Pour la championne israélienne d’athlétisme européen, la route a été longue
Rechercher

Pour la championne israélienne d’athlétisme européen, la route a été longue

Née au Kenya, Lonah Chemtai Salpeter s'est battue des années pour obtenir la citoyenneté israélienne ; elle est revenue médaillée dans son pays d'adoption pour la course de 10 km

La gagnante israélienne Lonah Chemtai Salpeter sur le podium avec sa médaille lors de la cérémonie de remise des médailles du 10000m féminin lors des Championnats d'Europe d'athlétisme à Berlin le 9 août 2018. (AFP PHOTO / Tobias SCHWARZ)
La gagnante israélienne Lonah Chemtai Salpeter sur le podium avec sa médaille lors de la cérémonie de remise des médailles du 10000m féminin lors des Championnats d'Europe d'athlétisme à Berlin le 9 août 2018. (AFP PHOTO / Tobias SCHWARZ)

Lorsque Lonah Chemtai Salpeter est montée sur le podium à Berlin jeudi, en chantant l’hymne national israélien Hatikvah, cela a marqué le point culminant d’un long voyage de la Kenyane devenue première championne israélienne d’athlétisme européen.

« C’est vraiment un honneur pour mon pays, un honneur pour ma famille et un honneur pour moi-même, pour mon travail », a déclaré Salpeter émue après avoir remporté la course de 10 000 mètres féminine aux Championnats d’Europe d’athlétisme 2018 à Berlin mercredi, terminant la course en 31 minutes, 43,29 secondes.

« Je n’y crois toujours pas, » a-t-elle dit.

« Je suis vraiment heureuse. J’en rêvais, mais je n’y croyais pas « , a-t-elle ajouté après avoir devancé Susan Krumins, des Pays-Bas, de 9 secondes, remportant la médaille d’or. La Suédoise Meraf Bahta est arrivée troisième.

C’est la première fois qu’Israël remporte une médaille d’or aux championnats. Il s’agit également d’une victoire personnelle de la coureuse de 29 ans qui a livré une bataille difficile pour représenter Israël.

Salpeter recevra une subvention de 40 000 NIS des autorités sportives israéliennes, pour sa victoire.

Cette reconnaissance marque un tournant pour Salpeter, qui s’est drapé d’un grand drapeau israélien après sa victoire.

Née au Kenya, elle s’est installée en Israël en 2011 et se bat pour la citoyenneté depuis des années.

Elle est venue en Israël en 2008, en tant que nounou pour un enfant de diplomate à l’ambassade du Kenya. Passionnée de course à pied, elle a été présentée à l’entraîneur israélien Dan Salpeter, et les deux sont tombés amoureux.

Lonah Chemtai Salpeter d’Israël réagit après avoir remporté la finale du 10 000m féminin lors des Championnats d’Europe d’athlétisme au stade olympique de Berlin le 8 août 2018. (AFP PHOTO / Tobias SCHWARZ)

Lorsque sa période de travail pour le diplomate kenyan s’est terminée, Chemtai est retournée au Kenya, où le couple a décidé de se marier dans l’espoir de déménager plus tard en Israël. Ils ont maintenant un jeune fils.

Mais sa demande de statut de résident de base a été rejetée à plusieurs reprises.

« Ils ne l’ont pas comprise lors des entretiens « , a déclaré son mari à l’époque. « Elle parle anglais avec un certain accent et ils ont décidé de ne pas la comprendre. Il n’y a rien de tel que « Nous n’avons pas compris » ; ils ont choisi de ne pas comprendre. »

Son cas a attiré l’attention des médias nationaux lorsqu’elle a remporté le marathon de Tel Aviv en février 2016.

Lonah Chemtai et son mari, Dan Salpeter (capture d’écran : Channel 10)

Ce n’est qu’après cette course qu’elle a reçu les documents de nationalité, ce qui lui a permis de concourir pour Israël à Rio de Janeiro. Elle n’a pas réussi à gagner une médaille là-bas, gênée par une blessure à l’épaule.

L’ambassadeur du Kenya en Israël, Augostino Njoroge, l’a aidée à présenter sa demande de citoyenneté. Il a dit à Channel 10 à l’époque que le Kenya a beaucoup de marathoniens et était heureux de voir Salpeter courir pour Israël.

« Le Kenya et Israël sont de si bons amis. Nous ne pouvons pas vous remettre la médaille, mais nous pouvons vous donner quelqu’un qui peut obtenir la médaille « , a dit le diplomate. « C’est pour ça que les bons amis sont là. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...