui a débuté en 2015 pour préserver, restaurer et numériser sa collection audiovisuelle, les archives peuvent désormais être diffusées en continu via un site web lancé en hébreu fin 2020. Des sous-titres en anglais ont été ajoutés en octobre.

Divisé en deux sections, le site Web comprend une catégorie payante à la demande, « The Artistic View », contenant 300 longs-métrages israéliens, et une zone gratuite « Historical View » avec des versions numérisées de films rares, tous les films d’actualité créés en Israël de 1927 à 1972, des films amateurs et des collections familiales.

Des images des frères Lumière, montrant un train entrant en gare de Jaffa en 1896, sont accessibles sur le site Web des archives cinématographiques israéliennes. (Crédit : capture d’écran de la Israel Film Archive/via JTA)

« The Historical View » expose, dans des films essentiellement en noir et blanc à la patine grattée, la vie de la région à travers les élections et les guerres, les plantations d’arbres et les publicités pour les salons de beauté des années 1920. On y trouve également des versions intégrales de séquences historiques que vous avez peut-être vues comme des bribes dans des documentaires, comme la Déclaration d’indépendance de l’État d’Israël.

Il y a beaucoup à voir sur la plateforme, qui est consultable par décennie, par mot-clé et par lieu, et d’autres sélections sont en cours d’élaboration. Jusqu’à présent, seuls 30 % environ des documents celluloïd et vidéo des archives ont été numérisés. M. Regev estime que l’intégralité des archives sera disponible d’ici cinq ans.

« Les gens découvrent sans cesse de nouveaux documents », ajoute-t-elle, tout en précisant que les archives s’enrichissent constamment et qu’elles ne seront peut-être jamais entièrement disponibles en ligne. « Les documents les plus fascinants sont ceux qui ont été rapportés du boydem [« grenier » en yiddish] de quelqu’un, que ce soit en Israël ou à l’étranger ».

Voici une liste de quelques-uns des documents que vous pouvez voir aujourd’hui, de la fin du 19e siècle au 20e siècle.

La Cinémathèque pendant le Festival du film de Jérusalem, en 2009. (Crédit : Gilabrand/travail personnel/CC BY-SA 3.0/WikiCommons)

Film des frères Lumière de Jaffa, Bethléem et Jérusalem, 1896

Filmé par un représentant des frères Lumière, pionniers français du cinéma, un an seulement après l’invention de leur cinématographe, ce clip de neuf minutes – la plus ancienne séquence vidéo de la région – s’ouvre sur un train qui entre en gare de Jaffa en 1896.

La foule portant le fez ne sait pas où regarder : la locomotive qu’elle attendait de Jérusalem (qui ne passe qu’une fois par jour) ou l’étrange engin conduit par un étranger. Cette bobine, qui passe par Jaffa, Bethléem et Jérusalem, montre les vendeurs, les moustaches et les chameaux d’autrefois, il y a 130 ans.

Le cameraman de Thomas Edison en Terre Sainte, 1903

Pour ne pas être en reste par rapport à ses collègues français, l’inventeur américain Thomas Edison envoie le cameraman Alfred C. Abadie dans la région quelques années plus tard, en 1903, avec un Kinetograph.

Deux enfants israéliens célèbrent Pourim au zoo de Tel Aviv en 1959, dans une séquence documentaire disponible à la Israel Film Archive. (Crédit : capture d’écran de Herzliya Studios Archive/ via JTA)

Abadie filme une rue principale de Jaffa et de Jérusalem, la « rue la plus fréquentée » sans nom. Cinq hommes aux bras entrelacés sont au centre de l’objectif d’Abadie pendant une section introduite par une carte intertitre où l’on peut lire « Danse juive à Jérusalem », sautillant sur une musique que nous ne pouvons pas entendre dans le clip muet.

Pourim au zoo de Tel Aviv, 1959

Les archives conservent de charmantes images de Pourim et du légendaire zoo de Tel-Aviv (qui se trouvait autrefois au centre de la ville, près de l’actuelle place Rabin), et elles coïncident dans ce court métrage de 1959 où l’on assiste à des célébrations costumées au milieu de cages de léopards.

C’était à l’époque où les costumes de Pourim étaient des originaux faits à la main, et nous voyons ici un enfant portant un costume de poulet à plumes se tenant de façon comique près de pélicans de la même taille, tandis que des frères habillés en explorateurs traînent une fausse montgolfière. Cette itération du zoo a des longueurs d’avance sur sa version de base des années 1930, située dans l’arrière-cour du rabbin Mordechai Shorenstein (immortalisée dans ce clip de 1935).

Joséphine Baker visite Israël en 1954 dans une séquence disponible aux Archives du film israélien. (Crédit : capture d’écran de l’Israeli Film Archive et de la Cinémathèque de Jérusalem, archives d’État d’Israël/ via JTA)

Joséphine Baker et d’autres célébrités en visite en Israël

Les stars américaines de la scène et de l’écran ont visité Israël dans les années 1950 et 1960, et leurs atterrissages de cérémonie à l’aéroport de Lod ont été enregistrés dans les actualités. Joséphine Baker, la chanteuse de cabaret et activiste d’origine américaine qui a élu domicile en France, a pris un vol El Al en 1954 pour donner plusieurs spectacles (et a essayé, sans succès, d’adopter un enfant israélien).

Lorsque l’acteur de « White Christmas » Danny Kaye fait une visite surprise quelques années plus tard, en 1961, il passe la plupart de son temps sur le terrain de golf de Césarée. L’année suivante, Frank Sinatra est arrivé en jet privé pour donner sept représentations dont les recettes ont été versées à un centre de jeunesse judéo-arabe à Nazareth. Et lorsque Kirk Douglas est venu en 1964, il a rencontré le troisième Premier ministre israélien, Levi Eshkol.

Le plus émouvant de ces clips de paparazzi est celui de Sammy Davis Jr. qui, venu pour une visite d’une journée en 1969, a demandé à être conduit directement de l’aéroport au mur Occidental, où il a coincé un vœu manuscrit entre des pierres anciennes.

Sammy Davis Jr. peu avant sa mort en 1989. (Alan Light)

Découvertes archéologiques

Les pierres anciennes sont un thème récurrent dans les archives, notamment une grotte funéraire de la période hasmonéenne découverte accidentellement en 1956 lors de la préparation des fondations d’un immeuble de la rue Alfasi à Jérusalem.

Dans un autre clip, des images aériennes enregistrent les fouilles au sommet de Masada, menées en 1963 par l’archéologue et homme politique Yigael Yadin. La reconsécration de l’ancien amphithéâtre romain de Césarée en 1961 – après une interruption de 1 700 ans – a été filmée pour enregistrer la foule de musiciens internationaux amenés pour réinaugurer l’espace, y compris le violoncelliste Pablo Casals, qui a joué sur une humble scène au milieu des ruines.

Le marché du Carmel, 1969

D’autre part, certains clips n’ont pas la gravité de l’histoire ancienne, des empires bibliques ou des batailles historiques – ils sont tout simplement drôles. C’est le cas de cette bobine montrant des clients en train de piquer sans vergogne des poissons marinés et d’écarter les membres de poulets dépecés sur le marché en plein air du Carmel à Tel Aviv. Seules des femmes font leurs achats dans ce clip, et elles veulent s’assurer qu’elles choisissent les meilleurs produits.

Certains des premiers maillots de bain de Gottex (Autorisation : Gottex)

Publicité pour une soupe instantanée produite par Osem, 1960

Lorsqu’ils ne se rendent pas au marché, les acheteurs israéliens se fient aux publicités télévisées pour savoir ce qui est bon. Selon Mme Regev, les publicités d’époque conservées dans les archives sont un joyau sous-exploré, comme celle du fabricant israélien Osem qui encourage les mères à nourrir leurs enfants en bas âge avec un bouillon composé de cubes de bouillon et d’eau bouillante. (Elle a dû faire drôlement impression – la soupe en poudre est aujourd’hui encore un aliment de base dans les foyers israéliens). Le paysage israélien apparaît dans d’autres publicités, comme la plage de Césarée dans une publicité pour des maillots de bain de la marque israélienne Gottex en 1964, et un voyage en voiture à Rosh Hanikra comme prémisse d’une publicité pour des scooters Heinkel économes en carburant.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...