Plus de 1,7 million de NIS récoltés pour l’épouse de l’homme tué sur un parking
Rechercher

Plus de 1,7 million de NIS récoltés pour l’épouse de l’homme tué sur un parking

Plus de 9 000 personnes ont fait un don à la famille d'Ofir Hasdai, qui a été abattu sur le parking du centre commercial Ramle

Ofir Hasdai, sa femme Dikla et deux de leurs trois filles. Hasdai a été abattu le 28 juillet 2019 lors d'une querelle concernant une place de stationnement. (Avec l'aimable autorisation de Facebook)
Ofir Hasdai, sa femme Dikla et deux de leurs trois filles. Hasdai a été abattu le 28 juillet 2019 lors d'une querelle concernant une place de stationnement. (Avec l'aimable autorisation de Facebook)

Une campagne de collecte de fonds en ligne en faveur de la femme et des enfants d’un homme tué par balle dans un conflit de stationnement dans le centre d’Israël dimanche a permis de recueillir plus de 1,7 million de shekels (425 000 euros) depuis lundi matin.

Mardi soir, plus de 9 000 donateurs ont rassemblé plus de 140 % de l’objectif de 600 000 shekels (150 000 euros) fixé pour la famille Hasdai sur la plateforme de financement participatif Jgive, et plus de 200 % des 400 000 shekels ont fait l’objet d’une campagne distincte sur le site web giveback. Les deux campagnes ont plus d’un mois avant leur date de fin.

Ofir Hasdai, 40 ans, voulait se garer sur une place handicapée au centre commercial Azrieli de Ramle, dimanche après-midi, avec sa femme, atteinte de dystrophie musculaire. Là, une bagarre a éclaté avec un autre conducteur au sujet de la place de stationnement, et Ofir Hasdai a été abattu dans le parking du centre commercial, devant sa femme et ses trois filles.

La police a arrêté un suspect impliqué dans la fusillade, un résident de 74 ans de la ville voisine de Lod, qui a été identifié lundi comme étant Victor Katan. Il a été traduit devant un juge et placé en détention provisoire lundi pour suspicion de meurtre. Selon la Treizième chaîne, le tireur présumé a invoqué la légitime défense au sujet de la bagarre qui a éclaté pour la place de stationnement.

Dikla Hasdai a déclaré aux médias israéliens que le couple avait trois enfants : des jumeaux de 9 ans, dont l’un souffre de paralysie cérébrale, et un enfant de 18 mois qui souffre de dystrophie musculaire et doit utiliser un respirateur. Leur troisième fille n’est pas handicapée.

Dikla Hasdai se recueille près du corps de son mari, Ofir Hasdai qui a été abattu dans un parking de Ramle, lors de ses funérailles au cimetière de Ramle, le 29 juillet 2019. (Avi Dishi/Flash90)

Elle a dit que son mari était le seul à subvenir aux besoins de la famille. « Je n’ai aucune idée de la façon dont je vais me débrouiller seule », a déclaré Dikla Hasdai lors d’entretiens avec plusieurs organes de presse alors qu’elle demandait de l’aide. « Il faisait tout. »

Hasdai a dit à la Douzième chaîne lundi que son mari s’était approché de Katan sur le parking pour lui demander de déplacer son véhicule, qui était garé sur deux places pour handicapés.

Une bagarre a éclaté par la suite entre lui et la femme de Katan, qui a commencé à frapper Hasdai avec son sac à main, dit-elle. Katan a ensuite sorti une arme et a tiré sur Hasdai dans le pied et, quelques instants plus tard, dans la poitrine, d’après son témoignage.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a condamné lundi le meurtre « effroyable » du père de trois enfants.

« Le terrible meurtre d’Ofir Hasdai est choquant pour nous tous. Un père de famille a été abattu sur une place de parking », a déclaré le Premier ministre sur Twitter. « C’est terrible… Il n’y a pas de place pour la violence dans notre société, et nous ne la tolérerons pas. »

Netanyahu a déclaré que les autorités sociales aideraient la famille Hasdaï et a qualifié l’initiative en ligne mise en place pour aider la famille de réponse « très émouvante » à cette violence.

Lundi soir, Hasdai a été inhumé au cimetière de Ramle en présence de quelque 200 personnes, dont la ministre de l’Egalité sociale Gila Gamliel.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...