Pologne : Malgré les tensions sur la Shoah, le tourisme israélien est florissant
Rechercher

Pologne : Malgré les tensions sur la Shoah, le tourisme israélien est florissant

Selon l'envoyée d'Israël, le trafic en provenance de l'État juif a atteint le chiffre record de 250 000 arrivées l'an dernier, soit une hausse de 79 %

Sarah Hirsch, (à droite), avec son mari, Naftali, et son amie Gabby Schwartz arrivant dans un hôtel à Varsovie, le 6 septembre 2018. (Cnaan Liphshiz/JTA)
Sarah Hirsch, (à droite), avec son mari, Naftali, et son amie Gabby Schwartz arrivant dans un hôtel à Varsovie, le 6 septembre 2018. (Cnaan Liphshiz/JTA)

VARSOVIE, Pologne (JTA) – Sarah Hirsch n’a pas eu le temps de faire du shopping cet été lorsqu’elle a pris un vol entre Tel Aviv et la capitale polonaise.

Au départ, il s’agissait d’un pèlerinage commémorant la Shoah. Mme Hirsch, 67 ans, s’est envolée pour Varsovie en août avec son mari, Naftali, et une amie pour voir où son frère aîné a été tué à l’âge de 3 ans, ainsi que trois de ses grands-parents et tous ses oncles et cousins.

« Je me suis dit que je ne ferais rien d’autre que de découvrir et de faire mon deuil », a déclaré Hirsch, née peu après la Seconde Guerre mondiale dans ce qui est aujourd’hui la Roumanie, à JTA après avoir visité le camp de la mort d’Auschwitz. « Il s’agissait d’un aller-retour », a-t-elle dit au sujet de sa première visite en Pologne avec son mari.

Mme Hirsch, avocate à la retraite, a également été contrariée après l’adoption par la Pologne, au début de cette année, d’une loi interdisant la rhétorique qui rend la nation responsable des atrocités commises par les nazis pendant la Shoah. Elle craint que cette loi ne blanchisse les crimes commis par certains Polonais pendant le génocide – tout comme de nombreux détracteurs de cette législation, qui a provoqué une crise diplomatique entre Israël et la Pologne.

A LIRE : Texte intégral de la loi polonaise controversée sur la Shoah

Mais comme un nombre croissant de touristes israéliens qui ont découvert les charmes de la Pologne, Hirsch a dit que ses expériences sur le terrain ont modifié sa vision des choses.

« Cela m’a permis de me donner la possibilité de profiter des bonnes choses, y compris du shopping, a-t-elle dit. « J’ai vu ici une jeune génération qui n’a pas participé à la Shoah et qui essayait de construire un pays normal et démocratique avec beaucoup, beaucoup de belles choses malgré son histoire particulièrement tragique. »

Sur cette photo du 25 mai 2018, le Palais de la Culture et de la Science de l’ère communiste, au premier plan, est l’un des nombreux gratte-ciel de la ville, à Varsovie, Pologne (AP Photo/Alik Keplicz)

Malgré les tensions sur la façon de parler et d’aborder la Shoah, le tourisme israélien en Pologne et vice versa augmente de façon spectaculaire, selon les chiffres officiels.

Selon l’ambassadrice d’Israël en Pologne, Anna Azari, le trafic d’Israël vers la Pologne a atteint le chiffre record de 250 000 arrivées l’an dernier, soit 79 % de plus que l’année précédente (139 000). Cela fait suite à une hausse de 40 % en 2016 par rapport à 2015, selon le ministère polonais du Tourisme.

Israël a également gagné en popularité auprès des touristes polonais, avec près de 100 000 arrivées en 2017, soit une augmentation de 64 % par rapport à l’année précédente. Et au cours des 10 premiers mois de 2018, ce chiffre est passé à 123 000 touristes polonais, a déclaré le ministère israélien du Tourisme à JTA.

LOT, la compagnie aérienne nationale polonaise, a ajouté 12 vols hebdomadaires l’année dernière aux 7 vols qu’elle assurait déjà entre Varsovie et Tel Aviv. L’expansion a créé des vols directs d’Israël vers Gdansk, Poznan, Lublin et Wroclaw, avec un vol direct de Cracovie en bonne voie pour l’année prochaine, a déclaré Adrian Kubicki, porte-parole de LOT à JTA. Il a dit que la compagnie n’a enregistré aucun changement dans le trafic après la crise diplomatique sur la loi sur la Shoah.

« Israël est perçu comme l’une des destinations les plus sûres et les plus amicales du Moyen Orient à l’heure actuelle », a ajouté M. Kubicki. « Il y a aussi des siècles d’affinités culturelles qui font que les Polonais s’y sentent chez eux. »

Des jeunes participent à la Marche des vivants au camp de la mort d’Auschwitz en Pologne le 24 avril 2017. (Yossi Zeliger/La Marche des Vivants)

Au moins 15 % du trafic d’Israël vers la Pologne en 2017 était dû à des voyages éducatifs organisés sur la Shoah. Le ministère israélien de l’Éducation organise chaque année de tels voyages pour environ 25 000 lycéens, dont le nombre ne cesse d’augmenter.

La crise des relations avec Israël – au plus fort de laquelle le Premier ministre Benjamin Netanyahu a protesté lorsque son homologue polonais a semblé dire que certains Juifs avaient collaboré avec leurs assassins nazis – semble avoir eu un effet minime sur le trafic.

Shem Olam, un musée de la Shoah près de la ville côtière israélienne de Hadera, a déclaré qu’il n’inclurait plus la Pologne dans ses petits voyages éducatifs en Europe. Au lieu de cela, elle a envoyé 20 guides cette année en Ukraine – un pays où la collaboration avec les nazis était beaucoup plus importante qu’en Pologne et qui, avec plusieurs autres pays d’Europe de l’Est, a récemment adopté des lois limitant ce qui peut être dit sur cette collaboration.

Israël et la Pologne, qui est l’un des plus ardents défenseurs de l’État juif au sein de l’Union européenne, ont enterré la hache de guerre plus tôt cette année après que la Pologne a amendé la législation, décriminalisant l’interdiction d’accuser la Pologne de crimes nazis.

Ce n’était pas un pays collaborationniste. C’était un pays occupé, où les nazis ont commis des meurtres généralisés

Naftali Hirsch, le mari de Sarah, dit se sentir mieux accueilli en Pologne que dans sa Hongrie natale.

« Certains Polonais ont trahi les Juifs pendant la Shoah », a déclaré Naftali Hirsch, 70 ans, qui a perdu deux de ses frères et sœurs durant la Shoah. « Mais contrairement à la Hongrie, à la Roumanie et à beaucoup d’autres pays, ce n’était pas un pays collaborationniste. C’était un pays occupé, où les nazis ont commis des meurtres généralisés. »

En Pologne, les nazis ont tué 3 millions de Juifs polonais – la moitié des Juifs tués pendant la Shoah – ainsi que 3 millions de Polonais non-juifs supplémentaires.

« Je ressens une proximité », a déclaré Naftali Hirsch, un professionnel de l’aviation à la retraite. « Quand je dis que je suis juif ici, il y a de l’empathie dans les yeux des gens. Quand je le fais en Hongrie, il y a souvent un silence glacial. »

Mais Sarah Hirsch a déploré que leur guide au musée d’Auschwitz « n’ait pas dit un mot sur la collaboration de certains Polonais ».

« Il n’y en a peut-être pas beaucoup, mais nous avons besoin d’avoir cette discussion », a-t-elle expliqué. « Ce pays et la société sont prêts, malgré cette loi, avec laquelle beaucoup de Polonais se sentent mal à l’aise. »

Les rails de chemin de fer menant aux « portes de la mort » de triste mémoire au camp d’extermination d’Auschwitz II Birkenau, le 13 novembre 2014 à Oswiecim, en Pologne (Crédit : Christopher Furlong/Getty Images/via JTA)

Le moteur de la croissance du tourisme israélien en Pologne, cependant, n’est pas dans ses sites liés à la Shoah. Elle le doit plutôt aux Israéliens qui sont attirés par les prix bas, la sécurité et le riche patrimoine juif du pays, selon Daniela Singler, une Israélienne qui a visité la Pologne 11 fois l’an dernier.

« C’est la combinaison parfaite », a-t-elle déclaré lors d’une interview à la Deuxième chaîne israélienne l’année dernière. « La vie est bon marché. Vous pouvez vous offrir un repas de luxe pour 12 euros. Vous séjournez dans un hôtel cinq étoiles pour moins que ce que vous dépenseriez dans une maison d’hôtes en Galilée. »

La compagnie aérienne israélienne El Al, dans son magazine de bord du début de l’année, a couronné Varsovie comme étant un « paradis du shopping ». L’article ne mentionne aucune des attractions juives de la ville, comme le nouveau Musée Polin de l’Histoire des Juifs de Pologne qui a ouvert ses portes en 2013, ou ce qui reste du ghetto de Varsovie.

Tous nos articles sur le Musée Polin de l’Histoire des Juifs de Pologne

Certains touristes israéliens ignorent complètement ces sites.

« Je ne suis pas fan de tout ce qui concerne la Shoah, mec », a dit un touriste, Adi Cohen de Petach Tikva, en se baladant avec sa petite amie dans un centre commercial.

Et la synagogue Nożyk, la seule maison de prière juive d’avant-guerre qui subsiste à Varsovie ? « Si j’avais voulu aller à la Shoul, je serais resté à Petach Tikva », explique-t-il. « Je suis ici pour manger, boire et m’amuser ».

La structure du toit de la synagogue Gwoździec, les peintures au plafond et la Bimah installés dans la galerie « La ville juive » du Musée POLIN de l’histoire des Juifs de Pologne (Crédit : Magda Starowieyska)

L’augmentation du tourisme en provenance d’Israël a un impact sur certaines institutions juives polonaises.

Galil, l’un des meilleurs restaurants casher de Varsovie, a dû déménager dans un espace plus grand et tripler ses effectifs au cours des huit dernières années, a déclaré son directeur, David Sosnckey, à JTA. Il emploie actuellement trois chefs cuisiniers qui s’efforcent de satisfaire le flot toujours croissant de clients.

Le restaurant, qui propose une carte combinant des plats du Moyen Orient et de l’Europe de l’Est avec la certification casher du très strict label Edah HaChareidis, a dû déménager parce que « les voisins de notre ancien établissement ont commencé à se plaindre du bruit et de l’afflux du public, » a-t-il expliqué.

Plusieurs nouveaux restaurants cashers ou israéliens ont ouvert leurs portes au cours des cinq dernières années, non seulement à Varsovie, mais aussi dans des villes aussi éloignées à l’ouest que Poznan et à l’est comme Lublin. A Varsovie, il y a notamment le restaurant casher israélien Bekef and Hummus Bar et le restaurant Mezze falafel. A Cracovie, dans le sud du pays, il y a Hamsa, un restaurant israélien avec des influences turques.

Le dernier né des restaurants israéliens de Lublin, Olive, fait partie de ce qui est peut-être l’initiative touristique la plus remarquable entreprise en Pologne ces dernières années pour une clientèle juive.

Ouvert depuis 2013, il fait partie de l’hôtel Ilan, un établissement quatre étoiles de 50 chambres. Son bâtiment abritait autrefois la Yeshivat Chachmei Lublin, une université hassidique d’une taille sans précédent qui avait ouvert ses portes en 1930, consolidant le statut de la ville en tant que centre du savoir et de la vie juive en Europe orientale.

Yossi Blak, (à gauche), et ses compagnons de voyage d’Israël visitent l’hôtel Ilan à Lublin, le 5 septembre 2018. (Cnaan Liphshiz/JTA)

Avec des dortoirs pour des centaines d’étudiants – une nouveauté parmi les yeshivot de l’époque – elle a été saccagée par les nazis en 1939. Ils ont brûlé les livres de cette institution en 1940 lors d’un incendie qui a duré 20 heures.

Après la restitution du bâtiment à la communauté juive de Pologne, il a été transformé en un hôtel de luxe. Aujourd’hui, il accueille une clientèle variée allant des pèlerins juifs visitant les tombes de rabbins éminents aux congressistes qui réservent Ilan pour son spa et son restaurant maison aux saveurs exotiques.

L’imposante façade, typique de l’architecture du 20e siècle avec des éléments baroques et Art Déco, arbore une nouvelle peinture orange clair et une grande enseigne en hébreu portant le nom de l’ancienne yeshiva et un verset biblique. Ce n’est qu’à l’intérieur que l’illusion d’une institution talmudique vivante et active cède la place à un hôtel boutique, avec bar et sauna.

Une autre partie du bâtiment abrite un musée qui peut être visité gratuitement, même pour ceux qui ne sont pas clients. Et il y a une petite synagogue qui est en activité.

« Cet hôtel, je m’en fous complètement », a déclaré un visiteur, Yossi Blak, un touriste juif orthodoxe de la ville israélienne de Bnei Brak. En route pour la ville ukrainienne d’Ouman pour le pèlerinage de Rosh HaShana, Blak et sa famille sont passés par Lublin parce que feu Rabbi Shmuel Wosner, le chef du courant haredi du judaïsme de Blak, avait l’habitude de séjourner à la Yeshivat Chachmei Lublin.

« En fait, dit Blak, j’essaie de masquer tout cet aspect touristique, de fermer les yeux et d’imaginer le son de 5 000 étudiants de yeshiva psalmodiant et étudiant la Torah. Quand ils reviendront dans cet hôtel, je réserverai une chambre. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...